Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Super Mario Odyssey
Nintendo Switch  (Nintendo)  octobre 2017

Mario est le personnage le plus connu du monde du jeu vidéo. On est d'accord, il ne ressemble pas à grand-chose si l'on a plus de 14 ans et je sais bien que si vous ne jouez pas aux jeux vidéo, ce n'est pas son charisme qui vous fera prendre un manette et devenir gamer invétéré.

Mais revenons quelques dizaines d'années en arrière. Dans les 80's, un artiste designer et musicien japonais, Shigeru Miyamoto, se retrouve à bosser pour une société de cartes à jouer et, disons, pour simplifier, de produits dérivés ludiques. La société se nomme Nintendo et le jeune homme va simplement révolutionner le jeu vidéo en s'adaptant aux contraintes techniques de l'époque. Par exemple, les cheveux sont impossibles à animer en 8-bits, Miyamoto a l'idée de mettre une casquette à son héros et d'en faire un charpentier (il deviendra rapidement plombier par la suite). Tout cela pour vous dire que Mario est juste né de contraintes, de limitations, ce qui peut expliquer son apparence. Mais que ce soit en borne d'arcade ou sur les premières consoles Nintendo, Shigeru Miyamoto est arrivé à nous offrir le gameplay parfait. Le plaisir de jouer ultime, la base d'un style fondateur et toujours alerte, le jeu de plate-formes.

Bon, venons-en à Super Mario Odyssey, on est là pour ça. Depuis Super Mario 64, sorti en 1996 (ce fut une véritable révolution, l'époque était à la découverte de la 3D), les jeux Mario ont décliné à l'infini cet épisode charnière... que ce soit Super Mario Galaxy et sa découverte de planètes nous offrant de nouvelles manières de concevoir l'expérience de jeu, ou Super Mario Sunshine, qui jouait sur une physique basée sur une sorte de pompe à eau, ces titres se contentaient de décliner une formule déjà rodée. Certes bons, mais finalement toujours prévisibles.

Avec la sortie de sa nouvelle console, Nintendo a voulu mettre la barre très haut en allant un peu plus loin dans le travail sur ses deux univers principaux. Zelda Breath Of The Wild tout d'abord, probablement l'un des meilleurs jeux de ces vingt dernières années. Et ce Super Mario Odyssey, qui réinvente totalement les codes du genre, tout en restant fidèle à l'essence même de la série.

Si Breath Of The Wild nous fait rêver et nous laisse le temps de la magie de la découverte d'un monde quasi-infini, Super Mario Odyssey nous met à l'épreuve des lois de la physique du jeu vidéo poussées à leur dernière extrémité. Chaque niveau regorge d'idées malignes et de subtilités novatrices. On passe d'un moment d'intense réflexion face à une énigme retorse à une séquence qui demande agilité et réflexes pour récolter un maximum de lunes (indispensables pour améliorer votre vaisseau et débloquer des niveaux) ou de pièces de couleur.

La grande idée du jeu, c'est Cappy, le chapeau qui permet à Mario de se métamorphoser en toute sortes d'objets ou de personnages croisés au fil des niveaux, chacune de ces métamorphoses permettant d'accéder à de nouvelles zones, réaliser de nouvelles actions ou tout simplement passer les niveaux d'une autre manière. Se transformer en Goomba, ces sortes de champignons du monde de Mario a toujours été un fantasme pour moi, et, grâce à Cappy, c'est maintenant possible, ce qui nous permet même d'aller draguer des "goombassettes" pour obtenir de nouveaux bonus. Tout est toujours malin, intuitif et intelligent.

Autre nouveauté, l'incursion de Mario dans un monde réel, dans la ville, notre personnage sautant entre les immeubles façon Spiderman, une liberté que ne s'étaient jamais vraiment permis les équipes de développement de Nintendo et qui prouve que ce Super Mario Odyssey fait table rase du passé pour nous propulser dans une toute nouvelle expérience de jeu.

Si vous commencez à jouer sur console Switch, je vous conseillerai tout de même de commencer par Zelda pour sa profondeur qui pourrait bien vous tirer des larmes... mais n'oubliez pas qu'un autre chef-d'oeuvre vous attend au tournant : Super Mario Odyssey ! Le jeu vidéo peut procurer d'aussi belles sensations que la musique, le théâtre, la lecture ou le cinéma. Il suffit juste de tenter l'expérience sur un titre de qualité...

 

En savoir plus :
Super Mario Odyssey sur le site officiel de Nintendo


Matt Murdock         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=