Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sandra (Vaghe stelle dell'orsa)
Luchino Visconti  septembe 1965

Réalisé par Luchino Visconti. Italie/Etats Unis. Drame. 1h40 (Sortie septembre 1965). Avec Claudia Cardinale, Michael Craig, Jean Sorel, Marie Bell, Renzo Ricci, Fred Williams et Amalia Troiani.

Le monde change sans eux. Ils ont aimé la beauté, avec emportement. Et puis la beauté est partie. La mort est descendue, comme la peste est descendue sur Venise, empuantissant les canaux, emplissant d’une pourriture mortifère les rues les plus belles.

Dans les salles de bal, au petit matin, les femmes ont le visage défait. Les domestiques vident en silence les pots de chambre. Assis dans un large fauteuil, un vieil homme attend le pas de la mort. Les familles se disloquent, détruites par le désir. Prises dans le mouvement de l’histoire qui est aussi celui des passions.

Mais un jeune homme s’allonge, offre son visage. Un autre expose sans pudeur la pâle douceur de son dos. Un garçon en maillot de bain rouge se promène sur la plage. Son nom est comme une chanson. L’espace d’un instant, tout s’arrête. Le temps d’une valse, un homme a tenu une jeune femme par la taille. Du fond des nuits blanches percent les premières étoiles du matin.

"Belles étoiles de l’Ourse, je ne croyais pas revenir encore, comme jadis, vous regarder briller au-dessus du jardin paternel, et m’entretenir avec vous des fenêtres de cette maison où j’habitai enfant et qui vit finir mes joies."* 

Ces mots de Leopardi reviennent sur les lèvres de Gianni (Jean Sorel). Il est apparu, dans l’obscurité du jardin. Fantôme au milieu des fantômes, pareil au buste du père recouvert d’un linceul blanc agité par le vent. Il enfouit son visage dans le cou de sa sœur, cherche sa chaleur des lèvres.

Sandra (Claudia Cardinale), mariée à un riche Américain (Michael Craig), était revenue dans la maison familiale de Volterra pour inaugurer un parc à la mémoire de son père, juif assassiné pendant la guerre. Peut-être avec la complicité des notables, qui l’ont dénoncé. Ou même de sa propre mère, qui se remaria avec son amant.

C’est l’histoire contemporaine de l’Italie que convoque Luchino Visconti, en particulier la complaisance des puissances face au nazisme, que l’on retrouvera au centre de "Les Damnés" dix ans plus tard, et l’hypocrisie des notables qui se réfugient dans leur respectabilité. Mais le traitement est celui de la tragédie antique.

Sandra est la petite-fille d’Electre. Bourgeoise sage, elle se transforme progressivement en princesse antique, enfiévrée par son désir de vengeance. Veuve de son père, elle crie son dégoût au monde. Filmée comme un animal sauvage, son dos puissant à nu, sa chevelure retombant en une lourde crinière, Claudia Cardinale est un corps enragé, lourd de sensualité.

Sensualité que l’on retrouve lors de ses échanges avec son frère à la beauté douloureuse de héros romantique. Dans un noir et blanc splendide, Luchino Visconti fait son portrait amoureux : si noirs les cheveux, si blanche la peau ; les yeux sont les étoiles pâles qui affrontent la nuit de la tragédie, et préfèrent se fermer devant la menace des Erinyes.

Cette sensualité étouffante, fruit d’un désir incestueux emplit les espaces vides du Palais, véritable labyrinthe où les souvenirs de la guerre continuent à vivre derrière les portes fermées.

Dans cette vaste carcasse, abri dernier des luxuriances du passé - une constante chez Luchino Visconti et ses dandys esthètes - les fantômes de l’enfance resurgissent, effaçant les années. Faut-il alors s’engouffrer dans l’obscurité, ou aller vers la lumière ?

 

 

* Giacomo Leopardi, "Les souvenirs" in Poésies et Oeuvres morales de Leopardi 
 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=