Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Black Cat Crossin'
Too Many Things to Light  (L?Art Scène Prod / Inouïe Distribution)  décembre 2017

Vois-tu lecteur, l’Alsace, où je puise mes lointaines racines est essentiellement associée à la choucroute, au Ballon (pas de foot mais le massif montagneux) et toutes ces succulentes spécialités culinaires.

Et bien oublie tout ça, parce que c’est aussi le berceau de pléthore de bons groupes (je ne vais pas tous les énumérés ici, tu n’avais qu’à suivre) mais c’est aussi le berceau, oublié malheureusement, du blues. Tu ne me crois pas ? Tu as tort…

Aujourd’hui, je suis venu d’entretenir de l’album des Black Cat Crossin', le bien nommé Too many Things to light, un bon "vieil" album de blues rock.

L’album s’ouvre sur un morceau a capella et un univers clairement blues. S’ensuit une avalanche de décibels et "Rockafeller Shake" t’explose en bouche, comme un bon vin, tout doux puis il délivre tous ses aromes et ses subtilités. Ben là, c’est pareil avec des notes à la place du vin. Tu suis ma pensée tortueuse ? Je suis fan des claviers, de cette rythmique parfaitement maîtrisée, des guitares juste comme il faut. Rien de clinquant, non, c’est du old school. Parfois clairement blues, parfois plus rythm and blues…

Les 5 musiciens (oui, pas de machines, c’est du fait maison, entre amis, c’est vintage) se baladent depuis pas mal de temps sur les scènes de France et nous offrent 11 titres de blues-rock-folk, même si je déteste les étiquettes, il en faut bien une ou deux ou trois pour que tu vois de quoi je parle.

On passe à un blues rock nerveux, "The Sun (has Too many Things to light)", qui balance des hanches, te rappelle ces pin up fifties, avec les collants à couture, qui d’un regard te transportent sur un autre continent, à un blues digne d’un club enfumé, "May 1968", avec cette atmosphère que j’affectionne, des nappes de claviers, une voix élevée au bio, et les Français maîtrisent parfaitement leur sujet. Pas de fausses notes. Nous ne sommes pas dans une imitation, non, nous sommes dans le vrai.

Pourtant, il ne faudrait pas oublier les fondamentaux et on repart sur "Pape Mache Boy" et son piano nerveux, ses riffs et tu tapes du pied, que tu le veuilles ou non. Pour moi là c’est du rock, c’est… bon ! Voilà, c’est juste bon. Tu voyages dans ces univers musicaux si proches qu’ils en sont inséparables, blues, rock, folk.

Tu sens le travail de l’artisan, qui te façonne une mélodie et t’embarque dans son univers. Et tu continues le voyage, les titres s’enchaînent, redoutables d’efficacité et les filles ondulent des hanches, les mecs tapent du pied, on se tourne autour, sans louvoyer pour autant, on est là par amour de la musique et du sacro saint rock’n’roll et ce n’est pas "Little Red Book" qui me contredira, avec sa guitare tout en finesse. Cette guitare star au début de "Nothing Grows", accompagnant le chant et les claviers qui restent tellement bons.

Les Black Cat Crossin’, ce sont 5 vrais bons musiciens, qui jouent ensemble depuis 2013 et qui, avant de te proposer cette pépite, ont joué des standards. Ils voulaient décortiquer des vieilles pépites blues, les dépoussiérer et se les approprier. Très rapidement, ils ont évolué vers leurs propres compositions et ont sorti un EP. Puis, en 2016, ils ont posé leurs valises afin de composer cet album. Ils ont la volonté d’approfondir les arrangements avec précision et de proposer un album solide.

Je dis ils, mais qui sont-ils ? Black Cat Crossin’, c’est Stéphane au chant, Jérémy à la guitare et aux chœurs, Théo à la basse et aux chœurs, Alexis aux claviers et aux chœurs et Anthony à la batterie et aux chœurs également. Mais je m’égare, revenons en plutôt à cet album.

La touche folks, que revendique le groupe est pleinement assumée dès le début de "Jump for Joy". Ce titre tient de Dylan, mais un Dylan jeune, gaillard plein de fougue ! D’ailleurs, l’harmonica ne fait que confirmer cette impression. La voix me fait penser un peu à Johnny Cash. Attention hein, ce sont des sensations, des flashs, en aucun cas une vérité que je t’assène là.

De retour dans un monde de rythm and blues, "The Moan", guitare, claviers, rythmique et voix qui déchire tout. Mon titre préféré (oui sûrement que tu t’en fous, mais voilà, c’est moi le chroniqueur et toc !). Je l’adore parce qu’un coup la locomotive s’arrête, tu te remets de tes émotions et bim, ça repart, ça se recalme. De vraies montagnes russes musicales et une putain de voix.

Comme tu l’auras compris, cet album fait la part belle aux claviers et ça je ne vais pas m’en plaindre, surtout quand c’est traité de cette façon. S’ensuit deux bons titres blues "Out of Business" et "Sea Shell". Et un final, comment dire… surprenant. Je ne veux pas tout te révéler, mais écoute bien ce titre caché. Il serait dommage que tu passes à côté.

On pourrait craindre un excès dans un sens ou un autre pour "faire" authentique, mais tu sens dès les premières notes et jusqu’à la toute dernière, que ces musiciens n’ont pas besoin de faire, ils sont authentiques et sincères !

L’album est sorti le 8 décembre, le jour des illuminations et sans faire dans le grandiloquent ou le pseudo spirituel, j’espère que la lumière (et tu sais de quoi je parle) va les guider longtemps sur le chemin d’un succès et d’une reconnaissance bien mérités.

Au final, tu l’auras compris cet album est un incontournable pour tout fan de blues, rock et autre musique du diable qui se respecte. C’est vraiment une très belle découverte, ce pour quoi j’adore écouter de la musique, être dans ma zone de confort et être bousculé à la fois et j’espère vraiment que ces cinq gaillards vont nous assener leur musique très longtemps !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Black Cat Crossin'
Le Bandcamp de Black Cat Crossin'
Le Soundcloud de Black Cat Crossin'
Le Facebook de Black Cat Crossin'


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=