Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce François Chaplin, Jean-François Verdier & Orchestre Victor Hugo Franche-Comté
Mozart : Piano Concertos Nos. 23 & 24  (Aparté Music)  octobre 2017

"À mon sens, la musique renforce, aussi bien dans la joie que dans le drame, les sentiments." Jacques Demy

A titre personnel, ce disque me parle énormément. Il me rappelle avoir joué le concerto n°23 de très nombreuses fois avec différents orchestres et des pianistes comme Zhu Xiao-Mei, Vanessa Wagner ou encore Mikhail Rudy et c’était toujours un énorme plaisir. Non, plus que cela, bien plus que cela. Comme le sentiment d’une communion avec les autres musiciens de l’orchestre et les solistes, toucher du doigt quelque chose de l’ordre de l’âme humaine, de l’ataraxie musicale.

Il n’est nullement besoin d’être musicien, ni même un féru de musique classique pour aimer ce disque. Bien que composé pour plaire et lui faire de la publicité, et joués par le compositeur lui-même, sorte de musique pop avec deux cents ans d’avance, les concertos, et notamment ceux pour piano possèdent un supplément d’âme, quelque chose qui touche au-delà de la musique, loin de toute facilité tape-à-l’œil ou frivolité. Ils montrent le compositeur jonglant entre l’académisme du style concertant héritier du concerto grosso et le modernisme de la forme sonate.

Les concertos n°23 & 24 datent d’une période (la saison 1785 / 1786) où le compositeur viennois est en état de grâce (Les Noces de Figaro, la symphonie n°38, les quatuors pour cordes et piano, le concerto pour piano n°22 et 25, la sonate pour violon K481, le concerto pour cor n°4… sans parler des débuts de l’écriture de Don Giovanni datent de cette saison) au niveau de l’écriture mais dans une période beaucoup plus sombre personnelle puisqu’il est mis à l’écart de la vie musicale Viennoise et connaît d’extrêmes difficultés financières.

Le concerto n°23 est d’une splendeur dramatique incroyable. Il est célèbre notamment pour son second mouvement, le dernier en mode mineur chez Mozart (ici en fa# mineur), avec sa beauté presque surréaliste et irréelle et ses tensions héritières de l’Aufklärung et du Sturm und drang annonçant le romantisme à venir, où Mozart montre toute sa détresse. Alfred Einstein évoquait à propos de ce concerto "la richesse des couleurs et la transparence d’un vitrail".

Le concerto n°24 plus sombre montre un Mozart en plein troubles conjugaux, lui qui est marié avec Constance Weber, femme qu’il a épousé alors qu’il était épris d’une autre fille weber et qui tombe amoureux de Therese Von Trattner. Mais les richesses orchestrales et harmoniques (la sixte napolitaine et les intervalles de septième diminués du début par exemple) annoncent aussi les bouleversements, les révolutions à venir.

Une musique qui brille par son total génie mais qui n’est rien sans une excellente interprétation, et ici l’interprétation de François Chaplin et de l’orchestre Victor Hugo sous la direction de Jean-François Verdier est toute en finesse, équilibres, phrasés et pleine de dynamiques, donnant du sens à la dramaturgie musicale. François Chaplin possède la faculté de passer d’une mélodie merveilleuse à d'un déferlement sonore avec une facilité qui confine à la maestria.

 

En savoir plus :
Le site officiel de François Chaplin
Le Soundcloud de François Chaplin
Le Facebook de François Chaplin
Le Facebook de Jean-François Verdier
Le site officiel de l'Orchestre Victor Hugo Franche-Comté
Le Facebook de l'Orchestre Victor Hugo Franche-Comté


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 novembre 2017 : Too Young to die

On le savait atteint de démence, Malcolm Young, membre fondateur de AC/DC a finalement rejoint à seulement 64 ans ce super groupe de rock quelque part dans un autre monde.Gardons le cap cependant, la vie est courte alors profitez sans plus attendre de notre petite sélection culturelle hebdomadaire avec du beau et du bon. A lire, à voir, à jouer et à écouter.

Du côté de la musique :

"Travaux sur la N89" de Jean Louis Murat
"Nat 'King' Cole & me" de Gregory Porter
"[e.pok]" de Ignatus
Interview de Fred Nardin
"Helmet on" de Manolo Redondo
Interview de Sapiens Sapiens
"Au coeur" de Tout Finira Bien
"Freak show" de Coffees & Cigarettes
"Rokh" de Datcha Mandala
Des Roses, Orouni et Bonni Li dans une sélection de EPs
Lise à l'International
et toujours :
Interview de Xavier Boyer autour de son album "Some / Any / New"
"Rituels" de Zero Degré
"Echo Zulu" de Nosfell
"En désaccord" de Alee & Ordoeuvre
"Tambourine" de Blot
"Come on & dance" de Caesaria
"In transit" de Kyle Eastwood
"Hybride" de Mr Yéyé
Brahms" de Nelson Freire
"Tangerine moon wishes" de Sandra Nkaké

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Trois Soeurs" au Théâtre National de l'Odéon
"Tous des oiseaux" au Théâtre de la Colline
"La Cantatrice chauve" au Théâtre du 13ème Art
"Ca va ?" au Théâtre du Rond-Point
"Clérambard" au Théâtre 13/Jardin
"Eddy Merckx a marché sur la lune" au Théâtre Pars-Villette
"Gardarem" à la Manufacture des Abbesses
"Cantate pour Lou Von Salomé" au Studio Hébertot
"Le Soliloque de Grimm" au Théâtre Essaion
"Les Darons" au Théâtre d'Edgar
"Clara Lefort - Tiens-toi debout" au Théâtre Le Mélo d'Amélie
des reprises à ne pas rater :
"Alcool" au Théâtre L'Echangeur à Bagnolet
"Requiem pour les artistes" au Théâtre Théâtre Elizabeth Czerczuk
et les chroniques des autres spectacles de novembre

Exposition avec :

"Hermès à tire-d’aile - Les mondes de Leïla Menchari" au Grnd Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Western" de Valeska Grisebach
"La education del rey" de Santiago Esteves
les chroniques des autres sorties de novembre
et les chroniques des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Un coeur sombre" de R.J. Ellory
"Adam & Eve" de Stephen Greenblatt
"Ce que j'aime vraiment" de Astrid Desbordes & Pauline Martin
"Les chiens de Détroit" de Jérôme Loubry
"Seules les femmes sont éternelles" de Frédéric Lenormand
et toujours :
"Birthday girl" de Haruki Murakami
"9 rue Drouot" de Isabelle Yafil
"Comment ratatiner les idées noires ?" de Catherine Leblanc & Roland Garrigue
"Dernier jour à Budapest" de Sandor Marai
"La maison des Turner" de Angela Flournoy

Froggeek's Delight :

"Wolfenstein II : The New Colossus" sur PC, PS4, Xbox One
"Super Mario Odyssey" sur Nintendo Switch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=