Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La disparue de Noël
Rachel Abbott  (Editions Belfond)  novembre 2017

A l’approche de noël, les éditions Belfond ont la charmante idée de nous proposer un chouette livre, La disparue de Noël, écrit par la britannique Rachel Abbott. Née à Manchester, elle publie son quatrième roman, après ceux parus déjà chez Belfond.

Le livre nous raconte l’histoire d’Emma, femme mariée à David, directeur de banque à Manchester, maman d’un ravissant petit Ollie, agé de 18 mois qui vit depuis des années avec le passé douloureux de son mari. Six ans auparavant, Caroline, l’ex-femme de David a eu un accident de voiture, la veille de Noël, qui lui a coûté la vie. Leur fille, qui se trouvait sur le siège de la voiture, seule rescapée de l’accident a inexplicablement disparu lorsque les secours arrivent.

Un jour, la jeune Natasha réapparaît, rendant son père David fou de joie, au contraire d’Emma qui, de son côté, s’interroge. Où était-elle passée toutes ces années ? Comment va-t-elle trouver sa place dans sa nouvelle famille ? Ne va-t-elle pas représenter une menace, pour elle et son bébé ? Mais surtout, que cache cette disparue de Noël ? Ce retour, est-ce un cadeau ou une malédiction ?

Le début du livre nous raconte l’accident, Caroline, au volant de sa voiture, se retrouvant devant un véhicule en travers de la route, s’apprêtant à sortir pour aller aider qui reçoit alors un mystérieux coup de fil lui disant de ne pas rester et de partir le plus vite possible. Quelques instants après, elle finira dans le fossé. Le coup de fil, évidemment, est là, en partie pour nous tenir en haleine le long de l’intrigue.

Avec le retour de la jeune femme, un trio s’installe que l’on suit pendant de nombreuses pages. Avec un père, qui se pose peu de questions, considérant cette disparition comme une vulgaire fugue et voulant profiter du retour inespéré de sa fille et sa femme, elle, bien plus curieuse, inquiète aussi qui finit par se dire que c’est peut-être son mari qui a le bon comportement.

Sauf que de nombreux rebondissements arrivent tout au long du livre, venant raviver et compliquer cette affaire de disparition, notamment de par l’arrivée de nouveaux éléments qui ne semblaient pas avoir de liens avec cette affaire mais aussi du fait que la police continue son enquête, malgré le retour de la jeune femme.

Le point fort de ce livre, excepté le suspense inhérent à tout bon polar, tient dans les trois personnages du livre et dans la façon qu’a Rachel Abbott de les faire évoluer. Evidemment, on souhaite connaître le pourquoi du comment. Avait-elle disparu ? Pourquoi est-elle revenue ? Mais surtout, on se pose beaucoup de questions sur la psychologie de ces personnages. On se pose des questions sur la façon dont ils réagissent, sur la manière dont nous même aurions réagi face à ce type de mésaventure.

La disparue de Noël est bel et bien un thriller psychologique addictif et passionnant. L’intrigue est plaisante et l’écriture de Rachel Abbott plaisante. Les ingrédients d’un bon polar sont réunis.

Je découvre Rachel Abbott avec ce livre et il était temps, me dira-t-on. J’ai maintenant une curieuse envie d’aller voir vers ses anciens livres pour confirmer tout le bien que je pense d’elle.

Le livre La disparue de Noël, lui, aura toute sa place au pied d’un sapin, pour qui voudra bien offrir un petit moment de lecture agréable à quelqu’un qu’il apprécie.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Ce qui ne tue pas" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Rachel Abbott
Le Facebook de Rachel Abbott


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=