Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mato Grosso
Ian Manook  (Editions Albin Michel)  octobre 2017

Après avoir écumé les steppes mongols au cours de ses trois précédents livres, Ian Manook décide dans son quatrième polar de nous embarquer vers des contrées tout autant sauvages avec une nature beaucoup plus luxuriante. Destination Amérique du Sud, en plein mois d’octobre, vers le pays des cariocas. Changement de climat donc, direction le Mato grosso, grande région du centre du Brésil qui possède une frontière avec la Bolivie. Changement de style aussi puisque Ian Manook abandonne, le temps de ce livre, son inspecteur Yerrugelder et ses mets mongols si particuliers pour un écrivain français, Jacques Haret, qui vient de publier un livre intitulé un roman brésilien et qui décide de retourner dans le Mato Grosso, région qu’il avait quittée il y a trente ans.

Ce retour, en fait, s’explique par une invitation venue de son éditeur pour qu’il puisse présenter son nouvel ouvrage. Sauf que son éditeur n’est autre qu’une vieille connaissance à lui avec qui il a encore des comptes à régler. Dans son roman, Haret traite d’une histoire noire qui lui serait arrivée il y a trente ans au Brésil, une manipulation qui l’aurait poussé à commettre un crime. Or l’homme qui lui a inspiré le manipulateur dont parle le roman, c’est précisément cette vieille connaissance qu’il retrouve à son arrivée au Brésil. Il se retrouve alors confronté à son passé, à ses actes aussi et à ses anciennes connaissances qui n’ont rien oublié.

Vous l’avez compris, Jacques Haret est à la fois le personnage du roman, et l’auteur d’un roman au cœur du roman. C’est ce qui fait l’originalité et le talent de ce livre. Certes, on est bien loin des codes du polar classique que l’on retrouvait dans les trois précédents livres de Ian manook. Jacques Haret a écrit un livre qui raconte des faits qui se sont déroulés trente ans auparavant, ces faits étant évidemment basés sur des souvenirs qu’il a romancés. L’un des personnages au fil du récit nous précise les faits réels, ouvrant de nouvelles perspectives à l’histoire.

Si vous cherchez dans ce livre l’ambiance thriller des enquêtes de Yerrugelder, vous pouvez passer votre chemin. Mato grosso n’est pas fait pour vous. Maintenant, si vous souhaitez prendre le chemin d’une lecture particulière, d’une construction inédite et d’une façon original de penser le récit, ce livre vous ravira, comme il m’a plu.

Car oui, en plus de nous dépayser de nouveau, Ian Manook nous livre un roman ambitieux, exigeant aussi (je pense que certains n’iront pas au bout), avec une construction intelligente autour de la réalité et de la fiction et surtout du rôle de l’écrivain. L’intrigue, loin d’être conventionnelle tourne autour d’aller-retour entre le présent et l’univers de ce "roman brésilien" écrit par Haret. Au final, cela fonctionne bien comme un excellent polar car l’intrigue reste bien construite, Ian Manook nous plonge dans un univers auquel on ne sait pas trop quoi attendre pour nous mener vers une fin à laquelle on ne s’attendait pas.

Avec Mato Grosso, Ian Manook déroule son talent d’écriture à coup de brillantes descriptions d’un pays qu’il connaît bien, au-delà de sa culture et de ses paysages. Il nous tient en haleine en brisant les codes conventionnels du polar dès les premières pages grâce à une structure narrative (parfois déroutante) très originale.

Surprenant est le premier terme qui me vient à l’esprit quand je repense à ce livre que je vous conseille vivement.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Ian Manook


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 septembre 2018 : Autumn Sweater

Après le plan canicule estival, va-t-il falloir prévoir un plan innondation ? En tout les cas, la météo (tout du moins parisienne) a voulu nous faire savoir que l'on entrait dans l'automne. Qu'à cela ne tienne cette saison est riche en sorties de tout bord tant au niveau des disques, que des films, des livres, des expos et la reprise de la saison théâtrale. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Crave" de Léonie Pernet
"Double negative" de Low
"Sound of Papapla Vol 1" de Papapla
"Captain Tarthopom, flûtes libres" de Jean Cohen-Solal
"Faits Bleus" de Pauline Drand
"Mésopotamie" de Fantôme
Tour d'horizon du festival Hop Pop Hop #3
"Le bruit dehors" de Goël
"You vicious !" de You, Vicious !
et toujours :
"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Enivrés" au Théâtre de la Tempête
"Le Père" à la MC à Bobiny
"Misery" au Théâtre Hébertot
"Love Me Tender" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Qui a peur de Virginia Woolf ?" au Théâtre 14
"Les mots pour le dire" au Théâtre L'Archipel
"Le bateau pour Lipaia" à la Comédie Italienne
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre de la Huchette
"Cabaret Louise" au Théâtre le Funambule-Montmartre
"Callisto et Arcas" au Théâtre des Bouffes du Nord
les reprises :
"L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Los Guardiola - La Commedia del Tango" au Théâtre Essaion
"Elodie Poux - Le Syndrome du Playmobil" à l'Apollo Théâtre
"Apzude !" au Théâtre Trévise
"Guillaume Bats - Hors Cadre!" au Théâtre Apollo
"Les Sourds-Doués - Sur un malentendu" au Théâtre Trévise
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Collections privées - Un voyage des Impressionnistes aux Fauvess" au Musée Amrmottan-Monet
"Jakuchu - Le Royaume coloré des êtres vivants" au Petit Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Rafiki" de Wanuri Kahiu
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Dans les bras de Verdun" de Nick Dybek
"Le sillon" de Valérie Manteau
"Rommel" de Benoît Rondeau
"1994" de Adlene Meddi
et toujours :
"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=