Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Amour est une maladie ordinaire
François Szabowski  (Editions Le Tripode)  août 2017

Tiens donc, un livre qu’Amélie Nothomb a adoré. Ca donne envie, non ? Amélie Nothomb, ce n’est pas n’importe qui quand même. Il doit avoir un certain talent, du coup, ce François Szabowski, qui publie, L’Amour est une maladie ordinaire aux éditions Le Tripode. Déjà, il y a ce titre et cette couverture qui, quoiqu’on en dise, nous donne envie de retourner le livre pour lire la quatrième de couverture. Voilà ce qu’elle dit.

"Qui dans sa vie, n’a pas rêvé de disparaître subitement pour laisser un souvenir impérissable ? Dans L’Amour est une maladie ordinaire, un homme succombe à ce fantasme. Parce qu’il refuse que l’amour ne soit pas éternel, parce qu’il ne supporte plus les ruptures et les histoires qui partent en déroute, il se voit régulièrement obligé, la mort dans l’âme, d’organiser sa disparition auprès des femmes qu’il aime..."

Je sais, avant même d’avoir terminé de rédiger ma chronique, je vous ai déjà convaincu d’aller acheter ce petit livre plein de tendresse. La quatrième de couverture a eu le même effet sur vous que pour moi. Sauf que moi, je viens de terminer ce livre et je l’ai adoré, comme Amélie Nothomb d’ailleurs ! Ne me reste plus qu’à vous expliquer pourquoi.

L’idée de ce roman est venue à l’auteur suite à une conversation qu’il a eu avec une femme d’une trentaine d’années qui lui expliquait qu’elle était régulièrement célibataire, éternellement déçue par les hommes sans avoir pour autant grand-chose à leur reprocher. Elle rencontrait des hommes qui lui plaisait au départ avant, petit à petit, de les trouver moins intéressants, moins beaux ne pouvant s’empêcher au final de les comparer à celui qu’elle avait aimé auparavant, disparu dans un accident. Son histoire n’avait duré que quelques mois, c’était son premier amour. François Szabowski en a conclu que cet homme, s’il avait vécu, lui aurait sans doute fait connaître les mêmes désillusions. Son amour pour lui était immortel, justement parce qu’il était mort.

Le personnage du roman, François (ah tiens, le même prénom que l’auteur) est un homme fantasque qui aime s’amuser, faire la fête tout en étant marqué d’une grande sensibilité. Son problème, dans le livre, c’est qu’il se rend compte que la femme qu’il aime est éperdument amoureuse de lui. Un problème, me direz-vous, c’est un conte de fée plutôt. Sauf que lui, il vit, du coup, avec la peur de la perdre et le besoin de trouver la solution pour pouvoir conserver cet amour. Il a une peur panique de perdre son amour et cela va l’engager dans une sorte de déraison qui va le rendre tour à tour ridicule, effrayant et attachant. La femme, c’est Marie, une femme pleine de vie, follement amoureuse de lui. Pour que son amour pour lui ne meurt pas, il va simuler une mort bien tragique avec la complicité d’un ami, qui devient un menteur. Il va alors devoir changer de look, de vie, de quartier aussi. Il ne doit plus croiser Marie. Devenir un autre en quelque sorte. Mais retomber amoureux aussi. Pour de nouveau mourir, avec toujours le même complice, un pauvre Didier obligé de passer son temps à mentir à toutes ses femmes tristes. A force cela va devenir compliqué pour lui de se loger dans Paris. Un souci se pose alors pour François ; à force de vouloir devenir invisible, il prend alors le risque de devenir transparent, permettant en même temps au récit de prendre une forme surnaturelle.

Ses péripéties sont nombreuses, on se prend à aimer François et à le détester aussi parfois du fait de son nombrilisme. Le livre est très drôle, tout en parlant d’un sujet sérieux, à savoir l’être humain et sa relation à l’amour et la jalousie. Les mecs sont parfois stupides (du moins c’est ce que pensent de nombreuses femmes), leur comportement aussi et c’est aussi de cela dont parle ce roman. Les hommes ont parfois tendance à envisager les femmes uniquement en fonction du bonheur qu’elles peuvent lui apporter nous dit l’auteur. C’est aussi un peu ça le message du livre.

N’hésitez donc pas et allez vite acheter ce petit livre bien sympathique et surtout, ne prenez pas peur si votre femme est amoureuse de vous.

 

En savoir plus :
Le Facebook de François Szabowski


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Et si on ne se mentait plus ?" à la Scène Parisienne
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=