Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Czech Philharmonic Orchestra - Semyon Bychkov
The Tchaikovsky Project - Manfred Symphony  (Decca Classics)  août 2017

"Cette symphonie est un opéra sans paroles, et c’est même l’un des plus beaux opéras composés par Tchaikovsky" Semyon Bychkov

"Prend garde, mon ami ! La prochaine étape est la mort !"

Œuvre d’abord adorée puisque presque détestée par son auteur, La symphonie Manfred représente pourtant à bien des égards l’âme et l’esthétique du compositeur : l’âme Russe, le romantisme, lyrisme et passions, un grand soin apporté aux mélodies, poésie mélodique. Des œuvres marquées par une dimension dramatique, par l’importance de l'idée de la fatalité, de la tragédie du monde et du Destin, du poids de la religion sur les hommes (que l’on retrouve par exemple dans ses symphonies quatre, cinq et six, son concerto pour violon).

L’histoire d’après le drame en vers de Byron qui sert de trame à cette symphonie rentre totalement dans l’univers du compositeur. Manfred est la figure archétypale du héros romantique tourmenté, une sorte Faust à l'anglaise. Manfred a tué sa belle fiancée Astarté lors d'une étreinte fatale et vit reclus rongé par le remord au fin fond des Alpes. Il supplie les esprits de parvenir à oublier son acte et tente de se suicider en sautant d'un pic alpin de La Jungfrau mais il est sauvé in extremis par un chasseur. Astarté apparaît enfin et lui annonce sa mort prochaine. Et en effet, le lendemain des démons surgissent pour l’emmener vers la mort.

C’est le compositeur Mili Balakirev qui lui soufflera l’idée d’écrire une symphonie à programme d’après Byron, après avoir fait la même proposition presque quatorze ans plutôt à Hector Berlioz. D’abord très réticent, jugeant l’idée trop proche justement de l’esthétique du compositeur Français et trouvant la version de Schumann indépassable, Tchaikovsky finira par accepter. Tchaikovsky rapidement regrettera l’idée et les très nombreuses propositions, nous pourrions presque parler d’injonctions esthétiques et harmoniques très fortement proposées, imposées par Balakirev : l’idée fixe dépeignant Manfred, l’apparition d’Astarté en ré Majeur, un premier mouvement en fa# mineur avec des passages en ré majeur…

Œuvre monumentale et absolument dramaturgique, avec une structure atypique et des leitmotivs aux phrasés, aux sonorités toujours différentes la symphonie se sépare en 4 mouvements. Le premier mouvement, le préféré de Tchaikovsky qui reniera les autres est un lento lugubre funeste et tragique en si mineur exprimant le désespoir de Manfred, parfois de la nostalgie se fait sentir quand Manfred se rappelle les doux moments avec sa bien-aimée Astarté. Suit un Vivace con spirito, presque un scherzo symbolisant la chasse et le féérique avec l’apparition de la fée dans un arc-en-ciel. Le troisième mouvement est un andante con moto montrant la douleur de Manfred suite à l’apparition d’Astarté et son impossible oubli. Le quatrième mouvement, le plus dramatique, avec un rappel à Berlioz, est un tourbillon où le fantôme d’Astarté pardonne à Manfred qui peut mourir en paix avec les accords du grand orgue.

Bychkov exprime ici la palette d’affects, toute la noirceur de l’âme avec une direction pointilleuse toute en clarté, une homogénéité dans le pupitre des cordes et une véritable cohérence musicale. Œuvre presque maudite, mal connue et pas toujours bien interprétée, jugée trop souvent comme mineure et trop influencée par Berlioz, elle est magnifiée ici par Semyon Bychkov l’interprétant de tout son cœur, de toute son âme.

 
##Czech Philharmonic##\r\n##Semyon Bychkov##\r\n

En savoir plus :
\r\n Le site officiel de Semyon Bychkov
\r\n Le Facebook de Semyon Bychkov
\r\n Le site officiel de Czech Philharmonic
\r\n Le Soundcloud de Czech Philharmonic
\r\n Le Facebook de Czech Philharmonic


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=