Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Krystian Zimerman
Schubert : Piano Sonatas D 959 & D 960  (Deutsche Grammophon)  septembre 2017

Attention chef d’œuvre !

Si l’on voulait pousser un peu loin le bouchon, nous pourrions dire que Krystian Zimerman est l’archétype même du musicien génial, de l’immense virtuose perdu dans sa bulle. Pianiste aux personnalités multiples, Zimerman est tout à la fois appliqué et totalement imprédictible, dans le plus pur respect du texte et dans une exploitation totale de l’imaginaire, absolument libre et méticuleux jusqu’à l’obsession. Il monte ses propres claviers sur des piano normaux, les marteaux frappant les cordes à des endroits différents par rapport aux pianos modernes donnant ici un son différent, une vélocité différente. Cela peut vous paraître dingue ou être totalement fantaisiste, c’est juste absolument génial.

Perfectionniste, le pianiste refuse de sortir un disque s’il ne touche à la perfection, il est donc rare, c’est son premier disque en solo depuis près de deux décennies. Et ce disque est presque irréel pour tendre tellement vers cette perfection. Et pour plusieurs raisons : comme dit précédemment par l’instrument. Zimerman a assemblé un clavier de sa propre confection, assez proche de ceux qu’aurait pu connaître Schubert, sur un mécanisme traditionnel, ce qui donne un son incomparable, d’une clarté, d’une générosité, d’une précision ahurissante offrant la possibilité au musicien d’ouvrir encore plus son éventail de couleurs et de paramètres sonores.

La qualité de l’enregistrement ensuite, réalisé en studio, au Japon à Kashiwasaki, dans une salle reconstruite après le terrible tremblement de terre de 2007. La restitution acoustique de la prise de son (Rainer Maillard est derrière les commandes) est parfaite jusque dans les moindres détails donnant une lumière, une rondeur, une douceur au son.

Et puis il y a naturellement le jeu de Zimerman. Ce jeu, ce phrasé qui donne à chaque note, chaque ligne mélodique son évidence. On tangue, on chavire, on trépigne à l’écoute de ces sonates qui sont d’une incroyable intensité émotionnelle. L’interprétation est tout bonnement exceptionnelle et dépasse des versions que nous chérissions pourtant (Brendel, Leif Ove Andsnes, Pollini ou Kovacevich). Zimmerman nous fait presque découvrir de nouvelles partitions ouvrant les champs mélodiques, harmoniques et rythmiques.

Schubert fut un grand précurseur, qui ne sera compris que bien après sa mort (Liszt permit de le redécouvrir), et l’un des plus grands mélodistes de l'histoire de la musique. Preuve en est dans ces deux sonates où il se risque dans une modernité harmonique et polyphonique comme dans l’andantino de la sonate D959 que Brahms qualifia de "berceuse de la douleur" à la mélodie magnifiquement mélancolique où se déchaine une véritable tempête. Zimmerman nous fait sentir avec une rare sophistication tout le poids des émotions de cette sombre sonate. Plus lumineuse, comme une marche vers l’au-delà, la D960 montre un monde intérieur inquiet, complexe aux dynamiques subtilement calculées et aux silences habités. Le pianiste en joue avec délectation ! Le cœur, l’âme vibre plus fort avec cette musique. Merci à Krystian Zimerman de nous rendre la vie plus belle...

 

En savoir plus :
Le Facebook de Krystian Zimerman


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 janvier 2018 : En attendant les beaux jours

Il pleut partout, il fait moche, il fait froid. Qu'à cela ne tienne, voici notre sélection de la semaine qui devrait pouvoir occuper vos jours gris et vos soirées au coin du feu avec moultes choses à écouter, à lire, et à voir. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Thanks for listening" de Chris Thile
"Moondog new sound" de Ensemble Minisym
"Mossy Ways" de Eric Le Lann
"MOR" de Marcel Kanche
"Mille excuses" de Misska
"Essais, volume 2" de Pierre de Bethmann Trio
"Songs of praise" de Shame
et toujours :
Aftermath" de Alex Stuart
"Kili kili" de Black Bones
"Jean Baptiste Lully : Alceste, ou le trimphe d'Alcide" de Christophe Rousset & les Talens Lyriques
Interview de Pierre autour d'une session live de 5 titres
"Girl's ashes" de Dirty Work of Soul Brothers
"Infernu" de Hifiklub
"Trio 30YearsFrom" de Théo Girard
"Destination overground : the story of Transglobal" de Transglobal Underground
"Classe moyenne" de Vincent Touchard

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Maladie de la Mort" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Schatten ( Eurydike sagt)" au Théâtre de la Colline
"Les Bacchantes" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Tertullien" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Concertos de Passions" au Théâtre Les Déchargeurs
"Céline, derniers entretiens" au Théâtre Les Déchargeurs
"Après le tremblement de terre" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Paysages intérieurs" au Théâtre Le 13ème Art
"Les Fils prodigues" au Théâtre Le Maillon à Strasbourg
"J'arriverai par l'ascenseur de 22h43 (chronique d'un fan de Thiéfaine)" aux Docks à Lausanne
les reprises à ne pas rater:
"Trahisons" au Théâtre Le Lucernaire
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Constance - Gerbes d'amour" au Théâtre Apollo
"Mon meilleur copain" au Grand Point Virgule
et les chroniques des autres spectacles de janvier

Expositions :

dernière ligne droite pour "Irving Penn" au Grand Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"La Douleur" de Emmanuel Finkiel
et les chroniques des sorties de janvier

Lecture avec :

"Assad" de Régis Le Sommier
"Celui qui disait non" de Adeline Baldacchino
"Etienne de silhouette" de Thierry Maugenest
"Fausses promesses" de Linwood Barclay
"Le pouvoir" de Naomi Alderman
"Mille soleils" de Nicolas Delesalle
et toujours :
"L'infinie comédie" de David Foster Wallace
"La femme qui ment" de Hervé Bel
"La friction du temps" de Martin Amis
"Les oiseaux morts de l'Amérique" de Christian Garcin
"Massacre des innocents" de Marc Biancarelli
"Un homme doit mourir" de Pascal Dessaint

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=