Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mouss et Hakim
Interview  (Festival Les Nuits Secrètes)  13 août 2005

Mouss et Hakim, Hakim et Mouss ou le contraire, ou l'inverse…

Les deux frangins Amokrane, trublions de Zebda, sous la chaleureuse pluie nordiste d'Aulnoye-Aymeries, ont répondu aux questions de Froggy's Delight, faisant le point sur Zebda, leurs collaborations pour l'album, et leur plaisir de chanter et d'être sur scène, sans compter…

Un groupe réellement sympathique, et festif.

Mouss et Hakim, en chœur comme le morceau sur votre album. Après le break de Zebda, c'était évident de faire un projet ensemble ?

Mouss : Oui c'était évident, parce qu'on a du plaisir a faire les choses ensemble, on est des frères de bonne compagnie, on s'entend bien ! Dès qu'on a commencé à faire Zebda, on s'est dit qu'on était fait pour faire des choses ensemble.

Vous auriez pu imaginer faire des choses ensemble mais autre que de la musique ?

Hakim : Complètement. On aurait tout à fait pu démarrer sur des trucs différents, faire du théâtre…

Mouss : Quand on a décidé avec Zebda de faire une pause, on aurait pas pu par contre faire chacun de nous un disque solo. On s'est regardé et on s'est dit, à nous de jouer.

Le fait de vous séparer à deux, cela vous a-t-il permis de faire des choses que vous ne pouviez pas faire dans Zebda ?

Hakim : Bien sûr. On avait envie d'aller plus loin dans notre tendance à l'énergie. Zebda c'était un groupe d'autorégulation, avec différents noyaux. Nous avons toujours été la partie plus énergie, et là même sans le vouloir on a fait quelque chose de plus rock. On a aussi été la tendance hip hop du groupe, qu'on a pu approfondir seuls.

Mouss : De part notre parcours musical, on a travaillé contre les clichés. On sort d'une culture musicale très quartier/banlieue, Reggae avec Marley, musique noire américaine... Là on s'est ouvert avec les musiques électroniques. On est touche à tout. En studio, on va voire sur l'ordi, on participe…

Hakim : on a pu aller chercher des musiciens en fonction de leur son, comme Sébastien Martel, Mathieu Chedid (M), ou des toulousains moins connus comme Serges Lopez.

Zebda c'était et c'est aussi un groupe de scène… Plus de mille. C'est aussi ce que vous voulez dans ce duo ?

Mouss : Quand on a commencé l'aventure avec Mouss et Rémi (Sanchez, le producteur, qui officiait déjà avec Zebda), on a de suite pensé au live. Faire du studio et ne pas faire de la scène… Nous on ne l'imagine même pas.

Quel retour vous avez eu des premières scènes ?

Hakim : C'est d'abord une nouvelle équipe qu'il a fallut monter. La première sensation, après le travail, c'était génial. C'est revigorant. On est bien, on a quelque chose à partager. On aime aussi cette idée d'être populaire, jouer dans un club ou sur une place de village, à 17h.

Au niveau des textes, on ressent un vraie recherche, type chanson française…

Mouss : On a eu la chance de rencontrer Marc Estève qui a signé pas mal de texte, la rencontre aussi avec Claude Nougaro ( Bottes de banlieue ) avant son décès…

Hakim : On peut se permettre d'avoir une tendance type chanson française parce qu'on a des auteurs de qualité. On ne sent pas encore de le faire nous même, mais on ne peut pas, alors on préfère déléguer pour avoir des beaux textes, humoristiques, bien tournés. On s'improvise pas auteur !

Le concert de ce soir… Sur une place publique, vous le voyez comment ?

Hakim : Le fait de jouer sur une place publique, ça nous plait vraiment, le fait de jouer devant un public qui est de passage et qu'il faut capter.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Mouss et Hakim en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)
Mouss et Hakim en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2005

Crédits photos : Xavier


Xavier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=