Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne
Théâtre du Vieux Colombier  (Paris)  janvier 2018

Comédie dramatique de Jean-Luc Lagarce, mise en scène de Chloé Dabert, avec Cécile Brune, Clotilde de Bayser, Suliane Brahim, Jennifer Deckert et Rebecca Marder.

"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne", deuxième opus, entre "Juste la fin du monde" et "Le Pays lointain" de la trilogie ultime de Jean-Luc Lagarce qu'il qualifie de "lente pavane des femmes autour du lit d’un jeune homme endormi " s'ordonne autour d'une déclinaison du thème récurrent d'un hypothétique retour d'un fils/frère depuis longtemps "disparu".

Un quintet féminin composé d'une femme âgée, de la mère et des trois soeurs du fils, qui n'est jamais nommé autrement que comme "le jeune frère" ou plus anonymement comme "celui-là", se livre à un psychodrame qui tourne en boucle, comme l'écriture circulaire de Lagarce, et avorte toujours sur le chemin de la résilience.

Car le travail mnésique rétrospectif organisé de manière kaléidoscopique émane de personnages qui oralisent davantage pour elles-mêmes que pour les autres, n'écoutent pas et ne sont pas écoutés ce qui aboutit à des pseudo-scènes dialoguées résultant de la juxtaposition de soliloques en forme de flux de pensée.

Le traitement polyphonique de cette situation par ailleurs proche de celle de "L’Intruse" de Maurice Maeterlinck, qui entre en résonance davantage avec "Les Vagues" de Virginia Woolf que "Les Trois soeurs" d'Anton Tchekhov, même si citées par l'auteur, s'affranchit donc des procédés dramatiques conventionnels.

Chloé Dabert, comme dans d'autres de ses mises en scène, telle par exemple celle récente de "L'abattage rituel de Gorge Mastromas" de Dennis Kelly, n'officie pas dans ce registre "éthéré" - cependant esquissé par le décor de Pierre Nouvel certes "classieux" à l'opposé du substrat social lagarcien, qui symbolise, avec des cimaises de tulle blanc, le squelette d'une maison fantôme propice à la projection mentale - pour réimplanter la partition dans le réalisme démonstratif .

Si Cécile Brune, dans le rôle de l'aieule, semble absente, Clotilde de Bayser campe une mère à l'exubérance hystérique quand elle parle du retour d'un fils que la faiblesse ou la maladie ramènerait à un état de dépendance maternelle et, dans le rôle de la fille cadette, réduite à la bougonnerie infantile, Rebecca Marder se répand en démonstration d'humeurs avec force pleurnicheries qui nuisent à l'audibilité même de son discours.

Seules Suliane Brahim et Jennifer Decker parviennent à délivrer ce qui caractérise la musique du verbe lagarcien. Avec le naturel du jeu de Jennifer Decker, son personnage semble être l'avatar jeune de la fille aînée ce qui introduit la confusion des temporalités pratiquées par Jean-Luc Lagarce.

Et exceptionnelle s'avère la prestation de Suliane Brahim qui, tout au long de l'opus garde une très juste unité de ton qui ne fait pas obstacle à la délivrance, en filigrane et avec une éloquence sensible, des émotions du personnage et suscite l'émotion du spectateur.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=