Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock 2005 (samedi)
The Organ - Colder - The Raveonettes - The Cure - !!!  (Fort de Saint Père (Saint Malo))  13 août 2005

Pour cette deuxième journée ensoleillée au Fort de Saint Père, tout en haut de l'affiche, le seul, l'unique, le mythique The cure pour sa seule date française.

Rien que cela valait la peine du déplacement de hordes de fans ultimes de l'hexagone comme d'outre-Manche.

Mais, il ne faut pas oublier le groupe qui monte, The Raveonettes et les nouveaux qui frappent à la porte.

The organ

Le premier concert est celui de The Organ, quintet féminin canadien, dont le premier album Grab that gun vient de sortir en France et dont c'est la première date en France.

Programmation évidente le jour du concert de The Cure qui figure parmi une des influences majeures de cet album cocktail particulièrement réussi de new wave et de post-punk qui est une vraie réussite.

Ce groupe de post riot grrl a choisi le son des 80's de The Cure et des Smiths pour nous asséner des fulgurances nostalgiques et désenchantées sans appel, des morceaux concis et efficaces que l'on retrouve fidèlement en concert même si les influences précitées semblent moins prégnantes en live.

Parmi les musiciennes très statiques, seule la chanteuse Katie Sketch , au physique androgyne qui n'est pas sans rappeler, en brune, Natacha de AS Dragon, et à la voix et la scansion singulière bouge sur scène.

Certains regretterons sans doute le côté non "spectaculaire" du concert et gloseront sur le fait que le concert ne soit "que" l'interprétation live de l'album. Il est patent que le format et le registre choisis par The Organ ne peuvent se prêter à des divagations d'interprétation.

D'autant que si du fait de son jeune âge, Katie Sketch n'est pas encore aussi charismatique que Morrissey, elle manifeste un potentiel et une présence dont il ne faut pas faire abstraction.

Il n'en demeure pas moins un très bon concert et des morceaux comme notamment "Love, love", "Brother" ou "Memorize th city" ont su, de plus, capter l'attention du public.

Il est donc impératif de revoir ce groupe en live peut être dans un cadre plus intimiste.

>>>La conférence de presse de The Organ

Colder

Projet du français Marc Nguyen Tan, Colder œuvre dans la cold-wave et l'électro dub allemand sur lesquelles il pose sa voix atone et sa silhouette impassible.

Si l'on passe le premier cap de l'apesanteur un peu réfrigéré qu'il nous impose, on peut découvrir des compositions originales qui alternent entre minimalisme et préciosité.

Cela ajouté au format des morceaux militent en faveur de concerts dans des endroits plus intimistes même si le concert s'achève avec des morceaux plus noisy qui interpellent davantage le public.

Une bonne raison de se montrer curieux et découvrir son 2 ème album Heat.

>>>La conférence de presse de Colder

The Raveonnettes

Les danois Sune Rose Wagner, guitare-chant, et Sharin Foo, basse-chant, ont créé The Raveonettes, un groupe de rock garage qui suit un dogme en 3 points : 3 minutes par titre, 3 accords, si mineur. Devenu quintet, le groupe est venu présenter ce soir au complet leur dernier album en date, dont la sortie en France se fait attendre (fin septembre à priori), Pretty in black.

Le groupe a bien changé depuis leur premier album Whip it on. Les titres courts et incisifs à la Jesus and Mary Chain, noisy à souhaits et reluquant vers le rock'n'roll des 60's à fait place à des titres plus ouverts même si les années 60 ne les ont pas lachés.

 

Ce soir le concert sera un mélange de ces nouveaux titres, dont certains enregistrés avec des pointures des années 60 telles que Moe Tucker du Velvet Underground ou encore Ronnie Spector elle-même.

 

Mélange de chansons rock sucrées et de sons plus noisy, les Raveonettes, comme pas mal de groupes lors de ce festival nous offre un show en forme de best of (déjà malgré qu'ils n'aient que 3 albums à leur actif), avec suffisamment d'anciens titres pour que le public sache se repérer et quelques nouveaux afin de lui donner l'eau à la bouche.

La présence de 3 vrais musiciens en plus des deux leaders du groupe permet à la musique des Raveonettes de s'ouvrir, de s'épanouir, les bandes préenregistrées étant reléguées au placard.

Un concert forcément trop court, mais les Raveonettes seront les bienvenus pour présenter en tournée leur Pretty In Black qui s'annonce comme un classique du genre.

The Cure

Ne réveillons pas les morts !

Le public est venu nombreux, et pas seulement composé de clones gothico-new fétish pas chic qui ont arboré leurs plus jolis haillons et équipements capillaires, pour l'unique pélerinage en France du millésime 2005 de The Cure.

Si Robert Smith fait ses balances en Tshirt noir et bermuda, il revêt ses plus beaux atours pour se présenter devant les fidèles, tout de noir vêtu, petit nœud bleu, imposant, visage livide, masque mortuaire.

Bob devenu sa propre caricature, preuve d'un grand sens de l'autodérision, devant des musiciens qui en font des tonnes : un guitariste au pull dont les manches imitent des tatouages,un bassiste qui esquisse des pas de danse stéréotypés avec ses croquenots goth ou enfourchant son instrument dans une pose qu'il veut suggestive.

Le concert dure près de 2 heures. Il paraît long, interminable, comme une litanie qu'on récite par coeur sans même se soucier du fond. Une grande messe avec ce que cela comporte de convenu.

Curieusement, ce ne sera qu'au second rappel, quand il jouera ses tubes incontournables, "10:15 saturday night" et bien sûr "Boy's don't cry", 2 titres qui ont plus d'un quart de siècle c'est tout dire sans lesquels The Cure en serait pas The Cure, une fois le maquillage fondu épongé, qu'il retrouvera son vrai visage humain, un peu bouffi mais humain, et qu'il sourira.

>>> La conférence de presse de Robert Smith au Festival International de Benicassim 2005

! ! !

La soirée va s'achever avec des points d'exclamation qui vont faire chavirer le Fort de Saint Père.

Voir et écrire sur ! ! !, groupe américain au nom imprononçable, est un véritable régal et le point d'exclamation qu'il a pris pour emblème est particulièrement judicieux même s'il leur a été inspiré par la traduction des claquements de langue des bushmen dans le film "Les dieux sont tombés sur la tête" de Jamie Uys.

Né du croisement improbable de 2 groupes pratiquant le disco (The Black Liquorice) et le punk (Popesmashers), les 7 musiciens de ! ! ! pratiquent un rock punk percussif particulièrement sophistiqué qui casse la baraque !

Sur scène, leur set relève autant du délire que de l'hystérie, de la compulsion que de la démence, du dance floor que de l'expérimentation, un peu dans la même veine que les Go Team passés récemment au Printemps de Bourges mais en vitesse surmultipliée.

Et là où ils sont particulièrement forts, c'est que sous couvert de ce qui pourrait apparaître de prime abord, et surtout d'une oreille distraite, une épouvantable cacophonie de potaches, ! ! ! fait dans la performance scénique et dans le brio technique.

Et le chanteur, Nick Offer, en mocassin, Tshirt et short, est à la démesure de l'ensemble. Il ne reste pas une seconde en place, saute, chante, danse, crie, marche, va slamer dans le public, monte sur les pylones, ahane, harangue, hurle, apostrophe pendant que les montées en puissance des beats

Spécale dédidace au batteur, au look Grandaddy, qui se révèle aussi bon showman et chanteur, se rapprochant de Beck période Midnight Vulture.

Sorte de machine sonique à exploser les tympans et arracher les cordes vocales, ! ! ! impose ses déflagrations soniques qui tireraient de la léthargie même Robert Smith en plein concert de The Cure.

La rythmique semblent tenues par les cordes alors que les percussions s'autorisent toutes les fantaisies sans aucune limite, les musiciens échangeant leur poste, les uns finissant un morceau commencé par un autre. Deux yeux ne suffisent pas à tout voir car en plus tout va très très vite !

A 3 heures du matin, le groupe réussit à transformer le fort de Saint Père en véritable dance floor sur laquelle même les bénévoles de la croix blanche se sont laissés entraîner.

C'est totalement jouissif et roboratif. Pas la peine de prendre de l'ectasy ou de s'énerver sur son cubi de gros rouge. Vous reprendrez bien un peu de ! ! ! ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Grab that gun de The Organ
La chronique de l'album The Organ King de F.M.
The Organ en concert à L'Antipode (5 novembre 2005)
The Organ en concert au Festival Les femmes s'en mêlent 2006
The Organ en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
La conférence de presse de The Organ (13 août 2005)
Colder en concert au Festival International de Benicassim 2006 (vendredi)
La conférence de presse de Colder (13 août 2005)
La chronique de l'album Whip it on de the Raveonettes
La chronique de l'album Pretty in black de The Raveonettes
La chronique de l'album Raven In The Grave de The Raveonettes
Raveonettes en concert au Festival International de Benicassim 2005 (samedi)
Raveonettes en concert à La Maroquinerie (20 septembre 2007)
Raveonettes en concert au Festival La Route du Rock 2008 Collection Hiver
Raveonettes en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
L'interview de The Raveonettes (13 août 2005)
La chronique de l'album Trilogy DVD de The Cure
The Cure en concert au Festival International de Benicassim 2005 (vendredi)
The Cure en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - samedi
The Cure en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - vendredi
La conférence de presse de The Cure (3 août 2005)
La chronique de l'album Strange Weather, Isn't It ? de !!!
La chronique de l'album Thr!!!er de !!!
!!! en concert au Festival de Dour 2004 (jeudi)
!!! en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2005
!!! en concert au Festival Crazy Week !!! #4 (édition 2013) - vendredi
!!! en concert au Festival La Route du Rock #23 (jeudi 15 août 2013)
!!! en concert au Festival Crazy Week !!! #5 (édition 2014) - jeudi

Crédits photos : Fred (Plus de photos sur Taste of Indie )


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=