Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mille ans après la guerre
Carine Fernandez  (Editions Les Escales)  septembre 2017

Quand ce type de livre me tombe entre les mains (et que je stoppe sa chute évidemment), je me demande toujours comment les auteurs choisissent leurs sujets. Les plus énigmatiques me répondront forcément : "Mais c’est le sujet qui me choisit" et j’en serai pour mes frais de curiosité. Les autres invoqueront probablement le devoir de mémoire. Dans tous les cas, ne me faites pas croire l’exercice est anodin.

Carine Fernandez plonge dans les années noires de l’Espagne, celle du règne Franquiste et de ses sombres corridors. Un petit rafraichissement historique n’est pas à prévoir. En revanche, si votre connaissance du franquisme laisse à désirer, vous aurez envie d’en savoir plus. Pour comprendre un peu mieux Miguel, vieux loup solitaire.

Miguel vit seul avec Ramon, son chien. Il aime la tranquillité de sa solitude. Et alors que le lecteur est en droit de se demander ce qui motive cet homme à contempler ses routines quotidiennes, dans un immobilisme complet, il reçoit une lettre de sa sœur. Sœur qui lui annonce qu’elle compte venir vivre auprès de lui. Désormais veuve, elle a l’idée de mêler son existence privée de compagnie avec son vieux frangin.

Oui mais Miguel ne l’entend pas de cette oreille. Et au lieu de lui opposer un non ferme et définitif, ou même de la convaincre que l’idée n’est pas terrible pour leurs auras respectives, il prend ses cliques et ses claques et il quitte sa petite vie insipide et tranquille.

Le lecteur chemine avec ce vieillard attachant, et découvre au fil des pages ce qui le tourmente. Le passé. Ce foutu passé franquiste. Lui était un pauvre paysan sans sou ni influence. Son frère jumeau et lui se faisaient appeler Médianoche (minuit) et Médiodia (midi), ils vivaient d’insouciance et de canailleries dans leur village de Montepalomas.

Mais Franco avait furieusement besoin de contrôler absolument tout le pays, de la plus petite parcelle terrestre au plus infime neurone. La guerre civile fit rage en l’Espagne de ces années tristes. Les frères le payèrent de leur vie. L’un avec son sang, l’autre avec son âme. C’est tout ce qu’il reste de Miguel-Medianoche. Le visage assassiné de son frère le hante toutes les minutes de toutes les heures de sa vie que nous eûmes l’impertinence de qualifier d’insipide.

"On y a tous cru. Une fois le nazisme renversé, on se débarrasserait du franquisme dans la foulée. Après Paris et Berlin, il y aurait Madrid. Tu parles ! L’Espagne a été oubliée de tous, volontairement oubliée, on a laissé de Franquito bien tranquille de l’autre côté des Pyrénées et on s’est empressé de réécrire l’histoire. Il n’y en a eu que pour les Américains et les résistants français. A les entendre, toute la France était résistante. Sur les libérateurs espagnols, pas un mot ! On les a envoyés crever en Allemagne en traquant Hitler dans son nid d’aigle à Berchtegaden. Disparus, effacés, oubliés les drapeaux de la République espagnole flottant sur les Champs-Elysées le 26 août 44 !"

Coupables. Nous, glorieux égoïstes, les victimes franquistes furent jetées aux oubliettes de notre lassitude à poursuivre le combat. Voilà ce que révèle Carine Fernandez dans les tourments de Miguel. C’est un peuple, un pays entier qui a pansé encore ses plaies dans l’ombre des traumatismes que nous partageons.

Une lecture douloureuse, un poignant témoignage de la guerre civile espagnole, une quête de pardon, Mille ans après la guerre est un récit juste et sensible sur les ravages des conflits, sur les désillusions et les bassesses des hommes. Vous ne ressortirez pas indemne de ces pages.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Carine Fernandez


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 juin 2018 : Le jour le plus long

Cette semaine, c'est l'été, la Saint Jean et ses feux, le jour le plus long et sa Fête de la musique. Ca fait beaucoup pour un 21 juin. Pour marquer le coup, on organise un petit concert gratuit avec Donald Pierre, Alex Rossi, Nicolas Vidal et Cyril Adda ! En attendant, voici le sommaire de la semaine :
N'oubliez pas : On travaille actuellement sur une nouvelle version de Froggy's Delight et vous pouvez nous aider en répondant à ce petit questionnaire

Du côté de la musique :

Rencontre avec Brisa Roché autour de son album "Father"
"Hekatombeando" de Flor del Fango
Rencontre avec Foray
"Fortune EP" de Ghern
"Broken land" de Initiative H
"Matelot EP" de Laïn
"The iron age" de Nicolas Gardel et The Head Bangers
"F..k the jazz !" de Pascal Pistone et Delphine Lavergne au Petit théâtre du Bonheur
"Strangers" de The Ramona Flowers
"Banburismus" de Zonk't
et toujours :
Entretien avec Manu autour de son nouvel album "Entre deux eaux Vol. 1"
"Tarab" de Oiseaux-Tempête
"Father" de Brisa Roché, nouvel album à découvrir bientôt en session ici même
"Quelqu'un dans mon genre" de My Concubine
"Wild awake" de Parquet Courts
"Le deuxième soir non plus" de La Fille de la Côte
"The future and the past" de Natalie Prass
Rencontre avec Karina Duhamel et son projet K! à retrouver en session pour 3 titres

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Triomphe de l'Amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Manga Café - Trouble in Tahiti" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Cerisaie - Variations chantées" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le Bord" au Théâtre de l"Epée de Bois
"Feu la mère de Madame - Mais n'te promène donc pas toute nue !" au Théâtre Le Lucernaire
"7 contre 7" à la Manufacture des Abbesses
"Chance" au Théâtre La Bruyère
"Ava, la Dame verte" au Cirque Electrique
"Elle...Emoi" au Théâtre Raspail
"Peguy, le visionnaire" au Théâtre de la Contrescarpe
"50 ans , ma nouvelle adolescence" à la Manufacture des Abbesses
et les chroniques des autres spectacles de juin

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Sans un bruit" de John Krasinski
"Jericó, le vol infini des jours" de Catalina Mesa
Oldies but Goodies avec ;
"Cocktail Molotov" de Diane Kurys en version restaurée
"La Religieuse" de Jacques Rivette en version restaurée et en avant-première
Ciné en bref avec :
"La mauvaise réputation" de Iram Haq
"Jurassic World : Fallen Kingdom " de Juan Antonio Bayona
"Mon Ket" de François Damiens
"Demi Soeurs" de Saphia Azzeddine, François-Régis Jeanne
et les chroniques des autres sorties de juin

Lecture avec :

"Dehors" de Yann Moix
"Divine vengeance" de Fransceso Muzzopappa
"Funambules" de Charlotte Erlih
"L'Afrique, nouvelle frontière du djihad ?" de Marc antoine Pérouse de Montclos
"Le coeur des amazones" de Christian Rossi et Géraldine Bindi
"Le Grraaou" de Etienne Beck et Jonvon Nias
"Mon autre famille" de Armistead Maupin
"Une femme infréquentable" de Chris Dolan
"Une seconde de trop" de Linda Green
et toujours :
"Ayacucho" de Alfredo Pita
"Ceinture, rétro, clignotant" de Dorthe Nors
"La nuit de l'usine" de Eduardo Sacheri

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=