Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La peau d'Elisa
Manufacture des Abbesses  (Paris)  janvier 2018

Comédie dramatique de Carole Fréchette, mise en scène de Félicie Artaud, Gilbert Desvaux et Dag Jeanneret, avec Mama Prassinos et Julien Lecannellier.

La Québécoise Carole Fréchette a écrit "La Peau d’Elisa" il y a une vingtaine d’années. En s’appropriant à son tour ce texte, Mama Prassinos prouve d’emblée qu’il n’a pas vieilli et, qu’au contraire, il appartient désormais au cercle très fermé des monologues intemporels.

Assise sur un banc, c’est une femme mal assurée, timide, complexée, qui lance un appel vibrant à l’amour, à l’amitié, à tout ce qui peut vaincre le fort sentiment de solitude qui l’enveloppe, qui la dévore, qui la mange littéralement.

Ni jeune ni vieille, elle a l’angoisse énigmatique, une angoisse qu’elle sait retranscrire sans la diffuser dans un public très vite empathique. Fort en moments émouvants, ne connaissant aucun temps faible, pratiquant souvent les ruptures de ton, "La Peau d’Elisa" pourrait donner à son interprète la tentation et l’occasion de cabotiner, de fournir à bon compte un sacré "numéro d’actrice".

Avec son petit côté "Zouc", Mama Prassinos s’y refuse. Au contraire, elle sait mettre une distance entre son rôle et elle-même. Elle ne manipule jamais le public alors que la pièce pourrait le lui permettre puisqu’elle contient la possibilité d’interpeller les spectateurs, de leur poser des questions. Mama Prassinos sait les esquiver presque en s’excusant.

Même si Carole Fréchette pénètre au plus profond de son âme, on ne ressent aucun gêne à partager cette confession d’une femme solitaire, car on sent, paradoxalement, qu’elle n’est pas coutumière d’une telle exposition, qu’elle est devant un miroir qui va lui renvoyer une solution grâce à la capacité qu’elle a eu enfin d’oser s’exposer.

Il faut dire qu’un jeune homme (Julien Lecannellier) partage quelque temps son banc, laissant à penser que sa situation n’est pas définitive. D’autant que Mama Prassinos s’est entourée de "regards" amis, ceux de Félicie Artaud, Gilbert Desveaux et Dag Jeanneret, pour faire de ce beau texte autre chose qu’une plainte.

Car, au bout du compte, on a la conviction qu’il ne faudrait pas grand-chose pour que ce mal de vivre s’estompe. Un bruit nourri d’applaudissements, peut-être.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=