Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce En attendant les hirondelles
Karim Moussaoui  novembre 2017

Réalisé par Karim Moussaoui. France. Drame. 1h53. (Sortie le 8 novembre 2017). Avec Mohamed Djouhri, Sonia Mekkiou, Mehdi Ramdani, Nadia Kaci, Hania Amar, Hassan Kachach, Samir El Hakim, Chawki Amari et Aure Atika.

Ces dernières années, on avait un peu perdu le cinéma algérien qui semblait bien moins dans son présent que les autres cinémas du Maghreb.

Bonne nouvelle : avec "En attendant les hirondelles" de Karim Moussaoui souffle de nouveau sur l'Algérie un bon vent cinématographique.

Et pour cela, le jeune réalisateur dont on avait pu voir un moyen métrage prometteur, "Les jours d'avant", s'autorise à filmer l'Algérie comme un pays porteur d'histoires et de vies dignes d'être racontées.

Finis les temps angoissés des années 1990, dont il décrivait d'ailleurs parfaitement le climat dans "Les Jours d'avant", l'Algérie qui attend ses hirondelles est redevenu - tout au moins en surface - un pays jeune dont le destin est devant lui et pas enfoui dans les rancoeurs post-coloniales, le blocage d'une société politique vermoulue qui maintient en vie artificielle les "héros de l'indépendance" et la guerre civile avec un ennemi fantasmatique qui frappe partout et nulle part.

Les trois récits d'"En attendant les hirondelles" de Karim Moussaoui ont en commun de dire tout un tas de choses sur le pays et ses habitants, mais sans avoir besoin de développer un sous-texte sur le contexte. Il y aura de gros secrets, de terribles révélations, mais elles éclateront ou pas, sans qu'il y ait besoin d'ellipses pour les taire ou feindre de les ignorer.

Des vies se jouent, des choix s'opèrent, des vérités se disent. C'est un film en fusion où des paroles se libèrent, des désirs reprennent corps et où l'on parcourt les villes et les routes, les no man 's land entre bidonvilles et immeubles en construction.

Il y a dans le film pléthore de ruptures et de points de vue. "En attendant les hirondelles" pourrait être plusieurs films à la fois : road movie, description quasi antonionienne d'un monde en transformation, étude des mœurs d'une jeunesse prise entre modernité et tradition.

Il est clair que Karim Moussaoui se refuse à la pure sociologie, préfère se faire conteur et chacune des histoires est un conte moral mené avec beaucoup de virtuosité technique et un sens rare de la pure narration.

Il s'appuie sur des acteurs vraiment formidables quelle que soit la génération qu'ils représentent. Il sait raconter la sensualité de la jeunesse ou la fatigue de la maturité.

Il sait sans arrêt surprendre son spectateur, se permet des pauses et des bifurcations. On aura ainsi la surprise d'un moment presque "kusturicien" qui célèbre une Algérie joyeuse et qui n'a pas l'intention d'avoir peur de l'être.

Film ouvert qui pourrait se poursuivre ad libitum, "En attendant les hirondelles" de Karim Moussaoui ne sonne pas que le réveil du cinéma algérien. C'est intrinsèquement une œuvre d'une grande qualité cinématographique qui place son auteur parmi les plus prometteurs cinéastes du moment.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=