Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Krystian Zimerman
Schubert : Piano Sonatas D 959 & D 960  (Deutsche Grammophon)  septembre 2017

Attention chef d’œuvre !

Si l’on voulait pousser un peu loin le bouchon, nous pourrions dire que Krystian Zimerman est l’archétype même du musicien génial, de l’immense virtuose perdu dans sa bulle. Pianiste aux personnalités multiples, Zimerman est tout à la fois appliqué et totalement imprédictible, dans le plus pur respect du texte et dans une exploitation totale de l’imaginaire, absolument libre et méticuleux jusqu’à l’obsession. Il monte ses propres claviers sur des piano normaux, les marteaux frappant les cordes à des endroits différents par rapport aux pianos modernes donnant ici un son différent, une vélocité différente. Cela peut vous paraître dingue ou être totalement fantaisiste, c’est juste absolument génial.

Perfectionniste, le pianiste refuse de sortir un disque s’il ne touche à la perfection, il est donc rare, c’est son premier disque en solo depuis près de deux décennies. Et ce disque est presque irréel pour tendre tellement vers cette perfection. Et pour plusieurs raisons : comme dit précédemment par l’instrument. Zimerman a assemblé un clavier de sa propre confection, assez proche de ceux qu’aurait pu connaître Schubert, sur un mécanisme traditionnel, ce qui donne un son incomparable, d’une clarté, d’une générosité, d’une précision ahurissante offrant la possibilité au musicien d’ouvrir encore plus son éventail de couleurs et de paramètres sonores.

La qualité de l’enregistrement ensuite, réalisé en studio, au Japon à Kashiwasaki, dans une salle reconstruite après le terrible tremblement de terre de 2007. La restitution acoustique de la prise de son (Rainer Maillard est derrière les commandes) est parfaite jusque dans les moindres détails donnant une lumière, une rondeur, une douceur au son.

Et puis il y a naturellement le jeu de Zimerman. Ce jeu, ce phrasé qui donne à chaque note, chaque ligne mélodique son évidence. On tangue, on chavire, on trépigne à l’écoute de ces sonates qui sont d’une incroyable intensité émotionnelle. L’interprétation est tout bonnement exceptionnelle et dépasse des versions que nous chérissions pourtant (Brendel, Leif Ove Andsnes, Pollini ou Kovacevich). Zimmerman nous fait presque découvrir de nouvelles partitions ouvrant les champs mélodiques, harmoniques et rythmiques.

Schubert fut un grand précurseur, qui ne sera compris que bien après sa mort (Liszt permit de le redécouvrir), et l’un des plus grands mélodistes de l'histoire de la musique. Preuve en est dans ces deux sonates où il se risque dans une modernité harmonique et polyphonique comme dans l’andantino de la sonate D959 que Brahms qualifia de "berceuse de la douleur" à la mélodie magnifiquement mélancolique où se déchaine une véritable tempête. Zimmerman nous fait sentir avec une rare sophistication tout le poids des émotions de cette sombre sonate. Plus lumineuse, comme une marche vers l’au-delà, la D960 montre un monde intérieur inquiet, complexe aux dynamiques subtilement calculées et aux silences habités. Le pianiste en joue avec délectation ! Le cœur, l’âme vibre plus fort avec cette musique. Merci à Krystian Zimerman de nous rendre la vie plus belle...

 

En savoir plus :
Le Facebook de Krystian Zimerman


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=