Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The National
Sleep Well Beast  (4AD / Beggars)  septembre 2017

The National, c’est avant tout une voix, celle de Matt Berninger, voix grave de baryton qui semble condamnée à ne chanter que des choses tristes et mélancoliques. The National, c’est aussi une histoire de famille, deux paires de frères (Aaron et Bryce Dessner, Bryan et Scott Devendorf) qui subliment cette voix de velours et les histoires qu’elle nous raconte par une orchestration d'orfèvre. L’ambiance est feutrée et sombre, et malgré quelques lueurs semble rester souvent dans l’ombre, mais on s’y sent bien comme chez soi au coin du feu une longue nuit d’automne.

Les 5 membres du groupe vivant aux quatre coins du globe Paris, Copenhague, Cincinnati, Long Island, et s’étant dispersé entre nouveaux projets et collaborations, musiques de films et même une chanson pour "Games Of Thrones", avaient besoin d’un endroit au calme qui soit leur "chez eux", c’est pourquoi ils ont décidé de construire leur propre studio dans les montagnes de l’état de New York. C’est sans aucun doute crucial pour la genèse de ce nouvel album au point que c’est une photo de cet "home sweet home" qui orne la pochette du disque tout en nuances de gris (avec quelques touches d’un bleu électrique).

Dans ce nouveau lieu, plus de contrainte, de pression ou de promiscuité d’un studio professionnel en location, mais un enregistrement "à la maison" qui leur a laissé le temps de faire un disque qui leur ressemble vraiment. Quatre années ont été nécessaires pour façonner cette oeuvre qui vient côtoyer les bijoux que sont les albums High Violet et Boxer et fait un peu oublier le succès plus mitigé du prédécesseur Trouble Will Find Me. Sleep Well Beast, leur septième album est donc sorti le 8 septembre sur le label 4AD pour accompagner la déprime de la rentrée et la chute des premières feuilles.

Dans cet album le groupe nous dévoile plusieurs visages, des ballades au piano, des chansons plus rock, et des chansons plus expérimentales.

Les premières sont d’une beauté sublime, tristes mais assez lumineuses et mettent vraiment en valeur la voix du chanteur. Ce sont "Nobody Will Be There", "Born To Beg" "Guilty Party" ou "Carin At The Liquor Store" qui pour moi sont des pierres précieuses particulièrement bien taillés. "Dark Side Of The Gym" et tout aussi belle même si place du piano est moins primordiale, mais elle a ce petit effet "valse" qui en fait la plus dansante de l’album, ça change un peu.

Les secondes sont des compositions classiques de The National, rien de révolutionnaire mais toujours plaisantes à écouter. Si on met un peu de côté "Turtleneck" qui à mon goût est beaucoup trop brute et pas vraiment agréable, les singles "Day I Die" et surtout "The System Only Sleep In Total Darkness" sont bien construites, à la fois accessibles dès la première écoute et révélant des trésors cachés après plusieurs passages dans les oreilles.

Les troisièmes changent énormément de ce qu’avait pu faire le groupe jusqu’alors, et fait rapidement penser au virage électronique pris par Radiohead à une certaine époque, l’intro de "Sleep Well Beast" peut être même un peu trop "inspirée" par cette période, mais quand c’est par petites touches électros qui viennent accompagner des mélodies à la guitare c’est très appréciable comme dans "Walk It Back", "Empire Line" ou "I’ll Still Destroy You".

The National évoque des thèmes plus joyeux les uns que les autres tels que la séparation, la fuite face aux problèmes, le désespoir, les difficultés des relations humaines et de l’emprise du temps sur nos vies.

Du temps, The National en a pris plus que d’habitude pour façonner cet album et c’est plutôt une réussite, on est transporté par les mélodies et la batterie toute en retenue, par l’ambiance et les thèmes sombres et la voix du chanteur que je compte vous l’aurez compris parmi les plus belles voix des groupes de rock.

On pourra aller voir la bête qui sommeille en eux se réveiller sur scène lors du Pitchfork Music Festival le 2 novembre à la Villette à la fin d’une soirée "carte blanche" programmée par leurs soins.

Le clip de "Guilty Party", tout en bleu blanc et rouge où on peut voir le fameux studio :

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sad songs for dirty lovers de The National
La chronique de l'album Cherry Tree de The National
La chronique de l'album Kicking the national habit de Grand National
La chronique de l'album Alligator de The National
La chronique de l'album Boxer de The National
La chronique de l'album High Violet de The National
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album Trouble Will Find Me de The National
The National en concert à La Guinguette pirate (22 juin 2003)
The National en concert à Mains d'Oeuvres (3 novembre 2003)
The National en concert au Nouveau Casino (11 juin 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004) - 2ème
The National en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The National en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The National en concert au Trabendo (24 novembre 2005)
The National en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
The National en concert au Festival Furia Sound 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The National en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
The National en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
The National en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
L'interview de The National (22 juin 2003)
L'interview de The National (3 novembre 2003)
L'interview en VO de The National(11 juin 2004)
L'interview de The National (11 juin 2004)
L'interview de The National (5 mai 2007)
L'interview de The National (avril 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de The National
Le Bandcamp de The National
Le Soundcloud de The National
Le Facebook de The National


Emmanuel Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=