Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tourcoing Jazz Festival #31 (édition 2017) - samedi 14 octobre
Yilian Cañizares - Richard Bona  (Théâtre municipal Raymond Devos, Tourcoing)  du 14 au 21 octobre 2017

Pour la soirée ouverture du Tourcoing Jazz Festival, l'événement qui réunit chaque année des pointures n'a pas oublié ses origines. En 1986, c'était Planètes Tourcoing Jazz Festival ou comment ouvrir les horizons des spectateurs... Certes, "Planètes" a été envoyé aux antipodes mais pas la mission. Cette 31ème édition a dirigé sa boussole vers le sud-ouest, au large de l'Atlantique. Direction Cuba pour détecter et ramener la crème du jazz dans la ville charnière entre Lille et Bruxelles.

Il faisait déjà chaud dans le théâtre Raymond Devos, son cœur rouge battant de spectateurs. Mais ce n'était rien comparé au lancement du premier plateau : Yilian Cañizares et son quatuor. Une fleur rouge tout droit venue de "l'île de la tentation", comme elle aime décrire "son" Cuba natal et qui s'est aussitôt mise à vibrer tant à la voix qu'au bout de ses doigts.

Cette violoniste qui avait, dès ses seize ans, sa carrière toute dessinée dans le classique a viré au jazz lorsqu'il s'est présenté à elle, en Suisse. Depuis, elle l'a dans la peau, le danse, le joue, le chante, en même temps. Ce qui laisse sans voix au début, avant d'être irrésistiblement emporté par l'envie de danser.

Au jazz traditionnel, la Cubaine n'a pas hésité à y ajouter des rythmes afro-cubains pour faire rayonner une musique métissée. Les solos du pianiste (Daniel Stawinski) et du contrebassiste (David Brito) alternent avec le battement des percusionnistes (Inor Sotolongo et habituellement Cyril Regamey) tout droit venus de Cuba. Mais le soleil, c'est surtout elle qui le transmet, mêlant le violon à l'ensemble. Yilian Cañizares chante de cette voix velours en espagnol et en yoruba, langue parlée par les Nigérians et Congolais à l'époque de l'esclavage. Et si la gaîté illumine ses morceaux, tirés notamment de l'album Invocación (Naïve Records), du début à la fin, ce thème lui est cher et lui a inspiré Mapucha, portrait d'une femme née esclave et devenue libre, qui clôturera son set.

Le public ne voulait pas la laisser partir. "Mais vous allez voir un artiste généreux qui va vous emmener encore plus haut", avait-elle conclu, aux anges. Car, ce n'est pas tous les jours qu'on partage l'affiche de Richard Bona pour qui des fans qui "le connaissent [connaît] et le suivent [suit] depuis vingt ans", n'ont pas hésité à prendre leur billet. Lui non plus d'ailleurs, déjà venu en 2015. "Quand mon tourneur m'a annoncé les dates Stockholm, Tokyo,... Tourcoing, j'ai utilisé Google pour toutes les destinations mais pas pour Tourcoing. J'ai dit oui tout de suite".

Il est quand même éclectique ce bassiste, indomptable même. Si le jazz reste sa ligne rouge, ce musicien et chanteur d'origine camerounaise a tissé au fil de sa carrière ses albums en mêlant des influences multiples. Il était là, à "Tourcoing... coing... coing" pour défendre son dernier opus, Heritage (Qwest Records, le label de Quincy Jones). Un album résolument tourné vers Cuba et ses rythmes afro-cubains... aussi. Ce qui n'était pas pour déplaire à son invitée du premier plateau qui n'a cessé de danser derrière les rideaux.

Richard Bona et sa voix angélique à faire frémir était entouré de musiciens du cru, son All Stars Mandekan Cubano band avec : le pianiste cubain Osmany Parades, le percussionniste vénézuélien Luisito Quintero, le tromboniste mexicain Rey Alejandre, le trompettiste cubain Dennis Hernandez et le percussionniste vénézuélien Roberto Quintero ainsi qu'un guitariste (partie habituellement joué par Richard Bona sur ses albums).

Alors bien sûr, les solos qui irriguaient ses collaborations avec Mike Stern, Pat Metheny à commencer par Jacques Higelin en 1994 et bien d'autres – difficile de les recenser toutes – et ses albums solos, ont laissé place à un jeu d'ensemble dans le bain des rythmes ensoleillés cubain. Certains amateurs de basse ont fait la moue. Le jeu énergique reste néanmoins appréciable et surtout cette voix que Richard Bona soulève haut.

Aller voir Richard Bona, c'est la garantie de repartir un grand sourire aux lèvres. Du beatbox à la chanson française, il aura encore étonné, ne cessant de communiquer avec son public. Le chanteur aura tout de même réussi à faire chanter toute la salle "Oh Sen Sen", avant de l'inviter à se déhancher sur ses derniers morceaux. Définitivement de belles énergies pour l'ouverture du Tourcoing jazz festival.

 

En savoir plus :
Le site officiel du Tourcoing Jazz Festival
Le Facebook du Tourcoing Jazz Festival

Crédits photos : Rachel Debrincat


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 septembre 2018 : Autumn Sweater

Après le plan canicule estival, va-t-il falloir prévoir un plan innondation ? En tout les cas, la météo (tout du moins parisienne) a voulu nous faire savoir que l'on entrait dans l'automne. Qu'à cela ne tienne cette saison est riche en sorties de tout bord tant au niveau des disques, que des films, des livres, des expos et la reprise de la saison théâtrale. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Crave" de Léonie Pernet
"Double negative" de Low
"Sound of Papapla Vol 1" de Papapla
"Captain Tarthopom, flûtes libres" de Jean Cohen-Solal
"Faits Bleus" de Pauline Drand
"Mésopotamie" de Fantôme
Tour d'horizon du festival Hop Pop Hop #3
"Le bruit dehors" de Goël
"You vicious !" de You, Vicious !
et toujours :
"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Enivrés" au Théâtre de la Tempête
"Le Père" à la MC à Bobiny
"Mysery" au Théâtre Hébertot
"Love Me Tender" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Qui a peur de Virginia Woolf ?" au Théâtre 14
"Les mots pour le dire" au Théâtre L'Archipel
"Le bateau pour Lipaia" à la Comédie Italienne
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre de la Huchette
"Cabaret Louise" au Théâtre le Funambule-Montmartre
"Callisto et Arcas" au Théâtre des Bouffes du Nord
les reprises :
"L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Los Guardiola - La Commedia del Tango" au Théâtre Essaion
"Elodie Poux - Le Syndrome du Playmobil" à l'Apollo Théâtre
"Apzude !" au Théâtre Trévise
"Guillaume Bats - Hors Cadre!" au Théâtre Apollo
"Les Sourds-Doués - Sur un malentendu" au Théâtre Trévise
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Collections privées - Un voyage des Impressionnistes aux Fauvess" au Musée Amrmottan-Monet
"Jakuchu - Le Royaume coloré des êtres vivants" au Petit Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Rafiki" de Wanuri Kahiu
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Dans les bras de Verdun" de Nick Dybek
"Le sillon" de Valérie Manteau
"Rommel" de Benoît Rondeau
"1994" de Adlene Meddi
et toujours :
"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=