Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mille ans après la guerre
Carine Fernandez  (Editions Les Escales)  septembre 2017

Quand ce type de livre me tombe entre les mains (et que je stoppe sa chute évidemment), je me demande toujours comment les auteurs choisissent leurs sujets. Les plus énigmatiques me répondront forcément : "Mais c’est le sujet qui me choisit" et j’en serai pour mes frais de curiosité. Les autres invoqueront probablement le devoir de mémoire. Dans tous les cas, ne me faites pas croire l’exercice est anodin.

Carine Fernandez plonge dans les années noires de l’Espagne, celle du règne Franquiste et de ses sombres corridors. Un petit rafraichissement historique n’est pas à prévoir. En revanche, si votre connaissance du franquisme laisse à désirer, vous aurez envie d’en savoir plus. Pour comprendre un peu mieux Miguel, vieux loup solitaire.

Miguel vit seul avec Ramon, son chien. Il aime la tranquillité de sa solitude. Et alors que le lecteur est en droit de se demander ce qui motive cet homme à contempler ses routines quotidiennes, dans un immobilisme complet, il reçoit une lettre de sa sœur. Sœur qui lui annonce qu’elle compte venir vivre auprès de lui. Désormais veuve, elle a l’idée de mêler son existence privée de compagnie avec son vieux frangin.

Oui mais Miguel ne l’entend pas de cette oreille. Et au lieu de lui opposer un non ferme et définitif, ou même de la convaincre que l’idée n’est pas terrible pour leurs auras respectives, il prend ses cliques et ses claques et il quitte sa petite vie insipide et tranquille.

Le lecteur chemine avec ce vieillard attachant, et découvre au fil des pages ce qui le tourmente. Le passé. Ce foutu passé franquiste. Lui était un pauvre paysan sans sou ni influence. Son frère jumeau et lui se faisaient appeler Médianoche (minuit) et Médiodia (midi), ils vivaient d’insouciance et de canailleries dans leur village de Montepalomas.

Mais Franco avait furieusement besoin de contrôler absolument tout le pays, de la plus petite parcelle terrestre au plus infime neurone. La guerre civile fit rage en l’Espagne de ces années tristes. Les frères le payèrent de leur vie. L’un avec son sang, l’autre avec son âme. C’est tout ce qu’il reste de Miguel-Medianoche. Le visage assassiné de son frère le hante toutes les minutes de toutes les heures de sa vie que nous eûmes l’impertinence de qualifier d’insipide.

"On y a tous cru. Une fois le nazisme renversé, on se débarrasserait du franquisme dans la foulée. Après Paris et Berlin, il y aurait Madrid. Tu parles ! L’Espagne a été oubliée de tous, volontairement oubliée, on a laissé de Franquito bien tranquille de l’autre côté des Pyrénées et on s’est empressé de réécrire l’histoire. Il n’y en a eu que pour les Américains et les résistants français. A les entendre, toute la France était résistante. Sur les libérateurs espagnols, pas un mot ! On les a envoyés crever en Allemagne en traquant Hitler dans son nid d’aigle à Berchtegaden. Disparus, effacés, oubliés les drapeaux de la République espagnole flottant sur les Champs-Elysées le 26 août 44 !"

Coupables. Nous, glorieux égoïstes, les victimes franquistes furent jetées aux oubliettes de notre lassitude à poursuivre le combat. Voilà ce que révèle Carine Fernandez dans les tourments de Miguel. C’est un peuple, un pays entier qui a pansé encore ses plaies dans l’ombre des traumatismes que nous partageons.

Une lecture douloureuse, un poignant témoignage de la guerre civile espagnole, une quête de pardon, Mille ans après la guerre est un récit juste et sensible sur les ravages des conflits, sur les désillusions et les bassesses des hommes. Vous ne ressortirez pas indemne de ces pages.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Carine Fernandez


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=