Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Clarika
De quoi faire battre mon coeur  (At(h)ome)  octobre 2017

J’aime Clarika depuis toujours, depuis son premier album, J’attendrai pas cent ans, sorti en 1993, déjà presque 25 ans. Une génération donc, passée à écouter ses albums, de Ca s’peut pas à De quoi faire battre mon cœur en passant par les excellents Joker et Moi en mieux, sans oublier la fille, tu sais et la tournure des choses. A chaque fois, ses albums m’ont touché, ses textes aussi évidemment, toujours ciselés et ses duos aussi, toujours bien choisis (Michel Jonasz, Bernard Lavilliers, Bertrand Betsch…). J’aime son univers et ses chansons, tout simplement. Ses albums ne m’ont jamais décu.

Je n’ai pas eu la chance de la voir sur scène, jamais au bon moment au bon endroit. Alors du coup, quand la demoiselle de 50 ans nous offre, après 25 ans de carrière, pour la première fois, un album enregistré en public, je sens un vide se combler et je me délecte de voir, ou plutôt d’écouter ce que peut représenter une artiste scénique aux prestations incomparables, dit-on.

De quoi faire battre ton cœur (ô que oui il bat !) ponctue une année remarquable qui a emmené Clarika et ses musiciens dans toutes les salles de l’hexagone, suite à son dernier album, de quoi faire battre mon cœur. Il ressort de la rencontre entre Clarika et son fidèle public un disque tantôt poignant, tantôt léger où se mêlent ses nombreux titres emblématiques et les nouveaux succès issus de son dernier album. Avec ce live, on replonge d’une très belle façon dans riche discographie, revisitée sur scène avec brio.

Alors évidemment, un disque, même live, n’est pas grand-chose par rapport à un concert sur place. Reste qu’ici, à l’écoute de ce live, les effets produits par les chansons de Clarika quand on écoute ses albums, restent les mêmes. On frissonne de nouveau devant "ça s’peut pas", titre toujours autant subjuguant de beauté. On aime toujours autant son cynisme sur le titre bien mérité, l’une de mes chansons préférées de l’artiste. "Lache moi" est juste sublime, sans fioriture et "Les garcons dans les vestiaires" confirme qu’on aime Clarika quand elle joue la provocation. Elle sait évoquer des sentiments puissants dans ses textes, fruits souvent de son vécu sans impudeur. Elle n’est jamais larmoyante, ni pleurnicharde, juste sincère.

Clarika est une artiste d’une grande élégance, clairvoyante aussi quand elle critique notre société. De ce live se dégage une sincérité sans compromis. Elle aime son public, la scène et cela se ressent à l’écoute de ce live. Et moi, de mon côté, installé confortablement dans mon canapé, en conduisant aussi, je prends un très grand plaisir à écouter ce live qui compile une partie de ce qui se fait de mieux chez cette très belle artiste, insuffisamment (re)connue du grand public à mon goût.

Madame Clarika, je vous aime pour ce que vous êtes et pour ce que vous faites. Un jour, j’espère, j’irai vous voir en concert ou en session sur Froggy’s Delight.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Moi en mieux de Clarika
La chronique de l'album La tournure des choses de Clarika
La chronique de l'album De quoi faire battre mon cœur de Clarika

En savoir plus :
Le site officiel de Clarika
Le Soundcloud de Clarika
Le Facebook de Clarika


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=