Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tharlo
Pema Tseden  janvier 2018

Réalisé par Pema Tseden. Cine. Drame. 2h03 (Sortie le 3 janvier 2018). Avec Shidé Nyima et Yangshik Tso.

Si "Tharlo" de Pema Tseden est un des premiers films tournés en tibétain, son réalisateur est sans doute l'un des premiers cinéastes tibétains à faire œuvre.

Cette fable, tirée de l'une de ses nouvelles publiées dans le recueil "Neige" disponible aux éditions Philippe Picquier, est en effet son quatrième long métrage.

Repéré par ce grand découvreur de talents asiatiques qu'était Pierre Rissient, Pema Tseden a fait ses études à l'Académie du film de Pékin. Ainsi, ouvert sur deux cultures majeures, l'une minoritaire mais tout aussi porteuse que l'autre d'une universalité inconstestable, il peut, avec une grande aisance dénuée de toute naïveté, faire naître au cinéma une Nation sans avoir nul besoin de foules ni de slogans polémiques.

Sur sa drôle de monture, un vélomoteur haut en couleur et hors du temps, un berger souriant suffit. Avec comme aventures, la quête d'une carte d'identité, et la perte de la sienne en l'acquérant. "Tharlo" de Pema Tseden, c'est précisément l'histoire d'un homme qu'on surnomme "Tharlo", ce qui signifie "celui qui est libéré", et qui ne sera plus au final que "Ralo", "petite natte"...

Et cela au cours d'un récit qu'aurait pu écrire Giono pour Pagnol, et où il sera question d'un policier chinois, d'une coiffeuse tentatrice et de quelques pétards pour chasser les loups...

"Tharlo" bénéficie d'un noir et blanc d'une grande beauté. Tout aussi magnifique pour montrer les montagnes tibétaines et les chemins qui y mènent, que pour éclairer la petite ville à la modernité toute relative qui sera une "Babylone" minimaliste pour cet homme venu tout droit de l'ère pastorale sur sa pétrolette millénaire.

Ce qui frappe aussi dans le film de Pema Tseden, c'est que son canevas n'est pas artificiellement épuré et, qu'au contraire, avec peu d'éléments, il se construit ici une fiction riche, pas du doute documentaire.

Car les trois personnages ne sont pas des prétextes à un contraste virant au poncif entre ville et campagne, entre Tibet profond et Chine moderne. Le berger n'est pas qu'un stéréotype de paysan inculte et il n'est pas forcément décrit de manière réaliste.

Toute la première partie du film, où il converse avec le policier, définit très bien sa personne et rien n'indique, dans cet être pétri de bon sens, qu'il puisse par la suite se transformer en un personnage crédule vivant une mésaventure banale.

On est donc dans un cinéma beaucoup complexe qu'attendu et l'on sent que Pema Tseden est nourri du meilleur cinéma chinois contemporain et qu'il a dû méditer sur certains films iraniens, à commencer bien sûr par ceux d'Abbas Kiarostami.

Aller voir "Tharlo" de Pema Tseden n'est pas qu'aller voir le premier film tibétain exploité en salles, c'est découvrir un cinéaste qui transcende ses origines et dont le cinéma a d'autres ambitions que de les exploiter pour s'exprimer derrière une caméra.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 juillet 2018 : Rythme Estival

Nous serons là tout l'été, avec des éditions plus légères, à consommer sans modération. Voici le programme de la semaine :

Du côté de la musique :

"All wet EP" de Bosco Rogers
"Tell me how your really feel" de Courtney Barnett
"Fons Luminis : Codex Las Huelgas" de Ensemble Gilles Binchois / Dominique Vellard
"Elle fend l'eau" de Jane is Beautiful
"Away EP" de Melissa Bon
"L'esprova" de Sourdure
"V pour Vaise" de Vassilis Varvaresos
Dimanche au Eurockéennes de Belfort avec Alice in Chains, The Liminanas, Eddy de Pretto...
"Cover me session" de Hugo
et toujours :
Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails... toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle

Au théâtre :

les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

et la dernière ligne droite pour :
"Kupka - Pionnier de l'abstraction" au Grand Palais
"Chris Marker - Les 7 vies d'un cinéaste" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"The Charmer" de Milad Alami
"Bajirao Mastani" de Sanjay Leela Bhansali
"Tulip Fever" de Justin Chadwick en VOD
"Break" de Marc Fouchard
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Carbone #1 hiver 2018, revue trimestrielle" aux éditions Fauns
"Chroniques de San Francisco : tome 3" de Armistead Maupin
"La soie et le fusil" de Gioacchimo Criaco
"Les valises" de Juan Carlos Mendez Guedez
et toujours :
"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=