Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mouss et Hakim
Interview  (Festival Les Nuits Secrètes)  13 août 2005

Mouss et Hakim, Hakim et Mouss ou le contraire, ou l'inverse…

Les deux frangins Amokrane, trublions de Zebda, sous la chaleureuse pluie nordiste d'Aulnoye-Aymeries, ont répondu aux questions de Froggy's Delight, faisant le point sur Zebda, leurs collaborations pour l'album, et leur plaisir de chanter et d'être sur scène, sans compter…

Un groupe réellement sympathique, et festif.

Mouss et Hakim, en chœur comme le morceau sur votre album. Après le break de Zebda, c'était évident de faire un projet ensemble ?

Mouss : Oui c'était évident, parce qu'on a du plaisir a faire les choses ensemble, on est des frères de bonne compagnie, on s'entend bien ! Dès qu'on a commencé à faire Zebda, on s'est dit qu'on était fait pour faire des choses ensemble.

Vous auriez pu imaginer faire des choses ensemble mais autre que de la musique ?

Hakim : Complètement. On aurait tout à fait pu démarrer sur des trucs différents, faire du théâtre…

Mouss : Quand on a décidé avec Zebda de faire une pause, on aurait pas pu par contre faire chacun de nous un disque solo. On s'est regardé et on s'est dit, à nous de jouer.

Le fait de vous séparer à deux, cela vous a-t-il permis de faire des choses que vous ne pouviez pas faire dans Zebda ?

Hakim : Bien sûr. On avait envie d'aller plus loin dans notre tendance à l'énergie. Zebda c'était un groupe d'autorégulation, avec différents noyaux. Nous avons toujours été la partie plus énergie, et là même sans le vouloir on a fait quelque chose de plus rock. On a aussi été la tendance hip hop du groupe, qu'on a pu approfondir seuls.

Mouss : De part notre parcours musical, on a travaillé contre les clichés. On sort d'une culture musicale très quartier/banlieue, Reggae avec Marley, musique noire américaine... Là on s'est ouvert avec les musiques électroniques. On est touche à tout. En studio, on va voire sur l'ordi, on participe…

Hakim : on a pu aller chercher des musiciens en fonction de leur son, comme Sébastien Martel, Mathieu Chedid (M), ou des toulousains moins connus comme Serges Lopez.

Zebda c'était et c'est aussi un groupe de scène… Plus de mille. C'est aussi ce que vous voulez dans ce duo ?

Mouss : Quand on a commencé l'aventure avec Mouss et Rémi (Sanchez, le producteur, qui officiait déjà avec Zebda), on a de suite pensé au live. Faire du studio et ne pas faire de la scène… Nous on ne l'imagine même pas.

Quel retour vous avez eu des premières scènes ?

Hakim : C'est d'abord une nouvelle équipe qu'il a fallut monter. La première sensation, après le travail, c'était génial. C'est revigorant. On est bien, on a quelque chose à partager. On aime aussi cette idée d'être populaire, jouer dans un club ou sur une place de village, à 17h.

Au niveau des textes, on ressent un vraie recherche, type chanson française…

Mouss : On a eu la chance de rencontrer Marc Estève qui a signé pas mal de texte, la rencontre aussi avec Claude Nougaro ( Bottes de banlieue ) avant son décès…

Hakim : On peut se permettre d'avoir une tendance type chanson française parce qu'on a des auteurs de qualité. On ne sent pas encore de le faire nous même, mais on ne peut pas, alors on préfère déléguer pour avoir des beaux textes, humoristiques, bien tournés. On s'improvise pas auteur !

Le concert de ce soir… Sur une place publique, vous le voyez comment ?

Hakim : Le fait de jouer sur une place publique, ça nous plait vraiment, le fait de jouer devant un public qui est de passage et qu'il faut capter.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Mouss et Hakim en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)
Mouss et Hakim en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2005

Crédits photos : Xavier


Xavier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=