Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Adieu Ferdinand ! - Le Casino de Namur
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  décembre 2017

Conte écrit, mis en scène et joué par Philippe Caubère.

Voilà, avec "Le Casino de Namur", c'est la fin de Ferdinand Faure et de ses aventures contées par son alter ego Philippe Caubère...

On se doute qu'il sera difficile d'abandonner un mythe, de transformer en souvenir un ami si proche. Et comment sera cette fin annoncée par son créateur ? Une fin définitive ?

Ou une fausse fin laissant supposer soit clairement, soit en pointillé, qu'il y aura un "après", que cet "Adieu Ferdinand !" aura la couleur des "adieux perpétuels" à l'image de ceux de Maurice Chevalier ou de Charles Aznavour ?

On laissera les spectateurs découvrir comment Philippe Caubère a résolu les problèmes qu'il s'est créé en voulant mettre fin à son personnage.

Mais il faut prévenir que ce "Casino de Namur", horizon ultime qu'on n'atteint jamais, sera nécessairement un peu décevant après l'apothéose représentée par "Clémence" et son final consacré au "Camp de nudiste".

Déception forcément relative que l'auteur a su atténuer en ayant l'intelligence de ne pas enchaîner ce troisième volet (qu'il nomme, comme les autres, "conte") après les deux épisodes de "Clémence". Peut-être aussi que la Belgique n'était pas le terrain de jeu idéal pour le méridional Caubère.

Ici, on est dans le "Nord" que l'on a envie de prononcer comme le faisait son ami Michel Galabru dans "Bienvenue chez les ch'tis". En arrivant aux Pétieux, le domaine de la famille de son copain belge, des betteraviers belges, il est confronté à l'accent local, à l'outrance d'Outre-Quiévrain, qu'il maîtrise moins subtilement que les parlers marseillais.

Le ciel est bas, le texte répétitif, et le poulet à se partager quelque peu gros et gras. Et puis, la betterave est omni-présente. Quant au "Casino de Namur", il ne faudra pas s'attendre à en arpenter les tables de jeux...

Reste qu'un texte décevant de Philippe Caubère, ça vaut bien souvent mieux qu'un texte réussi d'un autre, car il en reste l'interprète, magistral. C'est donc sans hésiter qu'il faut venir assister à la fin des adieux de Ferdinand.

Surtout, que peu à peu, même si rien ne le laisse supposer, s'insinue dans le for intérieur de chaque spectateur, l'idée folle que Philippe Caubère ne pourra pas faire "mourir" Ferdinand dans la boue betteravière, qu'il a besoin d'un soleil radieux pour s'éteindre à jamais.

On n'est pas dans la tête de son créateur, mais on la connaît assez bien et l'on sait que si elle est dure et sinueuse, elle a une mémoire prodigieuse, un appétit d'ogre et qu'elle a mille histoires à conter encore et toujours. Du moins peut-on l'espérer...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 janvier 2018 : En attendant les beaux jours

Il pleut partout, il fait moche, il fait froid. Qu'à cela ne tienne, voici notre sélection de la semaine qui devrait pouvoir occuper vos jours gris et vos soirées au coin du feu avec moultes choses à écouter, à lire, et à voir. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Thanks for listening" de Chris Thile
"Moondog new sound" de Ensemble Minisym
"Mossy Ways" de Eric Le Lann
"MOR" de Marcel Kanche
"Mille excuses" de Misska
"Essais, volume 2" de Pierre de Bethmann Trio
"Songs of praise" de Shame
et toujours :
Aftermath" de Alex Stuart
"Kili kili" de Black Bones
"Jean Baptiste Lully : Alceste, ou le trimphe d'Alcide" de Christophe Rousset & les Talens Lyriques
Interview de Pierre autour d'une session live de 5 titres
"Girl's ashes" de Dirty Work of Soul Brothers
"Infernu" de Hifiklub
"Trio 30YearsFrom" de Théo Girard
"Destination overground : the story of Transglobal" de Transglobal Underground
"Classe moyenne" de Vincent Touchard

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Maladie de la Mort" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Schatten ( Eurydike sagt)" au Théâtre de la Colline
"Les Bacchantes" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Tertullien" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Le Menteur" au Théâtre de la Tempête
"Concertos de Passions" au Théâtre Les Déchargeurs
"Céline, derniers entretiens" au Théâtre Les Déchargeurs
"Après le tremblement de terre" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Paysages intérieurs" au Théâtre Le 13ème Art
"Les Fils prodigues" au Théâtre Le Maillon à Strasbourg
"J'arriverai par l'ascenseur de 22h43 (chronique d'un fan de Thiéfaine)" aux Docks à Lausanne
les reprises à ne pas rater:
"Trahisons" au Théâtre Le Lucernaire
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Constance - Gerbes d'amour" au Théâtre Apollo
"Mon meilleur copain" au Grand Point Virgule
et les chroniques des autres spectacles de janvier

Expositions :

dernière ligne droite pour "Irving Penn" au Grand Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"La Douleur" de Emmanuel Finkiel
et les chroniques des sorties de janvier

Lecture avec :

"Assad" de Régis Le Sommier
"Celui qui disait non" de Adeline Baldacchino
"Etienne de silhouette" de Thierry Maugenest
"Fausses promesses" de Linwood Barclay
"Le pouvoir" de Naomi Alderman
"Mille soleils" de Nicolas Delesalle
"Itinéraire d'un enfant maltraitée" de Liliane Zylbersztejn
et toujours :
"L'infinie comédie" de David Foster Wallace
"La femme qui ment" de Hervé Bel
"La friction du temps" de Martin Amis
"Les oiseaux morts de l'Amérique" de Christian Garcin
"Massacre des innocents" de Marc Biancarelli
"Un homme doit mourir" de Pascal Dessaint

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=