Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Underground Rail Road
Colson Whitehead  (Editions Albin Michel)  août 2017

Cet été 2017, il faut bien avouer que la rentrée littéraire nous a offert de superbes livres du côté des romans français mais aussi du côté des romans étrangers. Et parmi les romans étrangers, celui qui fait partie de ceux qui m’auront le plus impressionné se trouve le livre écrit par Colson Whitehead, Underground Railroad, édité chez Albin Michel.

Avoir sur sa couverture un liseré signifiant qu’il a déjà reçu de nombreux prix, préciser qu’il a été salué à sa sortie par Barack Obama himself est peut-être un gage de qualité mais cela ne présume pas au premier abord que nous avons dans les mains un grand livre. Pour se faire une idée, il va falloir l’ouvrir ce livre, en ayant remarqué la très belle couverture, montrant un rail partant vers le ciel, puis le lire, page après page pour se rendre compte que ce livre n’est pas un grand livre mais un pur chef-d’œuvre, de ceux qui nous bouleversent, laissant un auteur au sommet de son art et des lecteurs au sommet de l’extase.

Cet auteur, c’est Colson Whitehead, un américain qui n’est est pas à son premier roman. Underground Railroad est son sixième livre, sûrement le meilleur, celui qui lui donne sans aucun doute une dimension mondiale.

L’underground railroad, c’est un gigantesque réseau de chemin de fer construit aux Etats-Unis par quelques abolitionnistes blancs et des anciens esclaves pour aider des esclaves noirs à s’évader. Il permet de relier le Sud au Nord pour attendre la délivrance, la liberté. Il offre la possibilité de quitter les plantations esclavagistes du Sud pour rallier le Nord.

Le livre nous raconte l’histoire de Cora, une esclave de seize ans exploitée dans une plantation de coton, dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition jusqu’à l’arrivée de Caesar dans sa douloureuse vie. Ce dernier, esclave comme elle, lui propose de s’enfuir avec lui. Elle accepte et tente donc, au péril de sa vie, de gagner avec lui les Etats libres du Nord. S’en suit alors une incroyable odyssée, celle de cette jeune fille, de la Caroline du Sud à l’Indiana, en passant par le Tennessee, où elle va se retrouver traquée comme une bête par un impitoyable chasseur d’esclaves qui l’oblige à fuir sans cesse, pour conquérir sa liberté. Chaque état traversé se caractérise par des horreurs faites aux noirs, des expériences médicales en Caroline du Sud, des lynchages méthodiques en Caroline du Nord auquel Cora assiste ou encore des guets-apens dans l’Indiana. Cora sera tour à tour Nounou, puis aussi mannequin dans un musée des merveilles de la nature en Caroline du Sud. Je vous laisse lire ce superbe passage du livre et découvrir son travail dans ce musée. Tout simplement hallucinant.

Cora fait de nombreuses rencontres au cours de son voyage. Colson Whitehead entrecoupe le parcours de Cora d’un état à l’autre en nous décrivant des personnages liés de près ou de loin à la jeune fille : sa grand-mère, sa mère Mabel aussi qui l’abandonne en fuyant la plantation d’esclaves où elle se trouvait, Ridgeway, le chasseur d’esclaves qui la traque, Stevens, un étudiant particulier, Ethel, une abolitionniste "sous la contrainte" et Caesar, son compagne de fortune au départ. Cette galerie de personnages nous permet de nous délecter de la très belle plume de Colson Whitehead.

Le talent de Colson Whitehead réside dans le fait qu’il a eu le génie de romancer un réseau de routes secrètes qui a, effectivement existé aux 18 et 19èmes siècles, l’underground railroad sans pour autant avoir été ferré et souterrain. Lui donner cette dimension souterraine permet à Colson Whitehead de nous plonger dans les fondements et le mécanisme du racisme. En imaginant cet underground railroad souterrain, il réussit le tour de force de combiner réel et fantastique pour construire une puissante allégorie de la barbarie de l’esclavagisme et du racisme. Chaque chapitre, correspondant aux états traversés par la jeune fille, s’ouvre par un réel avis de recherches d’esclave noir qui fait froid dans le dos.

Underground Railroad devient alors le grand roman sur le racisme et l’esclavagisme. Celui qui part de la petite histoire (celle de Cora qui a tout connu, du viol au massacre de ses amis esclaves) pour nous mener vers la grande Histoire, celle pas toujours glorieuse d’un pays, les Etats-Unis, qui n’en a pas toujours terminé avec ses vieux démons. Le livre parle des esclaves mais aussi des bourreaux, ceux qui avaient bonne conscience quand ils exploitaient des esclaves en prétendant qu’il leur permettait d’éviter la mort. L’esclavagisme fut d’abord une motivation économique, une occasion de gagner de l’argent sur le dos de pauvres gens exploités. Il devint ensuite un problème social avec le risque de révolte et de renversement social. C’est pourquoi la Virginie décide de les éliminer pour éviter des émeutes, les remplaçant par des immigrés blancs, souvent des Irlandais.

Colson Whitehead n’oublie pas ceux qui ont pris des risques pour aider les esclaves noirs à fuir leur condition. L’entraide devient possible, les valeurs d’égalité existant encore pour certains, la générosité, aussi faisant un léger contrepoids à la barbarie et au racisme ambiant de l’époque. Il nous montre aussi, d’un état à l’autre, les conceptions différentes de la race et de la liberté, avec la résonnance actuelle que l’on connait suite aux évènements de Charlottesville cet été.

Underground Railroad est un donc à la fois un roman lumineux sur la terrible condition des noirs dans le sud de l’Amérique au XIXème siècle mais aussi un récit historique, précis et méticuleux, fruit d’un travail de documentation remarquable de la part de l’auteur, qui aura mis seize ans pour l’écrire. Enfin, dans une Amérique pas encore guérie de ses maux, il devient un formidable livre politique que l’on se doit de lire, que l’on soit américain ou pas.

On termine les derniers pages de ce sublime livre, on comprend mieux pourquoi Barack Obama a eu un coup de cœur pour ce roman multi-récompensé, on repense à l’excellent film Twelve Years a Slave, on se dit que la liberté est ce qui existe de plus beau dans le monde et on se dit surtout que l’on s’apprête à refermer un très grand livre que nos lectures futures auront beaucoup de mal à remplacer.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Colson Whitehead
Le Facebook de Colson Whitehead


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=