Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les chiens de Détroit
Jérôme Loubry  (Editions Calmann-Lévy)  octobre 2017

Jérôme Loubry est un nouveau venu dans le monde du polar et du thriller littéraire. Il vient de publier son premier roman aux éditions Calmann-Lévy, Les chiens de Détroit. C’est donc bien loin de son Berry natal, qu’il a souhaité placer le lieu de son polar, dans une ville nord-américaine dont on a beaucoup entendu parler ces dernières années. Détroit, c’est le symbole d’une ville qui a été la gloire de l’Amérique pendant de nombreuses années, du temps de l’industrie automobile florissante, tombant en décrépitude après la crise des subprimes en 2008. Les gratte-ciel se sont éteints, les rues se sont vidées, de nombreuses maisons ont été abandonnées après qu’on ait chassé leurs propriétaires incapables de rembourser leurs crédits, elles ont été taguées et barricadées.

C’est donc dans cette sinistrose ambiante que se déroule l’histoire de ce roman, Détroit et son climat anxiogène n’ont pas été pris au hasard. Le livre débute en 2013, autour d’une maison encadrée par une horde de policier prêt à donner l’assaut. A l’intérieur, un homme attend, assis, sans aucune violence. Il a enlevé cinq enfants, et en a sans doute tué sept autres, il y a quinze ans. Son surnom, le Géant des Brumes, le monstre qui fait peur aux enfants. L’homme est arrêté, interpellant l’un des deux officiers de police chargés de l’affaire, Sarah Berkhamp, lui disant cette phrase qui nous tiendra en haleine tout le long du roman "aide-moi Sarah, tu es ma rédemption". Pour avoir alors une chance de retrouver les enfants, Sarah et son coéquipier Stan Mitchell vont devoir écouter les fantômes du passé.

La construction du roman est alors simple et efficace, avec des chapitres courts qui alternent retours en arrière remontant aux meurtres non élucidés des enfants à la fin des années 90, l’enquête qui permet d’arriver jusqu’à la maison de l’homme arrêté et enfin, son interrogatoire. Ces allers-retours entre 1998 et 2013 ne nous perdent jamais, au contraire ils construisent petit à petit la solution de l’intrigue.

L’intrigue est extrêmement bien ficelée, aboutissant à une fin inattendue où la psychologie des personnages est parfaitement travaillée. Tous les personnages du roman ont des failles, des obsessions que l’auteur s’est évertué à nous décrire sous la forme de pièces détachées que le livre reconstitue tel un puzzle pour au final nous faire comprendre la phrase prononcée par le Géant des Brumes. La ville de Détroit, elle, est aussi un personnage à part entière, qui a toute sa place dans le roman. Elle est l’objet de nombreuses descriptions qui sont là pour accentuer l’atmosphère du livre et de l’histoire.

On a donc là tous les ingrédients d’un excellent polar. A peine deux jours pour le finir, on a du mal à le lâcher, c’est un signe qui ne trompe pas. Jérôme Loubry passe donc avec brio le test de la première publication, nous proposant un roman Les chiens de Détroit extrêmement prometteur qui ravira les inconditionnels de polar noir intriguant. Sa plume est affirmée, terriblement efficace et prenante, digne des grand auteurs de polar américain. Le livre ferait enfin un excellent film si on se décidait à en faire une adaptation cinématographique.

Reste maintenant à confirmer, en espérant rapidement un nouveau roman de Jérôme Loubry.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Les soeurs de Montmorts" du même auteur
La chronique de "De soleil et de sang" du même auteur
La chronique de "Le douzième chapitre" du même auteur
La chronique de "Les refuges" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Jérôme Loubry


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=