Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Fnac Indétendances 2005
David Lafore Cinq têtes - Pauline Croze  (Paris Plage)  5 août 2005

Le 3ème week end du Festival Fnac Indétendances est dédié à la chanosn française.

Au programme, David Lafore cinq têtes et Pauline Coze avec une surprise nous annonce le présentateur.

L'auditoire, qui s'attend à un invité surprise, du genre vedette qui parrainerait les petits nouveaux, est quelque peu désappointé quand entre sur scène un jeune homme inconnu en boxer rouge ayant gardé ses chaussures et ses chaussettes.

A la guitare acoustique, il chante d'une voix atone "Vingt francs" une calembredaine autour du cunnilingus qui ne saisit un peu le public ("pour la Saint Valentin , fini le baratin, faites lui fondre le bonbon").

C'était en fait David Lafore qui revient ensuite avec ses quatre acolytes.

Musicalement, David Lafore Cinq têtes évolue dans tous les registres avec une prédilection pour les rythmes des clubs de Saint Germain des années, de Vian ("Nuit blanche") à la fausse musique tribale des années cinquante ("Bye bye") pour des compositions drôlatiques ("Sur ma mule" "Quand elle n'avance pas, il faut que je la bouscule, une mule c'est nul") ou un peu désespérées ("Plat à gratin" "Tu peux partir, ça ne me fait rien, je garde le sourire").

Certains morceaux ("Mouches" ou "Bye bye") étirés à l'extrême à la manière des jam sessions perdent en acuité et le public décroche parfois même si David Lafore fait un peu le mariole à la manière de Jean-Louis Murat.

Le final avec une "Fleur de rond point" un peu plus enlevée recueille davantage l'agrément du public.

La foule s'est faite dense pour le concert de Pauline Croze, nouvelle venue grossir le rang des filles de la nouvelle scène musicale française. Nous l'avions découvert pour un très court intermède acoustique au Festival des Inrocks 2004 ans avoir pu saisir son nom.

En quelques mois, avec la parution de son album éponyme en février, elle sort incontestablement du lot tant par ses compositions que par sa voix.

Loin des Lolita et des prestations scéniques conceptuelles, elle chante et joue de la guitare. C'est tout et ce n'est pas rien l'occurrence.

Brune diaphane, de grands yeux cachés sous une lourde mèche, elle semble presque timide.

Elle enchaîne les morceaux et dès le premier titre "La chaleur des nuits de plein lune", le public est conquis qui a tôt fait de reprendre en choeur le refrain ( "De la vie je ne prends que la dolce vita c'est tout m'en voulez-vous?/De l'amour je n'attends qu'une main sans la bague au doigt/Comprenez-vous?").

Ça swingue juste ce qu'il faut pour cette soirée d'été et sa voix profonde, éraillée, un peu soul éraillée et capable de très belles montées en puissance produit une fascination immédiate ("Je suis floue").

Enveloppés de rythme bossa, folk, funk, swing ou reggae, ses textes intimistes souvent graves et passionnés, et d'une maturité étonnante pour une si jeune femme, font prendre feu immédiatement.

Les superbes et tubesques " T'es beau" et "Quand je suis ivre" scotchent le public par l'émotion qu'ils dégagent tout autant que ceux dans lesquels Pauline Croze se fait presque rageuse pour défendre son identité et son intégrité ("Femme fossile", "Jeunesse affamée","M'en voulez-vous").


Pauline à Paris plage, même si elle est un peu fatiguée de retour le matin même des Francofolies à Montréal, a vraiment enflammé cette nuit même si ce n'était pas la pleine lune.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Album éponyme de Pauline Croze
La chronique de l'album Le prix de l'éden de Pauline Croze
Pauline Croze en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (samedi)

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie )


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=