Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Aldous Harding
Party  (ETC Recordings)  mai 2017

C’était au printemps dernier, ce qui ne nous rajeunit pas, qu’Aldous Harding sortait son deuxième album. La Néo-Zélandaise avait débarqué comme un ouragan de douceur avec son premier album trois ans auparavant, touchant les cœurs de beaucoup grâce à son timbre pur, cristallin, parfois au bord de la rupture, et ses chansons envoûtantes, désarmantes de simplicité. J’avais moi-même été conquis et, voyant ce nouvel opus sortir, je n’avais pu m’empêcher de postuler pour en faire la chronique. Mais voilà, pour faire un bon album, il ne faut pas seulement un bon album mais aussi des oreilles prêtes à l’entendre.

Play >

Pour être honnête, la première fois que j’ai appuyé sur le bouton "play", j’ai été déçu. Le premier titre me semblait attendu, et le second m’a donné envie d’aller écouter autre chose. La deuxième fois ne s’est pas passée mieux, et la troisième non plus. Mon cœur était au printemps et avait besoin de nouveauté, d’un bonheur direct, d’une fracassante sortie d’un hiver qui m’avait paru trop long.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais trop de gens de goût autour de moi me conseillaient d’y retourner.

J’ai attendu que les arbres laissent tomber leurs promesses d’un été qui ne cesserait de revenir, que le soleil retrouve sa belle timidité qui nous fait le désirer plus encore, que la pluie imprègne mon pull alors que je m’étais laissé surprendre par son arrivée. J’ai attendu que mon âme ait besoin de cette chaleur que l’on peut trouver au fond de la voix humaine, que mon corps cherche l’émotion plus douce, mystérieuse des contes de fées que l’on ne raconte que dans la pénombre dansante d’un feu de cheminée. J’ai attendu que la nuit gagne une nouvelle fois son combat sur l’évidente et écrasante lumière du jour, que l’insolente beauté des corps se drape pudiquement d’un voile brumeux. J’ai attendu pour enfin me replonger, presque craintif, dans les chansons à peine habillées d’Aldous Harding.

J’ai alors été assailli par l’étrange beauté de sa voix, touchante, prenant toutes les formes que l’esprit peut imaginer, telle une créature mythologique tentant à tout prix de ravir le cœur de l’homme. Je me suis abandonné, les yeux fermés, à cette sensation troublante qu’elle était peut-être juste à côté de moi, ne jouant que pour moi, murmurant à mon oreille, si près que je pouvais deviner les mouvements de sa langue, si près que j’entendais le frottement d’un bras sur le bois d’une guitare, si près que je pouvais percevoir le mouvement mécanique des marteaux du piano, si près que je n’osais plus ouvrir les yeux, craignant que le monde en ait profité pour s’effacer définitivement.

[] Stop

Non, je n’ai pas réellement appuyé sur ce bouton. J’ai laissé le disque repartir du début et je me suis noyé une nouvelle fois, trop heureux de ne plus avoir besoin de respirer pour vivre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Aldous Harding

En savoir plus :
Le site officiel de Aldous Harding
Le Bandcamp de Aldous Harding
Le Soundcloud de Aldous Harding
Le Facebook de Aldous Harding


Alex BBH         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=