Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Me voici
Jonathan Safran Foer  (Editions de l'Olivier)  septembre 2017

Dix ans déjà que l’on avait plus eu entre les mains un roman de Jonathan Safran Foer, l’auteur d’Extremement fort et incroyablement près. C’est long dix ans, mais en même temps on savoure davantage le bonheur d’avoir aujourd’hui, entre nos mains, son dernier roman, pavé de plus de 700 pages, qui nous chavire de plaisir.

Me voici, le titre du livre, ce sont les mots prononcés par Abraham dans la bible, comme réponse à Dieu et à son fils, juste avant de s’apprêter à sacrifier son fils comme lui demande Dieu. Me voici, c’est aussi l’histoire d’une famille juive qui vit aux Etats-Unis, celle de Jacob et Julia, autour de leurs trois enfants. Tout semble aller pour le mieux pour cette gentille petite famille de la classe moyenne américaine jusqu’à la convocation au lycée des parents car leur fils ainé, Sam, âgé de treize ans, a écrit des insanités et des insultes sur une feuille de papier pendant le cours du rabbin. Avec cet évènement, la Bar-Mitsva du fiston s’avère devenir compliquée. Au même moment, Julia découvre que son mari Jacob échange avec une de ses collègues des messages pornographiques depuis plusieurs mois. Jacob possède un second téléphone portable qu’il cache dans des endroits improbables de la maison pour envoyer des messages à sa collègue. Le couple s’effrite, le divorce s’envisage. Jacob n’est pas l’unique responsable de l’échec de leur couple. Julia aussi, trompe son mari avec un ami du couple. Dans la même période, un terrible tremblement de terre frappe durement le Moyen-Orient, entraînant un conflit géopolitique menaçant l’intégrité et la survie d’Israël, qui se décide alors à appeler au secours sa diaspora. Se mêlent alors dans le dernier livre de Jonathan Safran Foer l’intime et le politique de façon extraordinaire.

Jacob se retrouve perdu, au milieu de se femme, de ses enfants, de sa judaïté, de ses ancêtres et de son identité. Il n’arrive plus à se positionner dans sa vie. Est-il amant ? Est-il parent ? Est-il américain ? Est-il juif ? Est-il laïc ? Est-il religieux ? Tout est compliqué pour lui. Il doit constamment faire des choix et les assumer. Sa vie est faite de choix, qu’il doit faire alors que son couple se disloque en même temps que le Moyen-Orient.

Le moins que l’on puisse dire concernant Jonathan Safran Foer est qu’il sait varier et manier avec génie les registres. C’est là l’un des immenses talents de ce livre. Le drôle et le triste se côtoient merveilleusement bien dans le livre. Me voici est un livre extrêmement drôle, qui vous fera sourire très souvent. Les dialogues, qui sont très nombreux (qui font aussi que le livre se lit assez rapidement malgré les 700 pages) sont savoureux. On rit des discussions du père et de ses enfants, de la mauvaise foi du père aussi, au début du livre, quand il tente devant le rabbin d’expliquer que son fils n’a pas pu écrire les injures dont on l’accuse. On rit aussi des points de vue du grand père et de sa mauvaise foi aussi. Les personnages aussi sont drôles dans ce livre, notamment les trois enfants, chacun différemment. Il y a l’ainé, spécialiste des Echecs et fasciné par la violence ; le second avec déjà son opinion qu’il n’hésite pas à donner et son rapport particulier avec le vieux chien Argos et le dernier qui n’a pas peur de mourir à condition que cela soit en même temps que les siens. Il y a la façon de vivre de cette famille aussi, un peu caricatural, qui mange sain, les rapports entretenus entre eux qui sont succulents.

On s’émeut aussi, de nombreuses fois, quand les pages et les propos s’emplissent de tristesse, rompant avec toutes les pages drôles. Il y a ce couple qui s’effrite devant nos yeux, alors qu’ils s’aiment, ce grand père de mauvaise foi qui meurent, après tout ce qu’il a vécu et même le vieux chien, Argos, qui devient l’objet de très belles pages, à la toute fin du livre, pour savoir s’il faut l’euthanasier ou pas.

Jonathan Safran Foer manie aussi les registres de langue, alternant les différents types de discours, les sextos envoyés à la collègue qui d’ailleurs choquent Julia, les dialogues sur internet et aussi des passages superbement écrits, comme Jonathan Safran Foer sait les écrire.

On se pose beaucoup de questions quand on se lit se livre ; on ne comprend pas bien pourquoi leur couple, vieux de seize ans, ne fonctionne plus. Le livre joue sur cette ambiguïté en ayant un coté un peu désespérant qui fait réfléchir ; celui qui laisserait penser que le mariage aurait une durée de vie limitée. Pour que le couple perdure, il doit savoir se réinventer et eux, n’ont pas su la faire nous explique Jonathan Safran Foer. Jacob est un peu lâche, Julia est indécise, on en vient au fil du livre à sympathiser avec eux, on les excuse aussi, ne sachant pas quoi faire pour eux. Ce roman de Jonathan Safarn Foer est nourri de sa relation et de son divorce avec Nicola Krauss, l’auteur des superbes livres la grande bibliothèque et l’histoire de l’amour (que je vous conseille vivement au passage), la mère de ses enfants. Ses expériences personnelles, même si Me voici n’st pas une autobiographie, donnent une dimension extrêmement réaliste à son livre.

Lire l’histoire de ce père se retrouvant au milieu d’une famille au bord de l’impulsion s’avère être au final, tout simplement jubilatoire. La narration faite par Jonathan Safran Foer des névroses de la famille Bloch nous tient en haleine tout au long du livre, engloutissant rapidement les 700 pages du livre sans vraiment s’en rendre compte.

Me voici est donc un excellent roman, une magnifique satire familiale, aimante et empathique, celle d’un auteur américain bourré de talent, fils caché de Philip Roth (que j’adore), qui écrit des livres que Woody Allen pourrait parfaitement réaliser, lui qui aime tant les histoires de famille.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Jonathan Safran Foer


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=