Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Czech Philharmonic Orchestra - Semyon Bychkov
The Tchaikovsky Project - Manfred Symphony  (Decca Classics)  août 2017

"Cette symphonie est un opéra sans paroles, et c’est même l’un des plus beaux opéras composés par Tchaikovsky" Semyon Bychkov

"Prend garde, mon ami ! La prochaine étape est la mort !"

Œuvre d’abord adorée puisque presque détestée par son auteur, La symphonie Manfred représente pourtant à bien des égards l’âme et l’esthétique du compositeur : l’âme Russe, le romantisme, lyrisme et passions, un grand soin apporté aux mélodies, poésie mélodique. Des œuvres marquées par une dimension dramatique, par l’importance de l'idée de la fatalité, de la tragédie du monde et du Destin, du poids de la religion sur les hommes (que l’on retrouve par exemple dans ses symphonies quatre, cinq et six, son concerto pour violon).

L’histoire d’après le drame en vers de Byron qui sert de trame à cette symphonie rentre totalement dans l’univers du compositeur. Manfred est la figure archétypale du héros romantique tourmenté, une sorte Faust à l'anglaise. Manfred a tué sa belle fiancée Astarté lors d'une étreinte fatale et vit reclus rongé par le remord au fin fond des Alpes. Il supplie les esprits de parvenir à oublier son acte et tente de se suicider en sautant d'un pic alpin de La Jungfrau mais il est sauvé in extremis par un chasseur. Astarté apparaît enfin et lui annonce sa mort prochaine. Et en effet, le lendemain des démons surgissent pour l’emmener vers la mort.

C’est le compositeur Mili Balakirev qui lui soufflera l’idée d’écrire une symphonie à programme d’après Byron, après avoir fait la même proposition presque quatorze ans plutôt à Hector Berlioz. D’abord très réticent, jugeant l’idée trop proche justement de l’esthétique du compositeur Français et trouvant la version de Schumann indépassable, Tchaikovsky finira par accepter. Tchaikovsky rapidement regrettera l’idée et les très nombreuses propositions, nous pourrions presque parler d’injonctions esthétiques et harmoniques très fortement proposées, imposées par Balakirev : l’idée fixe dépeignant Manfred, l’apparition d’Astarté en ré Majeur, un premier mouvement en fa# mineur avec des passages en ré majeur…

Œuvre monumentale et absolument dramaturgique, avec une structure atypique et des leitmotivs aux phrasés, aux sonorités toujours différentes la symphonie se sépare en 4 mouvements. Le premier mouvement, le préféré de Tchaikovsky qui reniera les autres est un lento lugubre funeste et tragique en si mineur exprimant le désespoir de Manfred, parfois de la nostalgie se fait sentir quand Manfred se rappelle les doux moments avec sa bien-aimée Astarté. Suit un Vivace con spirito, presque un scherzo symbolisant la chasse et le féérique avec l’apparition de la fée dans un arc-en-ciel. Le troisième mouvement est un andante con moto montrant la douleur de Manfred suite à l’apparition d’Astarté et son impossible oubli. Le quatrième mouvement, le plus dramatique, avec un rappel à Berlioz, est un tourbillon où le fantôme d’Astarté pardonne à Manfred qui peut mourir en paix avec les accords du grand orgue.

Bychkov exprime ici la palette d’affects, toute la noirceur de l’âme avec une direction pointilleuse toute en clarté, une homogénéité dans le pupitre des cordes et une véritable cohérence musicale. Œuvre presque maudite, mal connue et pas toujours bien interprétée, jugée trop souvent comme mineure et trop influencée par Berlioz, elle est magnifiée ici par Semyon Bychkov l’interprétant de tout son cœur, de toute son âme.

 
##Czech Philharmonic##\r\n##Semyon Bychkov##\r\n

En savoir plus :
\r\n Le site officiel de Semyon Bychkov
\r\n Le Facebook de Semyon Bychkov
\r\n Le site officiel de Czech Philharmonic
\r\n Le Soundcloud de Czech Philharmonic
\r\n Le Facebook de Czech Philharmonic


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 novembre 2017 : Too Young to die

On le savait atteint de démence, Malcolm Young, membre fondateur de AC/DC a finalement rejoint à seulement 64 ans ce super groupe de rock quelque part dans un autre monde.Gardons le cap cependant, la vie est courte alors profitez sans plus attendre de notre petite sélection culturelle hebdomadaire avec du beau et du bon. A lire, à voir, à jouer et à écouter.

Du côté de la musique :

"Travaux sur la N89" de Jean Louis Murat
"Nat 'King' Cole & me" de Gregory Porter
"[e.pok]" de Ignatus
Interview de Fred Nardin
"Helmet on" de Manolo Redondo
Interview de Sapiens Sapiens
"Au coeur" de Tout Finira Bien
"Freak show" de Coffees & Cigarettes
"Rokh" de Datcha Mandala
Des Roses, Orouni et Bonni Li dans une sélection de EPs
Lise à l'International
et toujours :
Interview de Xavier Boyer autour de son album "Some / Any / New"
"Rituels" de Zero Degré
"Echo Zulu" de Nosfell
"En désaccord" de Alee & Ordoeuvre
"Tambourine" de Blot
"Come on & dance" de Caesaria
"In transit" de Kyle Eastwood
"Hybride" de Mr Yéyé
Brahms" de Nelson Freire
"Tangerine moon wishes" de Sandra Nkaké

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Trois Soeurs" au Théâtre National de l'Odéon
"Tous des oiseaux" au Théâtre de la Colline
"La Cantatrice chauve" au Théâtre du 13ème Art
"Ca va ?" au Théâtre du Rond-Point
"Clérambard" au Théâtre 13/Jardin
"Eddy Merckx a marché sur la lune" au Théâtre Pars-Villette
"Gardarem" à la Manufacture des Abbesses
"Cantate pour Lou Von Salomé" au Studio Hébertot
"Le Soliloque de Grimm" au Théâtre Essaion
"Les Darons" au Théâtre d'Edgar
"Clara Lefort - Tiens-toi debout" au Théâtre Le Mélo d'Amélie
des reprises à ne pas rater :
"Alcool" au Théâtre L'Echangeur à Bagnolet
"Requiem pour les artistes" au Théâtre Théâtre Elizabeth Czerczuk
et les chroniques des autres spectacles de novembre

Exposition avec :

"Hermès à tire-d’aile - Les mondes de Leïla Menchari" au Grnd Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Western" de Valeska Grisebach
"La education del rey" de Santiago Esteves
les chroniques des autres sorties de novembre
et les chroniques des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Un coeur sombre" de R.J. Ellory
"Adam & Eve" de Stephen Greenblatt
"Ce que j'aime vraiment" de Astrid Desbordes & Pauline Martin
"Les chiens de Détroit" de Jérôme Loubry
"Seules les femmes sont éternelles" de Frédéric Lenormand
et toujours :
"Birthday girl" de Haruki Murakami
"9 rue Drouot" de Isabelle Yafil
"Comment ratatiner les idées noires ?" de Catherine Leblanc & Roland Garrigue
"Dernier jour à Budapest" de Sandor Marai
"La maison des Turner" de Angela Flournoy

Froggeek's Delight :

"Wolfenstein II : The New Colossus" sur PC, PS4, Xbox One
"Super Mario Odyssey" sur Nintendo Switch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=