Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Maison de la rue Troubnaïa
Boris Barnet  19287

Réalisé par Boris Barnet. Russie. Comédie dramatique. 1h40 (Sortie 1928). Avec Vera Maretskaïa, Vladimir Fogel, Elena Tyapkina, Vladimir Batalov et Sergueï Komarov.

Que reste-t-il de la Révolution russe ? Des années bouleversées, un monde profondément changé, le début d’une nouvelle ère. Mais aussi des images, extrêmement puissantes.

Celles d’Eisenstein, en particulier, continuent à hanter notre mémoire et à façonner une certaine représentation d’Octobre. Si l’on retrouvera, au cours de cette rétrospective" L’URSS des cinéastes" organisée par la Cinémathèque française du 18 octobre au 27 décembre 2017, des classiques d’Eisenstein ou de Dovjenko, d’autres films, souvent moins connus, seront également mis à l’honneur.

C’est donc l’occasion, au cours de ce premier panorama qui abordera le cinéma russe de la Révolution à la Seconde Guerre mondiale, de découvrir sur grand écran un certain nombre de films éclipsés par de grands noms. Et surtout, chose trop rare aujourd’hui, des films muets.

"Je ne suis pas, je n'ai jamais été un homme de théories. J'aime avant tout la comédie, je me plais à introduire des scènes drôles dans un drame et des épisodes dramatiques dans un film comique"*. Cet art du tissage fait la richesse de "La Maison de la rue Troubnaïa". Le cinéaste Boris Barnet dessine un univers foisonnant, riche de détails et d’inventions.

C’est dans l’atmosphère agitée de la Moscou des années 1920 que Panacha (Vera Maretskaïa), robuste paysanne, se retrouve projetée. Personnage naïf - n’est-elle pas accompagnée d’une oie blanche ? - qui prend l’Union des travailleurs pour une agence matrimoniale, elle est une cible idéale pour les profiteurs. Exploitée par un barbier et son oisive épouse, la malheureuse peut cependant compter in fine sur le soutien des autres travailleurs et revendiquer ses droits.

Une histoire qui pourrait être simple propagande, si elle n’était pas servie par le génie visuel de Boris Barnet, qui transforme des éléments narratifs convenus en saynètes cocasses. Profondément ancré dans le quotidien d’une ville, et plus particulièrement d’un immeuble, "La Maison de la rue Troubnaïa" étonne à chaque instant par la vitalité de sa mise en scène, bien loin des clichés attachés aux films de l’époque.

Nul besoin d’effets spéciaux pour jouer avec l’image et trouver du jamais-vu : un arrêt sur image, un défilement à l’envers de la pellicule, un usage tout soviétique des gros plans ou encore une caméra prise pour cible par un jet d’eau continuent à émerveiller.

Une joie malicieuse pousse le cinéaste à jouer avec son matériau, à expérimenter des prises de vue inédite ou à briser joyeusement le fameux quatrième mur (comme le fera d’ailleurs son héroïne au cours du film en interrompant une représentation théâtrale qu’elle avait prise trop au sérieux).

Le début du film est étourdissant et témoigne bien de cette maîtrise de Boris Barnet. Sur une Moscou encore somnolente, le jour se lève. Dans la cage d’escalier de la fameuse maison, les locataires commencent à vaquer à leurs occupations quotidiennes.

C’est alors un délicieux ballet comique qui s’opère sous nos yeux. Alliant gracieux mouvements ascendants de caméra et montage rapide, Boris Barnet représente cette maison comme une fourmilière, et propose un véritable film dans le film, constitué de petits sketchs qui se répondent les uns aux autres.

Le comique règne en maître, avec ce domestique qui sort le léopard empaillé pour l’épousseter, à califourchon sur le fauve à présent inoffensif, ces ménagères qui balancent à grands coups de balai de la poussière sur le tapis qu’un barbier s’escrime à battre ; le drame n’est pas loin non plus : on tremble de voir ces deux géants débiter d’énormes morceaux de bois, indifférents à l’effritement de plus en plus manifeste du sol sous leurs pieds. Bref, un microcosme où chacun joue son rôle.

Si les personnages de travailleurs sont naturellement extrêmement positifs, capables de faire montre de solidarité et de courage, la représentation des habitants de la fameuse maison est bien plus sévère. Trognes patibulaires, visages fermés, les locataires ne deviennent généreux que par intérêt.

Petits-bourgeois ou simples employés, ils sont décrits comme une masse de profiteurs ; leur fausse bienveillance envers Panacha, suivie d’un rejet cruel, donne un tout autre relief à cette comédie qui n’est pas dépourvue de noirceur. La médiocrité humaine apparaît avec force dans cette description de Moscou, dix ans après la Révolution.

*Boris Barnet, cité in Kinoglaz

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=