Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Organ
Grab that gun  (Talitres / Chronowax)  juillet 2005

Pour commencer un pitch classico-classique pour situer le groupe. The Organ, composé de Katie Sketch (voix), Jenny Smyth (orgue), les fondatrices du groupe en 2001, Debora Cohen (guitare), Ashley Webber (basse) et Shelby Stocks (batterie), est un quintet de filles issu de la scène de Vancouver qui a assuré de manière remarquée les premières parties d'Interpol, Hot Hot Heat, Walkmen et de Wedding Present.

Leur premier album Grab that gun, qui sort en France grâce au très inspiré label Talitres, décline en moins de 30 minutes un cocktail particulièrement réussi de new wave et de post-punk.

En moins de 30 minutes et 10 brûlots, les morceaux concis, efficaces, sans un poil de graisse, le plus souvent introduits par une batterie métronomique et martelante, qui débarque subitement dont on ne sait où, aux phrases enchaînées sans souci de la ponctuation et s'achevant presque brutalement comme si les dernières notes étaient coupées, scotchent l'auditeur même après plusieurs écoutes.

The Organ, groupe de post riot grrl dont le disque tournerait au ralenti, a choisi le son des 80's pour se pencher sur des préoccupations plus intimistes et intériorisées dans des fulgurances sans appel comme "There is nothing I can do" ("And there is nothing I can do/But cut and think about you"), ou "No one has ever looked so dead" ("Well it's over and I can't go there anymore").

Sur des rythmes faussement allègres, "Brother" ("Enjoy it while you can before things change"), "Memorize The City" ("Sometimes I close my eyes and hope that I can keep away all the darkened skies"), "Love love love" ("I can' believe the word love/I'mlooking for love"), "A Sudden Death" ("Oh, but now that you are gone/I just know that everything is wrong/Don't leave me alone now"), The Organ nous décoche quelques traits nostalgiques et désenchantés qui raisonneront longtemps encore à votre oreille.

Côté influences, au demeurant patentes, assumées et plutôt excellentes, The Cure, The Smiths et Joy Division se sont penchées sur leur berceau et là où The Organ réussit son coup, si l'on peut dire, c'est que ces influences sont fort symbiotiquement mêlées et déclinées évitant les écueils du "à la manière de" et de l'album catalogue.

Sur le trio guitare-basse-batterie qui dispense une rythmique entêtante et entêtée, s'est greffé un orgue, l'ensemble, à chacun de retrouver le son des Cure et des Smiths, faisant de chaque morceau un tube en puissance.

Quant à la voix de Katie Sketch elle est d'autant plus singulière qu'elle résulte d'un curieux mélange entre Morrissey (The Smiths), Robert Smith (Cure), Claudia Brücken (Propaganda), Patti Smith, Alison Moyet, Kristin Hersh, Blondie et…Sheila. Sa scansion l'est tout autant. Sorte de mélopée à la fois sensuelle et désincarnée, impérative et martelante tendue et fragile comme au bord de la rupture, elle est tout simplement chavirante.

Un album que vous userez jusqu'à la corde… "Come on now/Grab that gun and we'll go drive/Around until there's no sound" en songeant à "Steven Smith".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Organ King de F.M.
The Organ en concert au Festival La Route du Rock 2005 (samedi)
The Organ en concert à L'Antipode (5 novembre 2005)
The Organ en concert au Festival Les femmes s'en mêlent 2006
The Organ en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
La conférence de presse de The Organ (13 août 2005)

En savoir plus :

Le site officiel de The Organ


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=