Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Los Nadie
Juan Sebastian Mesa  décembre 2017

Réalisé par Juan Sebastian Mesa. Cplombie. Drame. 1h24 (Sortie le 6 décembre 2017). Avec Esteban Alcaraz, Maria Camilla Castrillón, Maria Angélica Puerta et Alejandro Pérez Ceferino.

Bien trop rares sur nos écrans, les films colombiens se sont invités cette année dans les salles de cinéma français : lAannée France-Colombie, ensemble de manifestations culturelles sur tout le territoire, s’achève bientôt.

Mais le cinéma colombien ne s’effacera pas de sitôt : le 6 décembre 2017 sort "Los Nadie", film prometteur d’un jeune réalisateur colombien, Juan Sebastián Mesa, présenté à l’ouverture du cycle consacré au cinéma colombien, toutes périodes confondues, à la Cinémathèque française.

Assis sur le bord des routes ou perchés sur les escaliers, tous ont le visage tendu vers l’horizon. Les jeunes habitants de Medellin attendent. Ils regardent les voitures passer, les gens qui vont et viennent, la ville qui s’éveille et s’endort. Toujours en mouvement, et pourtant si monotone.

Dans le noir et blanc d’un quotidien sans perspective d’avenir, cinq adolescents projettent de partir. C’est si simple, au fond. Sortir de la ville, dépasser les frontières pour s’enfoncer dans des terres inconnues, pour sillonner des routes, qui, enfin, mèneraient quelque part.

En attendant, ils expriment leur rage et leur doute. Entre paradis artificiels et manifestes artistiques (graffs sur les murs, tatouages dans le cou), ils se frottent à cette ville où ils étouffent.

Les personnages ne se revendiquent pas comme des révolutionnaires, mais portent en eux une vitalité subversive, qui éclate lors des concerts punk. Ils sont les témoins amusés de ce monde où l’on chasse le démon à coup de prières collectives tandis que les destins peuvent basculer d’un coup, à la merci d’une bonne ou d’une mauvaise rencontre.

La description d’une jeunesse, partagée entre ennui et rage de vivre, n’est certes pas inédite. On en voit souvent, de ces jeunes gens en quête d’émancipation, cherchant à se séparer de leur famille pour devenir adulte, trouvant dans l’art et l’amitié les remèdes au mal qui les ronge. Ce premier film n’échappe pas non plus à certains effets de caméra un peu faciles.

Les personnages sont croqués en quelques traits avec efficacité : la jeune fille romantique, dans une famille déséquilibrée, la petite amoureuse, forcée de cohabiter avec tante et cousine bigote, le garçon qui voudrait aider sa mère, sans savoir comment, le musicien amateur de drogues… autant de types qui, pourtant, fonctionnent et émeuvent.

Mais on en retiendra surtout cette Medellin toute en hauteur, magnifique et impitoyable. Souvent réfugiés sur les hauteurs, les cinq héros contemplent ce lieu qui s’étend à leur pied, tandis que le ciel est barré par les fils électriques. Ils descendent et remontent avec peine les versants escarpés de la montagne où s’agglutinent les maisons de fortune, mélanges imparfaits de tôle et de béton froid.

Là, la peur est omniprésente : les claquements des feux d’artifice sont soudain remplacés par des tirs de pistolet, la révolte gronde dans les universités où l’on jette des lacrymos, les rues sont gouvernées par des caïds à la détente facile.

Cette ville, c’est un cirque un ciel ouvert où les jeunes gens sont tous des artistes. Prestidigitateurs, cracheurs de feu, clowns, poètes se rencontrent dans le théâtre urbain ; tous ont dans leur poche un diabolo ou des crayons.

Ils jonglent pour quelques pièces devant les voitures qui attendent au feu rouge, suspendant un moment le temps du bout de leurs quilles virevoltantes. Dans ces instants, la grâce est partout.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=