Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les cendres d'Angela
Frank McCourt  (Editions Belfond)  octobre 2017

Né à Brooklyn de parents irlandais en 1930, Frank McCourt part pour l’Irlande à l’âge de quatre ans. A dix-neuf ans, il refait la traversée en sens inverse et s’installe à Manhattan. Il exerce divers métiers, sert un temps dans l’armée, avant d’entrer à l’université où il décroche un diplôme d’enseignant. Au terme d’une longue carrière d’enseignant, il connaît un succès phénoménal, à l’âge de soixante-six-ans, avec Les cendres d’Angela, publié déjà chez Belfond. Vingt ans plus tard, pour fêter cet anniversaire, son éditeur Belfond décide de republier son livre agrémenté d’une préface de Colum McCann.

Et c’est donc lui, Colum McClann qui nous parle le mieux de ce roman, nous expliquant que ce dernier a mieux vieilli que la plupart de ceux de la même époque, qu’on a du mal à croire qu’il a déjà vingt ans et surtout, qu’il n’a rien perdu de sa justesse. En 1997, cette autobiographie de Frank McCourt avait touché la France au cœur, réussissant à faire rire ses lecteurs même en ce qu’elle recèle de plus sombre.

Vingt ans plus tard, Colum McCann considère que ce magnifique livre est capable d’apporter un éclairage particulier sur notre situation, guère plus réjouissante. Quand McCourt dessinait l’histoire d’un immigré confronté à la pauvreté, la solitude et l’oppression, il n’imaginait pas que vingt ans plus tard tout serait encore là, symbolisé par la jungle de Calais.

"Prenez ce livre, nous dit Colum McCann. Lisez-le une fois de plus. Donnez-le à vos enfants. Prêtez-le à vos amis et ne comptez pas qu’ils vous le rendent. Laissez-le faire ses preuves encore vingt ans. Offrez-le à la bibliothèque de l’école. Distribuez-en quelques exemplaires au service de l’immigration. Posez-le, mine de rien, au bureau de l’aide sociale. Oubliez-le dans un TGV, apportez-le à Pôle emploi, dans la file d’attente. Utilisez-le comme une arme, de la même façon qu’il faut se servir de la littérature pour développer notre imagination et stimuler notre empathie."

Car oui, Les cendres d’Angela est un très grand livre que je me réjouis d’avoir dans ma bibliothèque, un véritable phénomène littéraire mondial, une œuvre devenue culte à (re)découvrir.

Les cendres d’Angela, ce sont les mémoires de Frank McCourt, dans l’Irlande du sud des années 30 et 40, celles de la crise venant des USA. C’est l’histoire de sa famille qui quitta New York après le décès de sa jeune sœur. C’est l’histoire de la mort aussi qui rode tout le long du livre, venant frapper de nouveau à la porte des McCourt.

Frank grandit dans le dénuement total, la grande pauvreté, que son livre décrit avec une grande minutie. Son enfance n’est que manque, il ne mange pas à sa faim, vit dans le froid et sans aucun confort passant de bidonvilles en bidonvilles. Son père, c’est l’alcool qui le ronge, il enchaîne les périodes de chômage dans cette Irlande sans avenir. Sa mère, elle, aimante auprès de ses nombreux enfants, fait tout pour leur offrir le maximum, bien peu malheureusement. Elle mendie quand son mari s’en va dépenser le peu d’argent qu’il gagne dans les bars.

Frank n’a qu’une obsession, il ne rêve que d’une chose, retourner et retrouver le pays qu’il a quitté, l’Amérique qui le verra réussir plus tard. Le livre est dur bien sûr, souvent triste, nous mettant le cœur aux bords des yeux très souvent mais sans jamais tomber dans le misérabilisme.

Ce qui est magnifique à la lecture de ce texte, c’est aussi de voir que l’auteur n’éprouve aucune rancœur et rancune vis-à-vis de ce qu’il a vécu. Il dépeint sa famille avec beaucoup de bienveillance malgré les problèmes liés à l’alcool de son père et les gestes violents de son frère. Ce livre est une leçon de vie, vu par un enfant puis un adolescent qui s’est construit dans la difficulté.

Frank McCourt nous touche par les souvenirs aimants qu’il a conservés de ses parents et surtout par le portrait plein de tendresse qu’il nous dresse de sa maman. Jamais dans les larmes, toujours dans l’émotion, le lecteur tourne les pages en suivant ce petit garçon, en s’attachant à lui et à sa famille.

Les cendres d’Angela reste et restera un très grand livre que l’on continuera de lire encore pendant de longues décennies.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 octobre 2018 : Réchauffement culturel

Pollution, pesticides, réchauffement climatique, guerres, brexit, cum-ex. A notre manière, chez Froggy's Delight, on essaie de lutter contre toute cette morosité avec notre petite sélection culturelle histoire de se réchauffer le coeur et les neurones. C'est parti :

Du côté de la musique :

"K A N A P S" de EuTéPé
"Radiate" de Jeanne Added
"Their Prime" de Jo Passed
"In our circle" de Rivulets
"Mount pleasant" de Smoove & Turrell
"Common wealth" de The 10:04s
"Schaum" de Unhappy birthday
Rencontre avec Vanessa Philippe, autour de son album "A l'abri du vent". le tout accompagné de la première partie de la session acoustique de Vanessa Philippe et Fredda
"Forces" de Arca
"Les portes du paradis" de Dani Terreur
"Par mon nom EP" de Nawel Ben Kraiem
"Enfant du vide" de Pandore
Compte rendu du festival Ellipse à Toulouse avec Derinëgolem - Drame - Zombie Zombie - Gareth Dickson - Petit fantôme - Franky Goes To Pointe à Pitre - Halo Maud - Moodoïd
et toujours :
"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Dom Juan ou Les Limbes de Molière" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Je parle à un homme qui ne reste pas en place" au Théâtre du Rond-Point
"Les vagues, les amours, c'est pareil..." au Centquatre
"L'Architecte et l'Empereur d'Assyrie" au Théâtre Darius Milhaud
"Jester Show" au Théâtre Les Déchargeurs
"Au nom du père, du verre... Et paf par terre !" à la Maison des Métallos
"Cyrano" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Je viens de nulle part et c'est loin de Paris" au Théâtre La Croisée des Chemins
"L'Apocalypse de Jean" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"C'est pourtant simple !" au Théâtre d'Edgar
"Une vie de pianiste" à la Comédie Bastille
les reprises :
"Au menu, amours de saison" au Théâtre de l'Epée de Bois
"La Cerisaie, variations chantées" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Popeck - Même pas mort !" au Théâtre L'Archipel
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre du Petit Montparnasse
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Transmission/Transgression - Maître et élèves dans l'atelier" au Musée Bourdelle
"Ossip Zadkine - L'instinct de la matière" au Musée Zadkine
"Zao Wou Ki - L'espace est silence" au Musée d'Art Moderne

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"People that are not me" de Hadas Ben Aroya
"La tendre indifférence du monde" de Adilkhan Yerzhanov
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Jean Moulin, l'affranchi" de Bénédicte Verguez Chaignon
"L"assassin de ma soeur" de Flynn Berry
"L'espace du rêve" de David Lynch & Kristine McKenna
"La chance de leur vie" de Agnès Desarthe
"Le douzième chapitre" de Jérôme Loubry
"Les fils de la poussière" de Arnaldur Indrioason

et toujours :
"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles

Froggeek's Delight :

"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
et toujours :
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=