Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Babatu, les trois conseils
Jean Rouch  1976

Réalisé par Jean Rouch. France/Niger. Documentaire. 1h32 (Sortie 1976). Avec Damouré Zika, Lam Ibrahima Dia et Tallou Mouzourana.

Une exposition qui vient de s’achever à la Bnf, une autre au Musée de l’Homme*, une rétrospective d’œuvres restaurées, rares ou inachevées à la Cinémathèque française du 22 au 27 novembre 2017…

Sans doute n’en fallait-il pas moins pour rendre hommage au cinéaste et explorateur de l’humanité que fut Jean Rouch.

Filmeur inlassable, le "renard pâle" a laissé derrière lui une œuvre foisonnante, généreusement dispersée qu’on ne cesse de redécouvrir. Ce passionné de l’Afrique a porté sa caméra un peu partout, enregistrant des rituels immémoriaux, suivant le quotidien de tribus dont il avait su se faire accepter.

Jean Rouch est aussi l’un des grands cinéastes de la modernité : dès le début des années 1960, il s’interroge avec son complice Edgar Morin sur les vertus du cinéma-vérité, qui deviendra le cinéma direct. Dans le très beau "Chronique d’un été", à travers le micro de Marceline Loridan, ils demandent ce qu’est le bonheur, et dévoilent les espoirs et les douleurs de leur époque.

Mais c’est un film moins connu de Jean Rouch qui a ouvert la semaine dernière cette rétrospective de la Cinémathèque française. "Babatou, les trois conseils", présenté dans une très belle copie restaurée à partir d’éléments en 16mm, est un film étrange et beau.

Les guerres entre villages font rage. Des guerriers partent en quête de captifs, qu’ils veulent ramener avec eux pour leur faire accomplir le travail harassant du quotidien. Le spectateur suit l’itinéraire d’un de ces groupes, qui partira pendant des années pour piller et massacrer.

Rarement on vit film si dépouillé de tout ce qui peut engoncer un film historique. L’action se situe au19ème siècle, mais elle pourrait se dérouler au 18ème ou au 20ème, tant semble éternelle la représentation qui en est faite.

La simplicité de la mise en scène, l’économie de moyens manifeste donne àeBabatu, les trois conseilse une belle épure. Jean Rouch brouille les cartes, filmant ses acteurs comme il filmerait un documentaire ethnographique. Un impressionnant rituel funéraire, où un animal est sacrifié, accompagne ainsi la mort d’un guerrier. Filmé en temps réel, il témoigne d’une tradition que Jean Rouch regarde sans la juger.

En effet, le quotidien occupe une grande place de ce film de guerre si concret, où tous les éléments sont convoqués : l’eau, représentée par la rivière salvatrice ou le fleuve assassin, le feu, qui éloigne les animaux de la nuit, la terre, bien sûr et surtout, où les hommes s’assoient à l’ombre des arbres.

On rit, durant cette légende épique, de voir les querelles de couple d’un guerrier et de sa femme, qui l’averti qu’elle n’est pas faite pour piller le millet. Se coiffer, aller chercher de l’eau, préparer à manger… toutes ces activités occupent autant de place, voire plus, que les tueries auxquelles se livrent les guerriers.

Car de la guerre, Jean Rouch filme surtout les moments de pause, le calme avant la tempête. Les marches dans les collines, le repos sur des coussins ou au coin du feu. Les conversations de ces hommes et de ces femmes, captives, puis épouses.

Dans ce monde où tout est cycle, la mort et la vie sont irrémédiablement liées. Les soldats tombés au combat, le commerçant attaqué par un tigre malgré sa bague protectrice, le guerrier emporté par le fleuve…

Tous sont regrettés, sans que la mort ne vienne interrompre la vie de ceux qui restent. "C’était un grand guerrier, mais c’était un con", déclare, en guise d’épitaphe, celui qui a reçu les trois conseils.

Ces trois conseils, centre du film, mêlent du conte à ce poème épique. Comment, en effet, ne pas penser à "L’Odyssée" devant ce long voyage où un homme finit par revenir chez lui, franchissant un fleuve et résistant aux sirènes de la tentation, grâce aux trois conseils qu’il eut la finesse de bien vouloir écouter ?

Pareil à Ulysse, le personnage retourne auprès de sa femme, et retrouve son fils et sa maison. Lui n’est pas roi, mais il a connu la réalité de la guerre, cette expérience qui fait passer de l’autre côté du monde, ce basculement qui fait apercevoir le revers sanglant de la gloire. Une expérience qu’il ne peut partager, et qui donne au film, in fine, une coloration tragique bouleversante.

 
* "Dialogue photographique : Jean Rouch & Catherine de Clippel"

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 octobre 2018 : Réchauffement culturel

Pollution, pesticides, réchauffement climatique, guerres, brexit, cum-ex. A notre manière, chez Froggy's Delight, on essaie de lutter contre toute cette morosité avec notre petite sélection culturelle histoire de se réchauffer le coeur et les neurones. C'est parti :

Du côté de la musique :

"K A N A P S" de EuTéPé
"Radiate" de Jeanne Added
"Their Prime" de Jo Passed
"In our circle" de Rivulets
"Mount pleasant" de Smoove & Turrell
"Common wealth" de The 10:04s
"Schaum" de Unhappy birthday
Rencontre avec Vanessa Philippe, autour de son album "A l'abri du vent". le tout accompagné de la première partie de la session acoustique de Vanessa Philippe et Fredda
"Forces" de Arca
"Les portes du paradis" de Dani Terreur
"Par mon nom EP" de Nawel Ben Kraiem
"Enfant du vide" de Pandore
Compte rendu du festival Ellipse à Toulouse avec Derinëgolem - Drame - Zombie Zombie - Gareth Dickson - Petit fantôme - Franky Goes To Pointe à Pitre - Halo Maud - Moodoïd
et toujours :
"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Dom Juan ou Les Limbes de Molière" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Je parle à un homme qui ne reste pas en place" au Théâtre du Rond-Point
"Les vagues, les amours, c'est pareil..." au Centquatre
"L'Architecte et l'Empereur d'Assyrie" au Théâtre Darius Milhaud
"Jester Show" au Théâtre Les Déchargeurs
"Au nom du père, du verre... Et paf par terre !" à la Maison des Métallos
"Cyrano" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Je viens de nulle part et c'est loin de Paris" au Théâtre La Croisée des Chemins
"L'Apocalypse de Jean" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"C'est pourtant simple !" au Théâtre d'Edgar
"Une vie de pianiste" à la Comédie Bastille
les reprises :
"Au menu, amours de saison" au Théâtre de l'Epée de Bois
"La Cerisaie, variations chantées" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Popeck - Même pas mort !" au Théâtre L'Archipel
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre du Petit Montparnasse
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Transmission/Transgression - Maître et élèves dans l'atelier" au Musée Bourdelle
"Ossip Zadkine - L'instinct de la matière" au Musée Zadkine
"Zao Wou Ki - L'espace est silence" au Musée d'Art Moderne

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"People that are not me" de Hadas Ben Aroya
"La tendre indifférence du monde" de Adilkhan Yerzhanov
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Jean Moulin, l'affranchi" de Bénédicte Verguez Chaignon
"L"assassin de ma soeur" de Flynn Berry
"L'espace du rêve" de David Lynch & Kristine McKenna
"La chance de leur vie" de Agnès Desarthe
"Le douzième chapitre" de Jérôme Loubry
"Les fils de la poussière" de Arnaldur Indrioason

et toujours :
"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles

Froggeek's Delight :

"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
et toujours :
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=