Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ciné en Bref - Tout nous sépare - Prendre le large
    octobre - novembre 2017

Il est assez rare de découvrir le même jour de sortie, deux productions aussi réussies. Mais n’y voyez pas un simple hasard du calendrier. Ce ne peut être une totale et fortuite surprise lorsque l’on se penche sur le passé cinématographique de leurs réalisateurs.

Ce qui émeut sans doute davantage, est de constater - même si la formule semble galvaudée - que l’un comme l’autre signent au même moment le film de la maturité. Amusante aussi, leur volonté commune de jouer avec l’ombre et la lumière.

Le premier - "Prendre le large" - aurait pu se vautrer dans un réalisme social à faire pleurer les amateurs de Zola ou de documentaires plombants. L’issue de son film sera pourtant heureuse, en dépit des obstacles qui se dressent nécessairement quand on décide de faire prendre un tel virage à sa vie.

"Tout nous sépare", le second s’annonce, sur le papier, comme un polar comme les meilleurs auteurs américains des années 50 savaient distiller, dans la brume des Camel sans filtre et l’odeur âcre d’un mauvais whisky. Il s’en dégage pourtant la lumière d’une rencontre inattendue, d’un espoir qui ferait presque oublier les malheurs et la violence assassine.

PRENDRE LE LARGE
Réalisé par Gaël Morel. France. Drame. 1h43 (Sortie le 8 novembre 2017). Avec Sandrine Bonnaire, Mouna Fettou, Kamal El Amri, Ilian Bergala, Farida Ouchani, Nisrine Rad et Lubna Azabal.

Gaël Morel fut bien inspiré de confier le rôle titre de "Prendre le large" à Sandrine Bonnaire. Une actrice au sourire désarmant d’une enfant éternelle, capable de vibrer au son de la mobylette sur laquelle elle fuit la solitude et les déceptions.

Edith refuse d’expérimenter le chômage. Elle, si solitaire parce qu’on l’a oubliée. Esseulée parce que son fils est parti, parce qu’elle ne croit plus en une quelconque solidarité de classe. Alors pourquoi ne pas tenter l’impossible en dépit des contraintes, des dangers ? Pourquoi ne pas s’inventer un futur quand le passé a fini de s’écouler entre vos doigts pour ne plus rien y laisser ?

Cette aventure - c’en est une au sens le plus romanesque du terme - nous rappelle une autre fuite en avant, une autre histoire d’amitié. 30 ans plus tôt, "Bagdad café" contait aussi un exil salvateur, dressant le portrait de femmes fières et dignes, courageuses, refusant de baisser la tête.

"Prendre le large" quand on atteint la croisée des chemins, contraint au deuil des liens qui ne sont plus ou ne pourront plus être les mêmes, pour refuser la peur et donner sa confiance à des inconnus. Edith achève elle-même de couper les cordes qui l’attachaient à un quotidien vidé de son sens.

Ce film vous donnera l’occasion de respirer, de respirer vraiment. Empreint d’une bonne dose d’humour, le tandem Morel-Bonnaire dit la gravité tout en lui préfèrant la profondeur. 

Avec grandes finesse, justesse, délicatesse, le réalisateur tient sa caméra à la bonne distance, d’une DRH qui pour une fois n’est pas croquée comme un cerbère caricatural, d’une hôte marocaine pas tout sucre tout miel, d’un fils homo ni ange ni victime.

Gaël Morel ne tait pas l’universalité des combats, en particulier celui des conditions de travail en milieu industriel. Il les transcende. L’essence même de la démarche créative ne tient-elle pas en la capacité de nous faire faire le pas de côté pour porter sur le monde un regard un peu plus... moderne ?


TOUT NOUS SEPARE
Réalisé par Thierry Klifa. France. Drame/Thriller. 1h38 (Sortie le 8 novembre 2017). Avec Catherine Deneuve, Diane Kruger, Nekfeu, Nicolas Duvauchelle, Sébastien Houban, Michaël Cohen, Olivier Loustau, Brigitte Sy, Julia Faure et Elizabeth Mazev.

Atout majeur des scénarios de Thierry Klifa, son talent à donner une véritable épaisseur à ses personnages. Rares sont les réalisateurs avec un tel soucis de nourrir les acteurs du matériau qui donnera corps et âme à ceux qu’ils incarneront.

Dans ce qui est dit comme dans ce qui est tu. Le spectateur restera à l’affut de ce qu’il faut entrevoir, dans les silences et les secrets autant que dans le verbe et dans la chair.

"Tout nous sépare" ne fait pas exception à la règle. Loin de reléguer l’histoire elle-même au second plan, cette dernière réalisation en fait un prétexte pour montrer autre chose qu’une inexorable descente aux enfers de jeunes gens piégés par le désœuvrement et l’argent facile.

Certes les 4 personnages principaux se trouvent emportés dans la tourmente de la drogue, chacun pour des raisons différentes. Mais étonnamment, ils trouveront dans l’épreuve, l’occasion inespérée de se révéler à eux-mêmes, quel que soit le prix qu’ils devront en payer. 

La rencontre entre Catherine Deneuve et Nekfeu comme celle de Louise avec Ben, donnent un souffle inattendu au développement narratif. Une mère reste une mère, quoi qu’il advienne.

Prête à tout pour sauver une fille dépressive se raccrochant à des branches toujours plus addictives. Et pour sauver son maître-chanteur, lui aussi au désespoir d’une vie nouvelle, où l’amour d’un enfant balayerait un passé de petite frappe qui n’en est pas une.

Un thriller à la photographie sublime qui, dans ses tonalités, rappelle tantôt Winding Refn, tantôt Bertolucci.

Vents d’Orage est allé à la rencontre de Thierry Klifa pour qu’il vous dise sa passion des comédiens, des personnages de ses fictions et en définitive, sa passion pour les êtres humains .

Interview de Thierry Klifa :

 

 

 

Vents d'Orage

 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=