Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Quitter la terre
Centre Culturel Suisse  (Paris)  décembre 2017

Comédie dystopique écrite et mise en scène par Joël Maillard, avec Joëlle Fontannaz et Joël Maillard.

Ah, la Suisse, le pays, entre autres, du Ricola, de Zouc et de Fischli et Weiss ! Et plus fort que le chocolat et le coucou, l'humour suisse...

Joël Maillard, auteur, acteur, metteur en scène et fondateur de la Compagnie Snaut dédiée au thème de la disparition de l’individu et de l’humanité, qui croit au pouvoir libérateur du rire ("Je fais des spectacles avec blagues"), n'en manque pas.

Pour son millésime 2017 intitulé "Quitter la terre", il indique dans sa note d'intention "utiliser certains codes de la science-fiction" pour "évoquer la situation présente par le biais de l’excès, de la déformation et de l’humour" en s'affranchissant du réalisme et de la plausibilité "pour proposer une sorte d’expérience de pensée".

Et, là encore, force est de constater qu'il atteint son but avec, dans le genre peu usité de la dystopie, un opus original aussi attractif qu'immersif qui se déroule dans un univers de "l'entre-deux" en raison d'une épatante scénographie pro-domo réalisée avec la collaboration notamment de Christian Bovey pour la modélisation informatique et de Louis Jucker, concepteur et compositeur de la musique "pour calmer les esprits" (sic).

Tout commence dans le registre du docu-fiction présenté, dans le cadre d'un congrès de "futurologie dilettante", par deux intervenants fantaisistes portant le même prénom de plus éponyme à ceux des comédiens (Joëlle Fontannaz et Joël Maillard) qui exposent un scénario catastrophe peu exploré, celui de l'extinction de l'espèce humaine pour cause de stérilité généralisée.

Afin de parer à cette tragédie, et sans que jamais ne soit évoqué un quelconque Big Brother, de petites colonies humaines, maintenues dans un état d'hébétude, de dénuement et d'ignorance absolus, sont expédiées avec comme leur mémoire comme seul viatique, dans de singulières stations spatiales dont la primeur doit être laissée au spectateur.

Et les conférenciers, tous deux épatants, également embarqués, à l'insu de leur plein gré, dans leur propre discours, quittent aussi le réel du ici, là et maintenant du plateau pour s'investir dans le rôle de stationautes.

Référencée dans l'univers de la science-fiction des années 1970 la partition de cette aventure galactique repose sur des pseudo-spéculations intellectuelles soumises d'autant plus à la sagacité de l'auditoire qu'elles abordent de nombreux thèmes majeurs intemporels, de la culture au vivre ensemble en passant par la transmission du savoir.

Soutenue par un humour pince-sans-rire à visée, dixit l'auteur, apotropaïque pour déjouer l'angoisse anticipative d'une apocalypse qui n'a rien de joyeux, elle s'avère totalement roborative.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 juillet 2018 : Rythme Estival

Nous serons là tout l'été, avec des éditions plus légères, à consommer sans modération. Voici le programme de la semaine :

Du côté de la musique :

"All wet EP" de Bosco Rogers
"Tell me how your really feel" de Courtney Barnett
"Fons Luminis : Codex Las Huelgas" de Ensemble Gilles Binchois / Dominique Vellard
"Elle fend l'eau" de Jane is Beautiful
"Away EP" de Melissa Bon
"L'esprova" de Sourdure
"V pour Vaise" de Vassilis Varvaresos
Dimanche au Eurockéennes de Belfort avec Alice in Chains, The Liminanas, Eddy de Pretto...
"Cover me session" de Hugo
et toujours :
Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails... toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle

Au théâtre :

les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

et la dernière ligne droite pour :
"Kupka - Pionnier de l'abstraction" au Grand Palais
"Chris Marker - Les 7 vies d'un cinéaste" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"The Charmer" de Milad Alami
"Bajirao Mastani" de Sanjay Leela Bhansali
"Tulip Fever" de Justin Chadwick en VOD
"Break" de Marc Fouchard
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Carbone #1 hiver 2018, revue trimestrielle" aux éditions Fauns
"Chroniques de San Francisco : tome 3" de Armistead Maupin
"La soie et le fusil" de Gioacchimo Criaco
"Les valises" de Juan Carlos Mendez Guedez
et toujours :
"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=