Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The National
Sleep Well Beast  (4AD / Beggars)  septembre 2017

The National, c’est avant tout une voix, celle de Matt Berninger, voix grave de baryton qui semble condamnée à ne chanter que des choses tristes et mélancoliques. The National, c’est aussi une histoire de famille, deux paires de frères (Aaron et Bryce Dessner, Bryan et Scott Devendorf) qui subliment cette voix de velours et les histoires qu’elle nous raconte par une orchestration d'orfèvre. L’ambiance est feutrée et sombre, et malgré quelques lueurs semble rester souvent dans l’ombre, mais on s’y sent bien comme chez soi au coin du feu une longue nuit d’automne.

Les 5 membres du groupe vivant aux quatre coins du globe Paris, Copenhague, Cincinnati, Long Island, et s’étant dispersé entre nouveaux projets et collaborations, musiques de films et même une chanson pour "Games Of Thrones", avaient besoin d’un endroit au calme qui soit leur "chez eux", c’est pourquoi ils ont décidé de construire leur propre studio dans les montagnes de l’état de New York. C’est sans aucun doute crucial pour la genèse de ce nouvel album au point que c’est une photo de cet "home sweet home" qui orne la pochette du disque tout en nuances de gris (avec quelques touches d’un bleu électrique).

Dans ce nouveau lieu, plus de contrainte, de pression ou de promiscuité d’un studio professionnel en location, mais un enregistrement "à la maison" qui leur a laissé le temps de faire un disque qui leur ressemble vraiment. Quatre années ont été nécessaires pour façonner cette oeuvre qui vient côtoyer les bijoux que sont les albums High Violet et Boxer et fait un peu oublier le succès plus mitigé du prédécesseur Trouble Will Find Me. Sleep Well Beast, leur septième album est donc sorti le 8 septembre sur le label 4AD pour accompagner la déprime de la rentrée et la chute des premières feuilles.

Dans cet album le groupe nous dévoile plusieurs visages, des ballades au piano, des chansons plus rock, et des chansons plus expérimentales.

Les premières sont d’une beauté sublime, tristes mais assez lumineuses et mettent vraiment en valeur la voix du chanteur. Ce sont "Nobody Will Be There", "Born To Beg" "Guilty Party" ou "Carin At The Liquor Store" qui pour moi sont des pierres précieuses particulièrement bien taillés. "Dark Side Of The Gym" et tout aussi belle même si place du piano est moins primordiale, mais elle a ce petit effet "valse" qui en fait la plus dansante de l’album, ça change un peu.

Les secondes sont des compositions classiques de The National, rien de révolutionnaire mais toujours plaisantes à écouter. Si on met un peu de côté "Turtleneck" qui à mon goût est beaucoup trop brute et pas vraiment agréable, les singles "Day I Die" et surtout "The System Only Sleep In Total Darkness" sont bien construites, à la fois accessibles dès la première écoute et révélant des trésors cachés après plusieurs passages dans les oreilles.

Les troisièmes changent énormément de ce qu’avait pu faire le groupe jusqu’alors, et fait rapidement penser au virage électronique pris par Radiohead à une certaine époque, l’intro de "Sleep Well Beast" peut être même un peu trop "inspirée" par cette période, mais quand c’est par petites touches électros qui viennent accompagner des mélodies à la guitare c’est très appréciable comme dans "Walk It Back", "Empire Line" ou "I’ll Still Destroy You".

The National évoque des thèmes plus joyeux les uns que les autres tels que la séparation, la fuite face aux problèmes, le désespoir, les difficultés des relations humaines et de l’emprise du temps sur nos vies.

Du temps, The National en a pris plus que d’habitude pour façonner cet album et c’est plutôt une réussite, on est transporté par les mélodies et la batterie toute en retenue, par l’ambiance et les thèmes sombres et la voix du chanteur que je compte vous l’aurez compris parmi les plus belles voix des groupes de rock.

On pourra aller voir la bête qui sommeille en eux se réveiller sur scène lors du Pitchfork Music Festival le 2 novembre à la Villette à la fin d’une soirée "carte blanche" programmée par leurs soins.

Le clip de "Guilty Party", tout en bleu blanc et rouge où on peut voir le fameux studio :

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sad songs for dirty lovers de The National
La chronique de l'album Cherry Tree de The National
La chronique de l'album Kicking the national habit de Grand National
La chronique de l'album Alligator de The National
La chronique de l'album Boxer de The National
La chronique de l'album High Violet de The National
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album Trouble Will Find Me de The National
Articles : Pearl Jam - Viagra Boys - The National - SLIFT - Toybloïd - En bref cette semaine
The National en concert à La Guinguette pirate (22 juin 2003)
The National en concert à Mains d'Oeuvres (3 novembre 2003)
The National en concert au Nouveau Casino (11 juin 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004) - 2ème
The National en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The National en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The National en concert au Trabendo (24 novembre 2005)
The National en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
The National en concert au Festival Furia Sound 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The National en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
The National en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
The National en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
L'interview de The National (22 juin 2003)
L'interview de The National (3 novembre 2003)
L'interview en VO de The National(11 juin 2004)
L'interview de The National (11 juin 2004)
L'interview de The National (5 mai 2007)
L'interview de The National (avril 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de The National
Le Bandcamp de The National
Le Soundcloud de The National
Le Facebook de The National


Emmanuel Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=