Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Me voici
Jonathan Safran Foer  (Editions de l'Olivier)  septembre 2017

Dix ans déjà que l’on avait plus eu entre les mains un roman de Jonathan Safran Foer, l’auteur d’Extremement fort et incroyablement près. C’est long dix ans, mais en même temps on savoure davantage le bonheur d’avoir aujourd’hui, entre nos mains, son dernier roman, pavé de plus de 700 pages, qui nous chavire de plaisir.

Me voici, le titre du livre, ce sont les mots prononcés par Abraham dans la bible, comme réponse à Dieu et à son fils, juste avant de s’apprêter à sacrifier son fils comme lui demande Dieu. Me voici, c’est aussi l’histoire d’une famille juive qui vit aux Etats-Unis, celle de Jacob et Julia, autour de leurs trois enfants. Tout semble aller pour le mieux pour cette gentille petite famille de la classe moyenne américaine jusqu’à la convocation au lycée des parents car leur fils ainé, Sam, âgé de treize ans, a écrit des insanités et des insultes sur une feuille de papier pendant le cours du rabbin. Avec cet évènement, la Bar-Mitsva du fiston s’avère devenir compliquée. Au même moment, Julia découvre que son mari Jacob échange avec une de ses collègues des messages pornographiques depuis plusieurs mois. Jacob possède un second téléphone portable qu’il cache dans des endroits improbables de la maison pour envoyer des messages à sa collègue. Le couple s’effrite, le divorce s’envisage. Jacob n’est pas l’unique responsable de l’échec de leur couple. Julia aussi, trompe son mari avec un ami du couple. Dans la même période, un terrible tremblement de terre frappe durement le Moyen-Orient, entraînant un conflit géopolitique menaçant l’intégrité et la survie d’Israël, qui se décide alors à appeler au secours sa diaspora. Se mêlent alors dans le dernier livre de Jonathan Safran Foer l’intime et le politique de façon extraordinaire.

Jacob se retrouve perdu, au milieu de se femme, de ses enfants, de sa judaïté, de ses ancêtres et de son identité. Il n’arrive plus à se positionner dans sa vie. Est-il amant ? Est-il parent ? Est-il américain ? Est-il juif ? Est-il laïc ? Est-il religieux ? Tout est compliqué pour lui. Il doit constamment faire des choix et les assumer. Sa vie est faite de choix, qu’il doit faire alors que son couple se disloque en même temps que le Moyen-Orient.

Le moins que l’on puisse dire concernant Jonathan Safran Foer est qu’il sait varier et manier avec génie les registres. C’est là l’un des immenses talents de ce livre. Le drôle et le triste se côtoient merveilleusement bien dans le livre. Me voici est un livre extrêmement drôle, qui vous fera sourire très souvent. Les dialogues, qui sont très nombreux (qui font aussi que le livre se lit assez rapidement malgré les 700 pages) sont savoureux. On rit des discussions du père et de ses enfants, de la mauvaise foi du père aussi, au début du livre, quand il tente devant le rabbin d’expliquer que son fils n’a pas pu écrire les injures dont on l’accuse. On rit aussi des points de vue du grand père et de sa mauvaise foi aussi. Les personnages aussi sont drôles dans ce livre, notamment les trois enfants, chacun différemment. Il y a l’ainé, spécialiste des Echecs et fasciné par la violence ; le second avec déjà son opinion qu’il n’hésite pas à donner et son rapport particulier avec le vieux chien Argos et le dernier qui n’a pas peur de mourir à condition que cela soit en même temps que les siens. Il y a la façon de vivre de cette famille aussi, un peu caricatural, qui mange sain, les rapports entretenus entre eux qui sont succulents.

On s’émeut aussi, de nombreuses fois, quand les pages et les propos s’emplissent de tristesse, rompant avec toutes les pages drôles. Il y a ce couple qui s’effrite devant nos yeux, alors qu’ils s’aiment, ce grand père de mauvaise foi qui meurent, après tout ce qu’il a vécu et même le vieux chien, Argos, qui devient l’objet de très belles pages, à la toute fin du livre, pour savoir s’il faut l’euthanasier ou pas.

Jonathan Safran Foer manie aussi les registres de langue, alternant les différents types de discours, les sextos envoyés à la collègue qui d’ailleurs choquent Julia, les dialogues sur internet et aussi des passages superbement écrits, comme Jonathan Safran Foer sait les écrire.

On se pose beaucoup de questions quand on se lit se livre ; on ne comprend pas bien pourquoi leur couple, vieux de seize ans, ne fonctionne plus. Le livre joue sur cette ambiguïté en ayant un coté un peu désespérant qui fait réfléchir ; celui qui laisserait penser que le mariage aurait une durée de vie limitée. Pour que le couple perdure, il doit savoir se réinventer et eux, n’ont pas su la faire nous explique Jonathan Safran Foer. Jacob est un peu lâche, Julia est indécise, on en vient au fil du livre à sympathiser avec eux, on les excuse aussi, ne sachant pas quoi faire pour eux. Ce roman de Jonathan Safarn Foer est nourri de sa relation et de son divorce avec Nicola Krauss, l’auteur des superbes livres la grande bibliothèque et l’histoire de l’amour (que je vous conseille vivement au passage), la mère de ses enfants. Ses expériences personnelles, même si Me voici n’st pas une autobiographie, donnent une dimension extrêmement réaliste à son livre.

Lire l’histoire de ce père se retrouvant au milieu d’une famille au bord de l’impulsion s’avère être au final, tout simplement jubilatoire. La narration faite par Jonathan Safran Foer des névroses de la famille Bloch nous tient en haleine tout au long du livre, engloutissant rapidement les 700 pages du livre sans vraiment s’en rendre compte.

Me voici est donc un excellent roman, une magnifique satire familiale, aimante et empathique, celle d’un auteur américain bourré de talent, fils caché de Philip Roth (que j’adore), qui écrit des livres que Woody Allen pourrait parfaitement réaliser, lui qui aime tant les histoires de famille.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "L'avenir de la planète commence dans notre assiette" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Jonathan Safran Foer
Le Facebook de Jonathan Safran Foer


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=