Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Forêts natales - Arts d'Afrique équatoriale atlantique
Musée du Quai Branly  (Paris)  Du 3 octobre 2017 au 21janvier 2018

.Avec l'exposition "Les Forêts natales - Arts d'Afrique équatoriale atlantique", le Musée du Quai Branly propose un panorama des principaux styles artistiques de la grande tradition sculpturale des peuples de la forêt de l'Afrique équatoriale atlantique.

Cette vaste et érudite monstration a été conçue sous le commissariat de Yves Le Fur, conservateur général et directeur du département du patrimoine et des collections dudit musée, qui a sélectionné trois centaines de pièces majeures et archétypales réalisées entre le 17ème et le début du 20ème siècle.

Celles-ci bénéficient de la superbe et fluide scénographie élaborée par l'Atelier Jean de Gastines architectes qui reprend l'essentiel de celle qui, en ces mêmes espaces, présidait à l'exposition "Picasso Primitif" qui s'est close en juillet 2017.

De la Guinée équatoriale au Congo, la sculpture des peuples de la forêt

La monstration, soutenue par un propos scientifique de recensement stylistique et de mesure de l'impact des échanges et emprunts liés aux nombreux mouvements migratoires intervenus dans cette région qui, cependant, n'ont pas affecté le continuum culturel, s'adresse sans réserve à l'amateur des arts premiers comme au visiteur néophyte.

En effet, elle constitue une véritable et exaltante odyssée dans un art statuaire qui se révèle tant d'une éblouissante créativité et d'une exceptionnelle originalité que paradoxal en raison d'une diversité se développant sous le signe d'une identité forte.

L'identité réside dans le fait qu'il s'agit d'une sculpture d'intercession avec le sacré qui se décline en deux types d'objets rituels aux fonctions différenciées : le culte des ancêtres, avec des statues liées au culte domestique qui constituent des reliquaires familiaux, et le masque dit "d'esprit" porté par des initiés dans différentes rituels et manifestations sociétales.

La diversité se manifeste par l'éventail stylistique de formes qui explique notamment la fascination et l'influence exercées par la puissance plastique de l'art africain sur l'art moderne et notamment le cubisme. Ainsi, dès la première salle, le visiteur sera impressionné par l'armée de statues d'ancêtres en pied en bois patiné, gardiens des reliquaires, des Fang.

Puis il sera saisi par la beauté des masques masques-cimiers anthropozoomorphes des Kwelé, animistes croyant dans les esprits de la forêt, auxquels la couleur des pigments apposés sur le bois donner un aspect métallique.

Impressionnant est le défilé des oeuvres des Kota qui se distinguent par l'utilisation du métal apposé sur le bois tant pour les figures de reliquaires fixées au panier aux ossements, représentation stylisée d'une figure humaine qui serait celle de Janus tout comme leurs masques-heaumes polychromes de style expressionniste coiffé d'une crête de gorille ou décorés d'un motif peint évoquant le pelage de la panthère, deux animaux symbole de puissance.

Le contraste est évident avec les masques des Punu, présentés tels des bijoux dans une écrin noir. Croyant en un unique ancêtre féminin, équivalent de la déesse-mère, leur masque archétypal est un masque féminin de facture naturaliste, aux traits plus européens voire asiatiques qu'africains, enduit d'argile blanche.

Avec, et entre autres, les piliers de cases rituelles des Tsogo, les grands masques polychromes couverts de fibres végétales des Aduma et les boîtes-reliquaire anthropomorphes des MBede, de beaux sujets de réflexion sur l'art et le sacré.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Quai Branly

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée du Quai Branly


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=