Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La 7e fonction du langage
Théâtre de Sartrouville-Yvelines  (Sartrouville)  novembre 2017

Comédie d'enquête adaptée et mise en scène par Sylvain Maurice d’après le roman éponyme de Laurent Binet, avec Constance Larrieu, Sébastien Lété, Pascal Martin-Granel, Manuel Peskine et Manuel Vallade.

Avec "La 7e fonction du langage", Prix Interallié 2015, Laurent Binet a écrit une espèce de "Da Vinci Code" intello transformant l'accident de Roland Barthes, renversé par un véhicule rue des Écoles, en un complot qui va traverser les champs philosophiques et sémiologiques.

Michel Foucault, Philippe Sollers, Umberto Eco, Jacques Derrida, et même Bjorn Borg et Ivan Lendl ainsi que François Mitterrand feront des apparitions dans cette pochade distrayante qui, mine de rien, distillait aux plus rétifs de vrais notions de linguistique.

Dans son adaptation pour la scène, Sylvain Maurice a recentré le récit de Laurent Binet pour le transformer en une vraie enquête policière avec en fil conducteur l'improbable association du commissaire Bayard (Pascal Martin-Granel) et Simon Herzog (Manuel Vallade), chargé de TD à la défunte fac de Vincennes.

Sur un plateau encadré de part et d'autre par les musiciens Manuel Peskine (par ailleurs compositeur de la musique) et Sébastien Leté, les trois acteurs (les déjà cités plus Constance Larrieu) incarnent toute la galerie de personnages.

Ils sont la plupart du temps devant deux panneaux coulissants qui servent parfois de support aux vidéos de Renaud Rubiano, ou s'ouvrent pour laisser apparaître un écran plus large sur lequel on peut voir un décor en phase avec le déroulement de l'action (rue de Paris, canal de Venise...).

La scénographie astucieuse d'Eric Soyer rappelle, comme l'affiche du spectacle, les feuilletons télés ou les James Bond d'antan où l'on usait et l'on abusait du "split screen", c'est-à-dire du découpage de l'écran en plusieurs actions simultanées.

Grâce à la belle triplette d'acteurs, qui ne cache pas son plaisir à participer à ce divertissement haletant, cette bédé théâtrale pleine de fantaisie atteint sa cible. Si l'on s'est préalablement muni d'un crayon et d'un papier, on pourra aussi - au passage - attraper quelques concepts de sémiologie au vol.

Car, c'est une des qualités du livre de Laurent Binet que d'avoir la fibre pédagogique.Comme Sylvain Maurice est à son unisson, le Saussure (Ferdinand de), le Seattle (John), le Jacobson (Roman) devraient être acquis sans peine comme le Roland Barthes par le spectateur attentif.

Evidemment, il est préférable d'avoir la nostalgie - ou la connaissance - des années 1970-1980, et particulièrement d'avoir un faible pour l'avènement de François Mitterrand pour apprécier à sa juste valeur la pièce de Laurent Binet et ses révélations surprises.

En effet, "La 7e fonction du langage" contient des révélations aussi fondamentales que celles concernant les Illuminati dans le "Da Vinci Code". A commencer par l'élucidation d'un grand mystère : pourquoi François Mitterrand a-t-il été aussi mauvais face à Giscard dans le débat présidentiel de 1974 et aussi bon dans celui de 1981...

Dans sa version théâtrale, Sylvain Maurice ajoutera un élément sonore encore plus éclairant. Pour ceux qui ne reconnaîtraient pas la voix mystérieuse de la "Guest star" qui éclaire la "7e fonction du langage", on leur donnera comme indice "Fête de la Musique" et "Allo, c'est Jack !"

Mais, finalement, à l'heure où la représentation s'achève, on pourra émettre une dernière hypothèse sur "la 7e fonction du langage : ne serait-elle pas un synonyme d'humour ou de franche rigolade ?

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=