Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce François Chaplin, Jean-François Verdier & Orchestre Victor Hugo Franche-Comté
Mozart : Piano Concertos Nos. 23 & 24  (Aparté Music)  octobre 2017

"À mon sens, la musique renforce, aussi bien dans la joie que dans le drame, les sentiments." Jacques Demy

A titre personnel, ce disque me parle énormément. Il me rappelle avoir joué le concerto n°23 de très nombreuses fois avec différents orchestres et des pianistes comme Zhu Xiao-Mei, Vanessa Wagner ou encore Mikhail Rudy et c’était toujours un énorme plaisir. Non, plus que cela, bien plus que cela. Comme le sentiment d’une communion avec les autres musiciens de l’orchestre et les solistes, toucher du doigt quelque chose de l’ordre de l’âme humaine, de l’ataraxie musicale.

Il n’est nullement besoin d’être musicien, ni même un féru de musique classique pour aimer ce disque. Bien que composé pour plaire et lui faire de la publicité, et joués par le compositeur lui-même, sorte de musique pop avec deux cents ans d’avance, les concertos, et notamment ceux pour piano possèdent un supplément d’âme, quelque chose qui touche au-delà de la musique, loin de toute facilité tape-à-l’œil ou frivolité. Ils montrent le compositeur jonglant entre l’académisme du style concertant héritier du concerto grosso et le modernisme de la forme sonate.

Les concertos n°23 & 24 datent d’une période (la saison 1785 / 1786) où le compositeur viennois est en état de grâce (Les Noces de Figaro, la symphonie n°38, les quatuors pour cordes et piano, le concerto pour piano n°22 et 25, la sonate pour violon K481, le concerto pour cor n°4… sans parler des débuts de l’écriture de Don Giovanni datent de cette saison) au niveau de l’écriture mais dans une période beaucoup plus sombre personnelle puisqu’il est mis à l’écart de la vie musicale Viennoise et connaît d’extrêmes difficultés financières.

Le concerto n°23 est d’une splendeur dramatique incroyable. Il est célèbre notamment pour son second mouvement, le dernier en mode mineur chez Mozart (ici en fa# mineur), avec sa beauté presque surréaliste et irréelle et ses tensions héritières de l’Aufklärung et du Sturm und drang annonçant le romantisme à venir, où Mozart montre toute sa détresse. Alfred Einstein évoquait à propos de ce concerto "la richesse des couleurs et la transparence d’un vitrail".

Le concerto n°24 plus sombre montre un Mozart en plein troubles conjugaux, lui qui est marié avec Constance Weber, femme qu’il a épousé alors qu’il était épris d’une autre fille weber et qui tombe amoureux de Therese Von Trattner. Mais les richesses orchestrales et harmoniques (la sixte napolitaine et les intervalles de septième diminués du début par exemple) annoncent aussi les bouleversements, les révolutions à venir.

Une musique qui brille par son total génie mais qui n’est rien sans une excellente interprétation, et ici l’interprétation de François Chaplin et de l’orchestre Victor Hugo sous la direction de Jean-François Verdier est toute en finesse, équilibres, phrasés et pleine de dynamiques, donnant du sens à la dramaturgie musicale. François Chaplin possède la faculté de passer d’une mélodie merveilleuse à d'un déferlement sonore avec une facilité qui confine à la maestria.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Brahms, Intermezzi, Rhapsodies de François Chaplin
La chronique de l'album Karl Maria von Weber : Symphonie N°1 & Concertos de Orchestre Victor Hugo - Jean-François Verdier - Nicolas Baldeyrou - David Guerrier - Thomas

En savoir plus :
Le site officiel de François Chaplin
Le Soundcloud de François Chaplin
Le Facebook de François Chaplin
Le Facebook de Jean-François Verdier
Le site officiel de l'Orchestre Victor Hugo Franche-Comté
Le Facebook de l'Orchestre Victor Hugo Franche-Comté


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=