Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un coeur sombre
R.J. Ellory  (Editions Le Livre de Poche)  octobre 2017

J’ai connu R.J. Ellory, il y a quelques années, au détour de la lecture de Seul le silence qui reste l’un des thrillers qui m’a le plus marqué au cours de ma courte vie de lecteur. Subjugué par ce livre, son suspens, ses rebondissements, je me suis mis, petit à petit, à lire des polars sans jamais vraiment retrouver le même plaisir que j’avais pu prendre avec ce livre.

Par contre, j’ai continué à suivre avec une certaine assiduité les publications de R.J. Ellory, espérant retrouver la magie de Seul le silence. J’ai donc lu d’autres livres de cet auteur, Les Assassins, Vendetta et Les Anonymes à leurs sorties mais je suis aussi passé au travers de certaines publications, embarqué à l’époque dans la lecture de romans plus classiques, oubliant que l’auteur britannique continuait son œuvre au travers de polars toujours d’une grande qualité.

Avec la sortie d’Un cœur sombre en livre de poche, je retourne me plonger vers ce spécialiste du thriller, sans la moindre appréhension, car je ne suis jamais déçu par cet auteur. Valeur sûre, dit-on ? Bien plus que cela. R.J. Ellory est le maître du thriller. Sans aucun doute.

Un cœur sombre ne déroge pas à la règle, on rentre dedans comme dans un bon thriller et on voit défiler les pages, sans vouloir lâcher le bouquin, pris par l’intrigue et l’atmosphère qui se dégage du livre. Car ici, l’histoire est sombre, comme l’indique le titre, très sombre même, presque dérangeante mais bourrée de rebondissements. Un cœur sombre est un vrai bon roman noir.

L’histoire, c’est celle d’un homme, Vincent Madigan, mauvais mari, mauvais père aussi malgré une façade respectable. Il s’est laissé entraîner dans une spirale dangereuse qui fait qu’il doit une grosse d’argent à Sandià, le roi de la pègre d’East Harlem. Sa vie est en jeu. Pour s’en sortir, il décide de braquer 400.000 dollars dans une des planques de Sandià. Sauf que les choses tournent mal, il est obligé d’éliminer ses complices et une petite fille est blessée pendant la fusillade. Rongée par l’angoisse et la culpabilité, Madigan s’engage sur la dernière voie qu’il lui reste : celle d’une impossible rédemption.

Vous l’avez compris, R.J. Ellory nous dresse donc le portrait d’un salaud, un vrai, un arnaqueur et un voleur sans scrupule qui cumule les embrouilles, quoi qu’il fasse. Au travers de ce personnage, Ellory nous plonge dans un univers mafieux, celui de la pègre New-Yorkaise, des petits malfrats et des flics véreux.

R.J. Ellory, avec ce livre, sort des codes classiques du polar. Ici, point de coupable à trouver, on le connaît déjà, c’est le personnage principal, Vincent Madigan. Le tour de force réalisé ici par Ellory, c’est de nous tenir en haleine tout le long des 500 pages par le simple fait de vouloir savoir comment cet homme va/peut s’en sortir. L’écriture d’Ellory, comme toujours addictive, fait le reste. La fin est juste incroyable, avec un dénouement dans les ultimes pages, signe qu’on a eu entre les mains un excellent bouquin. Vous raconter plus de ce livre serait une offense, mieux vaut ne pas trop en savoir pour en apprécier au maximum la lecture.

Ce qui est fascinant avec Ellory, c’est que son écriture, son talent et ses idées ne s’essoufflent jamais. Il continue de nous proposer, les uns après les autres, des livres d’une grande qualité qui nous ravissent.

Un cœur sombre fait donc partie de ces petits bijoux qu’il faut absolument lire et je vous mets au défi de vous voir abandonner ce livre tant il est fascinant.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Les fantômes de Manhattan" du même auteur
La chronique de "Le Chant de l'assassin" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de R.J. Ellory
Le Facebook de R.J. Ellory


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=