Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cirkopolis
Théâtre 13ème Art  (Paris)  octobre 2017

Spectacle circassien du Cirque Eloïze conçu sour la direction artistique et mise en scène de Jeannot Painchaud et la co-mise en scène et chorégraphie de Dave Saint-Pierre, avec Colin André-Hériaud, Selene Ballesteros-Minguer, Pauline Baud-Guillard, Ashley Carr, Aaron DeWit, Rosita Hendry, Jonathan Julien Passing, Frédéric Lemieux-Cormier, Alexie Maheu, Arata Urawa, Jérémy Vitupier et Antonin Wicky.

Créé en 1993, au Québec, par Jeannot Painchaud, Daniel Cyr, Robert Bourgeois et Julie Hamelin, le Cirque Éloize a acquis une réputation mondiale. Chaque année, il parcourt triomphalement la planète. Dès qu'il quittera Paris fin octobre, il partira ainsi pour la Nouvelle-Zélande...

En voyant "Cirkopolis", son dernier spectacle, on n'a pas besoin de beaucoup argumenter pour expliquer les raisons de ce succès exceptionnel. Alliant rythme et rigueur, imagination et précision, poésie et professionnalisme, le Cirque Éloize est imparable.

Contrairement aux cirques traditionnels, ce n'est pas le "chapiteau", "la mythologie cirque" la vedette, mais le spectacle. Il n'y a pas des numéros qui se succèdent, présentés par un "Monsieur Loyal", mais on suit une histoire, avec parfois l'intervention clin d'oeil d'un néo-clown moderne, Ashley Carr.

Pas question d'un chapiteau, c'est sur une scène que l'on danse ou que l'on pratique des acrobaties, des équilibres, des jongleries avec en "fond d'écran" la vidéo-projection d'un univers qui rappelle en premier lieu celui du "Brazil" de Terry Gilliam et du "Métropolis" de Fritz Lang.

Habillés en gris, chapeautés, tous en pantalons, les quatorze membres de la troupe découvrent un univers bureaucratique, sombre, étouffant sans joie. Mais, peu à peu, sous l'impulsion des chorégraphies de Dave Saint-Pierre, les pantins moroses déguisés en petits fonctionnaires obscurs vont se muer en artistes.

L'idée est simple et efficace : comme dans le film "Pleasantville", le noir et blanc va céder la place à la couleur. D'abord, ce sera le rouge qui fera son apparition, avec la radieuse Rosita Hendry et son fabuleux numéro de "Roue Cyr"...

Puis peu à peu, l'ordre terne et sans joie, où le papier blanc est calibré avant d'être tamponné, sera dynamité par d'opiniâtres danseurs qui s'ingénient à arpenter en permanence la scène.

On se croirait parfois revenu à l'ère d' Un Américain à Paris". La danse, pour Dave Saint-Pierre, est avant tout démonstration et action. C'est dans la partie artistique que se loge l'émotion, comme pendant ce moment exceptionnel, tout en grâce, où Selene Ballesteros-Minguer officie à la corde lisse.

Il faudrait évidemment citer tous les artistes qui, à la différence du cirque traditionnel, participent à tout le spectacle, parfois en lumière, parfois pour faire nombre dans ce qu'on pourrait appeler le "choeur". Toutefois, on soulignera l'adresse diabo...lique d'Arata Urawa au diabolo.

Ce qui étonnera le plus dans ce spectacle sans magicien, c'est qu'à l'instant de le quitter, en regardant sa montre, on s'aperçoit qu'il ne s'est passé que 80 minutes. Comment une douzaine de séquences qui paraissent exiger chacune un temps important de mise en place peuvent-elles se succéder à un tel rythme ?

Il faut faire cette expérience : elle est unique et sera forcément inoubliable.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=