Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Black Rebel Motorcycle Club
Interview  (Paris)  juillet 2005

Les années Virgin déjà loin derrière, et enfin signés sur un nouveau label indé, Black Rebel Motorcycle Club retrouve le souffle après 3 ans sur la corde raide. Howl, troisième album du groupe au nom à rallonge, tout juste sorti, nous retrouvons Peter Hayes (guitare, chant) pour une interview au pied de la butte Montmartre.

Troisième méfait des hommes en noir, Howl vire à gauche direction le delta blues et la route 66. Moins affables et réservés que le laisserait supposer leur réputation, les Men in black tiennent la route. Mieux, le réservoir des Motorcycle club semble plein pour les 10 prochaines années. Vu le prix et la mauvaise qualité du carburant, plutôt une super nouvelle…

On parle beaucoup de rupture musicale par rapport aux 2 précédents albums noisy, punk, psychédélique, et vous voila tombés dans les crossroads du blues ancien. Donc, what happened to your rock n roll ?

Peter Hayes : C'est un retour au Blues et à la Country, beaucoup de chansons qui datent du premier album. Toutes commencées sur un coin de table, et le jour ou nous en avons eu assez, nous avons fait un album, Howl. Je trouve que ces chansons sont aussi fortes que celles des deux albums précédents, et je ne pense pas que les gens se seraient retrouvés dans ces chansons si nous les avions dispatchées par ci par là…

L'écoute de cet album laisse entendre un son bien gras et bien blues comme les vieux enregistrements de Johnny Cash ou Skip James. Vous avez écouté beucoup de blues singers pour en arriver là ?

Peter Hayes : Skip James ? Je ne connais pas… Non en fait, j'ai grandi avec les 60'en écoutant énormément de Little Walter, du Howlin Wolf, Georges Jones…

N'avez-vous pas peur que cet album surprenne vos fans, ou même vos détracteurs ?

Peter Hayes : Je serais effectivement déçu si nos chansons ne rencontraient pas leur public, mais j'accorde beaucoup plus de crédit à ces compositions qu'à certaines de nos premiers albums. Nous sommes des fans de musique, point final. Peu importe si cela vient du blues, du rock n roll. Fan de bonnes chansons avant tout.

Cette évolution est elle une transition par rapport à vos débuts, noirs et un peu tragiques ?

Peter Hayes : Musicalement oui, mais en tant que personnes je ne pense pas. Nous avons déjà 5 chansons pour le prochain album totalement différentes de Howl. Je me pose souvent cette question…Ou sont passés les groupes qui pouvaient changer de style pour chaque nouvel album, être libres…Beach boys, Beatles….Tout ça semble fini. J'ose espérer que nous en sommes capables de surprendre

Vous jouez avec U2 dans les grands festivals d'été, mais aussi dans de petits théâtres avec The Brian Jonestown Massacre.. Est ce que l'endroit influence votre manière de jouer ?

Peter Hayes : Soupir…..Nous savons que nous pouvons jouer dans les stades, mais jouer dans les clubs, en sachant que tous les gens qui sont la sont vraiment venus pour toi et ta musique, c'est tout de même une autre émotion. Oui, c'est évident, on est des «"dark addict", je l'accepte, notre musique est sombre, et cet album l'est aussi. Notre deuxième album était très "border line", mais avec Howl, il y a de l'espoir. "I kill you but I need you", c'est un peu ça notre devise…

Justement, revenons au contenu de Howl et à ses paroles.. Quels sont les thèmes majeurs de ce disque ?

Peter Hayes : J'espère que vous l'avez écouté au moins !! (rires) Non sérieusement, la société dans son ensemble…Le manque de générosité et l'impression que le monde est tourné sur lui-même. Je ne pense que nous ayons sorti un album de rock chrétien, mais il y a indéniablement une teneur spirituelle que les autres albums n'avaient pas. Je ne crois à la fin du monde et au grand Chaos, ce genre de choses, trop de gens sont morts pour ce genre de croyance…ou pour l'argent. Et vous qu'en pensez vous ?

Surpris et pris de court, l'intervieweur se retrouve interviewé et explique en moins d'une minute 30 ses conceptions sur Dieu, l'Amour et la place de l'Homme sur terre... Tout un programme.

Peter Hayes : Nous croyons en une autre religion, je crois que je suis capable d'être bon, ou même le pire des connards !! C'est simplement l'espoir et le changement. La rédemption. Oui, Howl est le titre d'un livre de la "Beat Génération", le rock n'a rien à voir la dedans, c'était simplement de l'art. Ils voulaient influencer la société avec de nouveaux concepts, mais ils se sont tués, avec force drogues en disant que dieu était de leur coté. Je suis un peu parano, et je pense toujours que contrôler l'art, c'est également contrôler les masses avec ses connaissances. Peut être est ce qu'ils ont voulu faire…Comme Big Brother, la télévision…

Les propos se décousent, Froggy resserre le filet… Et cette beat génération, vous en pensez quoi exactement ?

Peter Hayes : Ah oui… La beat génération, les junkys, des chevaux, des drogues…. (rires) . Ca devait être cool, la chose que je retiens que le free sex n'a plus jamais été possible après eux. Le Sida, tous ces morts... Ils voulaient juste s'échapper, à travers les drogues et ces paradis éphémères…Kerouac, Burroughs et les autres ont fini prisonniers de leurs rêves.

Vous venez de passer de moments difficiles (séparation du batteur puis retour), est ce que ça a changé quelque chose pour vous ? Est ce que ça a renforcé le groupe?

Nick Jaggo : Oui, beaucoup de fun.

Peter Hayes : Nous avons trop longtemps joué de manière solennelle, trop sérieusement. Et nous réapprenons le plaisir de jouer ensemble. Mais attention, nous ne serons jamais un "Joke band", un groupe éphémère qui se plie aux règles du métier. Impossible. Quand l'heure vient, il faut savoir se retirer et partir. Quand vous n'avez plus rien à dire, comme les rolling Stones !! Non je plaisante, ils sont toujours un "fuckin rock & roll band"….Pour ma part, je me verrais bien faire des pizzas pour ma conversion !!!

!!!!

Peter Hayes : (Rires) Sérieusement, j'aime beaucoup l'écriture, on ne sait jamais…Plus globalement, la musique actuelle n'oppose plus les groupes, personne ne semble en concurrence pour créer une musique originale, plus de Beach boys, plus de Beatles…Le songwriting ne semble plus pousser à l'extrême, les groupes jouent sans efforts, je trouve ça dommage. Je ne vois aucun groupe dont la musique m'inspire la jalousie ou l'envie de me dire : "Putain, j'aurais voulu faire ça !!". Tout la radio américaine me fait vomir aujourd'hui, donc….Country ou tubes commerciales, je ne vois pas l'issue possible à tout ce cirque….Mais Black Rebel continue l'aventure, c'est l'essentiel.

 

* Howl, long poème en prose, qui a suscité en son temps un scandale littéraire, en raison de son langage cru et explicite, constitue la principale publication d'Allen Ginsberg, poète américain de la Beat generation, qui fût l'artisan du rapprochement idéologique entre les Beats des années 1950 et les hippies des années 1960, fédérant autour de lui des hommes comme Jack Kerouac, Neal Cassady, William Burroughs et plus tard Bob Dylan.

Le clip "Ain't no easy" a été tourné à Kiev

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Stop EP de Black rebel motorcycle club
La chronique de l'album Take Them On, On Your Own de Black rebel motorcycle club
La chronique de l'album Howl de Black Rebel Motorcycle Club
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Black Rebel Motorcycle Club en concert à l'Elysée Montmartre (23 novembre 2003)
Black Rebel Motorcycle Club en concert à l'Elysée Montmartre (2 novembre 2005)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Samedi 7 juillet


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=