Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Lion est mort de soir
Nobuhiro Suwa  janvier 2018

Réalisé par Nobuhiro Suwa. France. Comédie dramatique. 1h43 (Sortie le3 janvier 2018). Avec Jean-Pierre Léaud, Pauline Etienne, Maud Wyler, Arthur Harari, Isabelle Weingarten, Noë Sampy, Louis-Do de Lencquesaing et Jean-Louis Berard.

La dernière fois qu'on a vu Jean-Pierre Léaud sur un écran, il était au Château de Versailles en train d'expirer en Louis XIV.

Dans "Le Lion est mort ce soir" de Nobuhiro Suwa, on le retrouve dans un autre château, celui qui pourrait être celui de la "Belle au bois dormant", et toujours avec l'idée de la mort en lui.

En toute logique, les tournages de "La Mort de Louis XIV" d'Albert Serra et du film français du réalisateur japonais auraient dû être inversés puisque, ici, son problème de vieux comédien mythique est justement d'arriver à trouver comment bien jouer la mort... alors qu'il la jouait parfaitement dans les ors de Versailles...

On connaît Nobuhiro Suwa grâce à un très beau film intimiste, "M/Other" et de temps en temps, il donne des nouvelles qui, à chaque fois, prouve sa proximité avec le cinéma français, et surtout son tropisme pour le cinéma des réalisateurs qui aiment faire l'école buissonnière. Cela va de Jean Rouch à Thomas Bardinet, dont on sent, dans "Le lion est mort, ce soir", l'influence à la fois sur le sujet et sur la manière d'envisager le cinéma avec les enfants.

Au passage, on conseillera à ceux qui aimeront le film de Nomuhiro Suwa d'aller découvrir par les voies du net le travail de l'ABC ("Association de Bricolage Cinématographique") qu'anime Thomas Bardinet avec les collégiens de Floirac, une banlieue de Bordeaux, et qui aboutissent tous les ans à des courts ou moyens métrages, qu'il a d'ailleurs récemment regroupés dans un très joli programme intitulé "Trois histoires d'ombres".

Dans "Le Lion est mort, ce soir" de Nobuhiro Suwa, il sera aussi question d'enfants qui tournent un film et qui croisent des ombres fantomatiques. Mais à leur côté il y aura un vieil enfant éternellement espiègle, toujours prêt pour les quatre cents coups, même s'ils sont désormais plus virtuels que réels.

C'est avec un grand bonheur que l'on voit Jean-Pierre Léaud tel qu'en lui-même (Antoine Doisnel un jour, Antoine Doisnel toujours). Bien sûr, comme depuis le début de sa carrière, on ne peut pas dire qu'il soit un modèle de justesse. Jouer faux est son grand art, que Truffaut lui a appris pour qu'il fasse des merveilles chez Godard ou chez Eustache.

Au fond, c'est tant mieux et ça rend ici la fable crédible, d'autant qu'en non-francophone, Suwa laisse les enfants un peu livrés à eux-mêmes, c'est-à-dire au cabotinage des non-professonnels.

Grâce au jeu poétique et lunaire de Léaud, ils sont donc dans le bon ton, celui des films qui n'empruntent pas la route commune, mais le bardinien chemin des écoliers. En plus de Léaud, il y a son équivalent féminin : l'incongrue Pauline Étienne, que l'on est toujours surpris de voir de film en film poursuivre une improbable belle carrière.

Film d'été, "Le Lion est mort ce soir" de Nobuhiro Suwa sort à la saison froide et morose. Sa fraîcheur et ses beaux sentiments réchaufferont les cœurs de ceux qui viendront s'y frotter à contre-saison et pour qui, on n'en doutera pas, ce sera le premier coup de cœur 2018.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=