Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un coeur sombre
R.J. Ellory  (Editions Le Livre de Poche)  octobre 2017

J’ai connu R.J. Ellory, il y a quelques années, au détour de la lecture de Seul le silence qui reste l’un des thrillers qui m’a le plus marqué au cours de ma courte vie de lecteur. Subjugué par ce livre, son suspens, ses rebondissements, je me suis mis, petit à petit, à lire des polars sans jamais vraiment retrouver le même plaisir que j’avais pu prendre avec ce livre.

Par contre, j’ai continué à suivre avec une certaine assiduité les publications de R.J. Ellory, espérant retrouver la magie de Seul le silence. J’ai donc lu d’autres livres de cet auteur, Les Assassins, Vendetta et Les Anonymes à leurs sorties mais je suis aussi passé au travers de certaines publications, embarqué à l’époque dans la lecture de romans plus classiques, oubliant que l’auteur britannique continuait son œuvre au travers de polars toujours d’une grande qualité.

Avec la sortie d’Un cœur sombre en livre de poche, je retourne me plonger vers ce spécialiste du thriller, sans la moindre appréhension, car je ne suis jamais déçu par cet auteur. Valeur sûre, dit-on ? Bien plus que cela. R.J. Ellory est le maître du thriller. Sans aucun doute.

Un cœur sombre ne déroge pas à la règle, on rentre dedans comme dans un bon thriller et on voit défiler les pages, sans vouloir lâcher le bouquin, pris par l’intrigue et l’atmosphère qui se dégage du livre. Car ici, l’histoire est sombre, comme l’indique le titre, très sombre même, presque dérangeante mais bourrée de rebondissements. Un cœur sombre est un vrai bon roman noir.

L’histoire, c’est celle d’un homme, Vincent Madigan, mauvais mari, mauvais père aussi malgré une façade respectable. Il s’est laissé entraîner dans une spirale dangereuse qui fait qu’il doit une grosse d’argent à Sandià, le roi de la pègre d’East Harlem. Sa vie est en jeu. Pour s’en sortir, il décide de braquer 400.000 dollars dans une des planques de Sandià. Sauf que les choses tournent mal, il est obligé d’éliminer ses complices et une petite fille est blessée pendant la fusillade. Rongée par l’angoisse et la culpabilité, Madigan s’engage sur la dernière voie qu’il lui reste : celle d’une impossible rédemption.

Vous l’avez compris, R.J. Ellory nous dresse donc le portrait d’un salaud, un vrai, un arnaqueur et un voleur sans scrupule qui cumule les embrouilles, quoi qu’il fasse. Au travers de ce personnage, Ellory nous plonge dans un univers mafieux, celui de la pègre New-Yorkaise, des petits malfrats et des flics véreux.

R.J. Ellory, avec ce livre, sort des codes classiques du polar. Ici, point de coupable à trouver, on le connaît déjà, c’est le personnage principal, Vincent Madigan. Le tour de force réalisé ici par Ellory, c’est de nous tenir en haleine tout le long des 500 pages par le simple fait de vouloir savoir comment cet homme va/peut s’en sortir. L’écriture d’Ellory, comme toujours addictive, fait le reste. La fin est juste incroyable, avec un dénouement dans les ultimes pages, signe qu’on a eu entre les mains un excellent bouquin. Vous raconter plus de ce livre serait une offense, mieux vaut ne pas trop en savoir pour en apprécier au maximum la lecture.

Ce qui est fascinant avec Ellory, c’est que son écriture, son talent et ses idées ne s’essoufflent jamais. Il continue de nous proposer, les uns après les autres, des livres d’une grande qualité qui nous ravissent.

Un cœur sombre fait donc partie de ces petits bijoux qu’il faut absolument lire et je vous mets au défi de vous voir abandonner ce livre tant il est fascinant.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Les fantômes de Manhattan" du même auteur
La chronique de "Le Chant de l'assassin" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de R.J. Ellory
Le Facebook de R.J. Ellory


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=