Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Musée Yves Saint-Laurent
  (3 octobre 2017 )  Paris

Le 5 avenue Marceau, siège de la maison de couture fondée par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé convertie en fondation en 2004, qui présentait des expositions temporaires, abrite désormais le Musée Yves Saint Laurent

Le 5 avenue Marceau, siège de la maison de couture fondée par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé convertie en fondation en 2004, qui présentait des expositions temporaires, abrite désormais le Musée Yves Saint Laurent Ce musée est dédié à la conservation d'un patrimoine riche des milliers de modèles conçus pendant les cinq décennies d'une création et d'une carrière exceptionnelles et au rayonnement de l'oeuvre de celui qui fut surnommé le "Petit Prince de la haute couture". L'institution se déploie sur deux niveaux superbement scénographié par Nathalie Crinière* qui sublime les espaces de cet hôtel d'époque Napolèon III en le projetant dans une modernité intemporelle.

Complémentaire à celui ouvert le 19 octobre 2017 dans sa résidence marocaine, la Villa Oasis sise dans le Jardin de Majorelle à Marrackech, pour lesquels Pierre Bergé, son indéfectible compagnon de route, a oeuvré depuis le décès du couturier en 2008 sans avoir pu assister à leur inauguration, ce musée, placé sous l'emblème de leurs deux effigies, présente les fondamentaux artistiques de Yves Saint Laurent ordonnés autour de son studio-bureau.

En premier lieu, avec les tenues qui ont défini le "style Saint Laurent" dans les années 1960, et notamment celles qui repose sur la déclinaison du jeu masculin/féminin avec la réinterprétation au féminin de pièces du vestiaire masculin comme le smoking, la saharienne, la combinaison "jumpsuit" et le trench-coat.

Son exigence de beauté et d'élégance se manifeste notamment par le travail du noir profond et du blanc lumineux pour revisiter l'Histoire de la Mode et du Costume, dans laquelle il a inscrit son nom, en épurant et contemporanéisant les lignes telle la robe de mariée de 1994 reprenant les codes du 17ème siècle.

Mais il s'avère également un maître de la couleur éclatante et ose des associations chromatiques singulières et audacieuses qui s'épanouissent dans des collections placées sous le signe de "l'exotisme" avec la déclinaison du répertoire de formes et de motifs traditionnels des pays étrangers, de l’Espagne à la Chine.

Ainsi, l'ensemble du soir "Torero", la cape "Bougainvillées" et son tropisme marocain, la robe gitane à motifs arlequin, la veste chinoise brodée de fleurs et de papillons et le manteau à la russe révèlent ses sources d'inspiration qui avaient fait l'objet en 2007 en ce lieu d'une exposition intitulée "Voyages Extraordinaires".

Par ailleurs, amateur d'art éclairé et grand collectionneur, comme Christian Dior qui fut son maître, ses affinités artistiques participent également à l'enrichissement de son univers créatif et, sont présentés, en résonance avec la toile" Instruments de musique sur un guéridon" de Picasso, quelques modèles inspirés par Picasso, Matisse et Mondrian.

Ceux, citant Nietzsche, qu'il considérait comme ses "fantômes esthétiques" participant de sa vie et de son oeuvre sont ainsi évoqués en 2002 dans son message d'adieu à la conclusion proustienne ("Les plus beaux paradis sont ceux qu'on a perdus") dont est diffusée en boucle la troublante et émouvante captation.

Et pour accéder à cet espace, le visiteur aura traversé une salle à la double thématique.

D'une part, elle est consacrée aux arts graphiques, avec les dessins de costumes et décors conçus par Yves Saint Laurent pour la scène, du théâtre à la revue de music-hall.

D'autre part, aux artisans des métiers d'art avec un florilège de bijoux somptueux, outre l'emblématique collier-talisman "Coeur" ("Quoi de plus beau pour une femme que de nouer autour de son cou une passion en guise de coeur ?" réalisé par la Maison Scemama et mis en majesté dans une salle précédente, accessoires qu'il considérait comme indispensables, présenté sous forme d'un éclatant cabinet de curiosités qui rend également hommage aux artisans des métiers d'art.

* également conceptrice de la scénographie de l'exposition "Christian Dior - Couturier du rêve" qui se tient jusqu'en janvier 2018 au Musée des Arts décoratifs

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Yves Saint-Laurent

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée Yves Saint Laurent


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=