Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Folie en tête... aux racines de l'art brut
Maison de Victor Hugo  (Paris)  Du 16 novembre 2017 au 18 mars 2018

La Maison de Victor Hugo à Paris propose avec "La Folie en tête... aux racines de l'art brut" une excellente et très ciblée exposition consacrée à l'art brut dans son acception originelle qui revient aux fondamentaux en un temps où celui-ci est intégré dans la nébuleuse en vogue des arts dits "outsiders".

En effet, l'art brut contemporain est principalement pratiqué par des artistes formé aux beaux arts qui s'inspirent des pratiquent des oeuvres et thématiques qui innervent l'"art des fous", celui des personnes internées dans des hôpitaux psychiatriques dès le 18ème siècle, suite à la qualification fameuse de Jean Dubuffet au milieu du 20ème siècle.

Gérard Audinet, directeur du lieu, et Barbara Safarova, présidente de l’Association abcd dédiée à l'art brut en charge de la collection Bruno Decharme et directrice de programme au Collège International de Philosophie, ont choisi de présenter les oeuvres réalisées au début du 20ème siècle dans le cadre d'institutions psychiatriques considérées comme pilotes en leur temps et dirigées par des thérapeutes par ailleurs amateurs d'art et collectionneurs qui ont favorisé la pratique artistique qui sera qualifiée d'art-thérapie dans les années 1950.

Ainsi on été constituées des collections européennes emblématiques qui scandent de manière chronologique l'art psychopathologique de 1830 à 1945 dans laquelle les commissaires ont puisé pour concevoir judicieusement une monstration qui évite tant le didactisme que la pédanterie en ne procédant ni à des appariements esthétiques ni à des récurrences selon la pathologie potentielle des malades.

L'art des fous, du fou devenu artiste à l'artiste devenu fou

En effet, chaque collection - la collection du Dr Browne au Crichton Royal Hospital, celle du Dr Auguste Marie qui a officié à l'Asile de Villejuif et à l’Asile-clinique de Sainte-Anne, celle du Dr Walter Morgenthaler directeur de l'Asile de la Waldau en Suisse et la collection dite Hanz Prinzhorn à l'Hôpital psychiatrique de l’Université de Heidelberg - fait l'objet d'une section spécifique.

Et le scénographe Alexis Patras a réussi la prouesse de la mise en valeur, dans les pièces d'habitation converties en salles muséales, d'une production essentiellement graphique, hors les malades venant d'un milieu aisé, les autres ne disposaient que d'un matériel réduit à un crayon à papier par moi et à des feuilles de papier.

Ce choix s'avère judicieux car il sollicite tant la curiosité que l'imaginaire et la réflexion de tout visiteur selon sa sensibilité et son background culturel, du néophyte à l'amateur éclairé.

Ainsi se révèlent, avec en filigrane l'histoire de la psychiatrie avec une des phases de son évolution quand, à l'exclusion sociale par la mise à l'écart d'abord dans la prison puis dans des asiles-mouroirs, a succédé dès le milieu du 19ème siècle une approche thérapeutique dispensée dans des institutions spécialisées et les prémisses de l'art-thérapie, des intérêts multiples.

D'une part, est dressé un large panorama en termes de maîtrise technique et de qualité esthétique selon le vécu du malade, du gribouillis enfantin du Latiniste aux oeuvres du Voyageur français qui était décorateur et hybride deux univers, le paysage et le motif décoratif, en passant par la griffonnage désordonné non-figuratif et la reproduction de motifs livresques par l'universitaire Emile Josome Hodinos.

D'autre part, l'art des fous résiste à la typologie tant les profils diffèrent, car si des fous deviennent artistes, des artistes sombrent dans la folie comme la peintre expressionniste Else Bankerhorn, ce qui alimente la dialectique art/génie/folie qui, dans sa dérive, a alimenté l'entreprise de "purification de l'art" mené par le IIIème Reich qui, en l'occurrence, s'accompagnait de l'euthanasie des aliénés come ce fut le cas pour Franz Karl Bühler qui avait enseigné à l'Ecole des Arts Appliqués de Strasbourg avant son internement.

Tout comme leur production notamment parce que si certains sont connus, et parfois même célèbres et de leur vivant.

Tel Adolf Woltfli qui s'invente une vie épique en s'érigeant en figure fictionnelle inspirée de son saint patron, la plupart sont à jamais anonymes tout comme August Klett qui crée sa propre cosmogonie.

De plus, ces oeuvres résultent de tant de création spontanée, souvent sur un thème obsessionnel, du mysticisme d'Emile Jacob à l'érotomanie saphique de Oskar Buttikofer, que de créations dirigées visant à la pratique du dessin par la reproduction de dessins,gravures ou illustrations comme avec Josef Askew.

Néanmoins chacune constitue l'émanation d'un univers unique dont celui qui regarde tente de percer le mystère notamment quant elle ressort d'une registre non figuratif et, paradoxalement, certains initient une mise en résonance avec les mouvements de l'art moderne et de l'art contemporain.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Maison de Victor Hugo

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie) avec l'aimable autorisation de la Maison de Victor Hugo


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=