Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Clarika
De quoi faire battre mon coeur  (At(h)ome)  octobre 2017

J’aime Clarika depuis toujours, depuis son premier album, J’attendrai pas cent ans, sorti en 1993, déjà presque 25 ans. Une génération donc, passée à écouter ses albums, de Ca s’peut pas à De quoi faire battre mon cœur en passant par les excellents Joker et Moi en mieux, sans oublier la fille, tu sais et la tournure des choses. A chaque fois, ses albums m’ont touché, ses textes aussi évidemment, toujours ciselés et ses duos aussi, toujours bien choisis (Michel Jonasz, Bernard Lavilliers, Bertrand Betsch…). J’aime son univers et ses chansons, tout simplement. Ses albums ne m’ont jamais décu.

Je n’ai pas eu la chance de la voir sur scène, jamais au bon moment au bon endroit. Alors du coup, quand la demoiselle de 50 ans nous offre, après 25 ans de carrière, pour la première fois, un album enregistré en public, je sens un vide se combler et je me délecte de voir, ou plutôt d’écouter ce que peut représenter une artiste scénique aux prestations incomparables, dit-on.

De quoi faire battre ton cœur (ô que oui il bat !) ponctue une année remarquable qui a emmené Clarika et ses musiciens dans toutes les salles de l’hexagone, suite à son dernier album, de quoi faire battre mon cœur. Il ressort de la rencontre entre Clarika et son fidèle public un disque tantôt poignant, tantôt léger où se mêlent ses nombreux titres emblématiques et les nouveaux succès issus de son dernier album. Avec ce live, on replonge d’une très belle façon dans riche discographie, revisitée sur scène avec brio.

Alors évidemment, un disque, même live, n’est pas grand-chose par rapport à un concert sur place. Reste qu’ici, à l’écoute de ce live, les effets produits par les chansons de Clarika quand on écoute ses albums, restent les mêmes. On frissonne de nouveau devant "ça s’peut pas", titre toujours autant subjuguant de beauté. On aime toujours autant son cynisme sur le titre bien mérité, l’une de mes chansons préférées de l’artiste. "Lache moi" est juste sublime, sans fioriture et "Les garcons dans les vestiaires" confirme qu’on aime Clarika quand elle joue la provocation. Elle sait évoquer des sentiments puissants dans ses textes, fruits souvent de son vécu sans impudeur. Elle n’est jamais larmoyante, ni pleurnicharde, juste sincère.

Clarika est une artiste d’une grande élégance, clairvoyante aussi quand elle critique notre société. De ce live se dégage une sincérité sans compromis. Elle aime son public, la scène et cela se ressent à l’écoute de ce live. Et moi, de mon côté, installé confortablement dans mon canapé, en conduisant aussi, je prends un très grand plaisir à écouter ce live qui compile une partie de ce qui se fait de mieux chez cette très belle artiste, insuffisamment (re)connue du grand public à mon goût.

Madame Clarika, je vous aime pour ce que vous êtes et pour ce que vous faites. Un jour, j’espère, j’irai vous voir en concert ou en session sur Froggy’s Delight.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Moi en mieux de Clarika
La chronique de l'album La tournure des choses de Clarika
La chronique de l'album De quoi faire battre mon cœur de Clarika

En savoir plus :
Le site officiel de Clarika
Le Soundcloud de Clarika
Le Facebook de Clarika


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=