Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International de Benicassim 2005 (jeudi)
DeLuxe - The Posies - The Polyphonic Spree - The Tears  (Espagne)  4 août 2005

1500 kilomètres et autant de cafés avalés, l'équipe Froggy arrive enfin en terre inconnue, quoique balisée par des hordes de jeunes stoners venus de toute l'Europe se dépoussiérer les tympans pendant quatre jours.

Benicassim se fait belle donc, chaude et humide, prête à accueillir les 100 000 personnes attendues pour le FIB 2005.

Première journée de festival, l'espagnol Xoel Lopez alias Deluxe prend place sur la grande scène. Il ne paye pas de mine avec sa coupe bien sage et se petites lunettes cerclées, mais il va offrir de la pop entraînante aux mélodies efficaces à défaut d'être originales.

Le public à majorité espagnole est derrière son compatriote et apprécie ses ritournelles pop, les meilleures étant toutefois celles chantées en anglais…

Mélodies sucrées à la sauce pop, le tout manque hélas d'un brin de piquant, mais est-ce là l'essentiel ? Xoel, sosie de John Lennon à s'y méprendre, sait motiver les foules venues en masse. Il faut dire qu'être artiste ibérique à Benicassim se révèle être un sacré avantage!

Autant le dire d'entrée de jeu, la programmation du FIB 2005 fait dans le revival et tente le pari du coming back pour la majeure partie des groupes présents à Benicassim.

Premier dinosaure, et pas des moindres : The Posies, déclarés morts, mais toujours vivants. Le groupe de Seattle reste avec REM l'un des derniers groupes indé US rescapé du naufrage des années 80.

L'ADN recyclé et le chromosome XX Ken Stringfellow / John Auer enfin réuni, The Posies livre ce soir une prestation unique, une claque sonore. En bref une leçon.

Pari risqué que d'attaquer le show avec l'ensemble des titres du dernier album Every Kind of light….

Et pourtant, l'alchimie s'immisce dans les rangs.

Troublant duo que celui de The Posies…

John Auer gras comme un Robert Smith à la voix fluette, et Ken Stringfellow, véritable réincarnation du Jack Nicholson de Shining, pratiquent une power pop sans bactéries.

Prenant le temps d'un arpège mélodique ("Conversations") pour calmer la foule, balancer un "Dream all day" devenu depuis grand classique du rock 90'…Et enfin un "I guess you're right" comme une explosion… Attention, groupe dangereux. Et première surprise d'un festival qui en comporte bien d'autres…

Un groupe atypique, justement, The Polyphonic Spree, qui semble ce soir semble attendu comme le messie.

Composé de 23 musiciens (chant, guitare, cuivres, chœur, cordes, clavier, harpe) tous habillé de longues tuniques, le groupe, ou plutôt la communauté, se veut vecteur de joie, d'amour et d'optimisme. La bande à Tom Delaughter ne cherche pas sa voie…

Très flower power, The Polyphonic Spree parvient contre toute attente à combler et ensorceler un public à priori dans l'expectative devant tant de bonheur et d'harmonie. Ainsi à force de nous répéter sur tous les tons (forcément puisque c'est polyphonic) "Hey, it's the sun and it makes me shine" et cela pendant près de 15 minutes, cela fait son petit effet.

Flirtant allègrement avec le kitsch, le spectateur cherche le degré d'humour de ce groupe à la limite du rock new age… On se retrouve subitement en plein milieu de la comédie musicale Hair. Même si musicalement, à la longue, le tout est un peu lassant, on finit par sentir un sentiment d'allégresse nous traverser.

La foule en délire apprécie le très Mc Cartney "Hold me now", et au bout du compte, apprécie la cure d'optimisme. Un concert de The Polyphonic Spree coûte moins cher que du prozac finalement…

Dernière tête d'affiche de cette première journée, The Tears, ici en promotion pour la sortie de Here come the tears, premier opus célébrant la célèbre réunion de Brett Anderson et Bernard Butler.

Soit les deux têtes pensantes et chantantes du mythique groupe Suède.

Pour un résultat hélas très décevant et bien en dessous du niveau de l'album.

Public statique, extatique et mélodies bien moins accrocheuses que celles de "Trash" ou "Lazy" distillées du temps de Suede. Pourquoi diantre avoir changé de nom et vendu son âme ?

La reformation sent hélas le coup marketing à plein nez, le hit "Lovers" et la belle gueule de Brett le brit' n'y changeront rien….

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Le vendredi à Benicassim
Le samedi à Benicassim
Le dimanche à Benicassim

La chronique de l'album Bubble and Scrape Deluxe Edition de Sebadoh
La chronique de l'album You Decide de The Rank Deluxe
La chronique de l'album Il faut quand même bien exister EP de Atomique Deluxe
La chronique de l'album Vingt de Atomique DeLuxe
La chronique de l'album Give up Deluxe 10h Anniversary Edition de The Postal Service
La chronique de l'album Cupid Deluxe de Blood Orange
La chronique de l'album Orchids de Rich Deluxe
La chronique de l'album Julien Bouchard - Kissamilé - Manuel Etienne - Hoboken Division - Orwell - The Wise Dude’ de Pop à Noël
La chronique de l'album Stachelight de Deluxe
La chronique de l'album Voodoo Magic de Spiral Deluxe
La chronique de l'album Sélection singles & EP de My Baby - Electro Deluxe
La chronique de l'album Rouen Dreams de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
DeLuxe en concert à Skyline Society (avril 2006)
DeLuxe en concert au Grand Mix (vendredi 2 avril 2010)
DeLuxe en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - dimanche 26 avril
DeLuxe en concert à Malle à Disques (samedi 3 octobre 2015)
DeLuxe en concert au Festival Europavox 2017 - Vendredi 30 juin
DeLuxe en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche
La chronique de l'album Every Kind Of Light de The Posies
L'interview de The Posies (18 juillet 2005)
La chronique de l'album Yes, It’s True de The Polyphonic Spree
The Polyphonic Spree en concert au Festival La Route du Rock 2005 (Dimanche)
The Polyphonic Spree en concert au Festival La Route du Rock 2005 (dimanche)
La conférence de presse de The Polyphonic Spree (14 août 2005)

Crédits Photos et Article : Little Tom & Big Ben

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=