Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne
Théâtre du Vieux Colombier  (Paris)  janvier 2018

Comédie dramatique de Jean-Luc Lagarce, mise en scène de Chloé Dabert, avec Cécile Brune, Clotilde de Bayser, Suliane Brahim, Jennifer Deckert et Rebecca Marder.

"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne", deuxième opus, entre "Juste la fin du monde" et "Le Pays lointain" de la trilogie ultime de Jean-Luc Lagarce qu'il qualifie de "lente pavane des femmes autour du lit d’un jeune homme endormi " s'ordonne autour d'une déclinaison du thème récurrent d'un hypothétique retour d'un fils/frère depuis longtemps "disparu".

Un quintet féminin composé d'une femme âgée, de la mère et des trois soeurs du fils, qui n'est jamais nommé autrement que comme "le jeune frère" ou plus anonymement comme "celui-là", se livre à un psychodrame qui tourne en boucle, comme l'écriture circulaire de Lagarce, et avorte toujours sur le chemin de la résilience.

Car le travail mnésique rétrospectif organisé de manière kaléidoscopique émane de personnages qui oralisent davantage pour elles-mêmes que pour les autres, n'écoutent pas et ne sont pas écoutés ce qui aboutit à des pseudo-scènes dialoguées résultant de la juxtaposition de soliloques en forme de flux de pensée.

Le traitement polyphonique de cette situation par ailleurs proche de celle de "L’Intruse" de Maurice Maeterlinck, qui entre en résonance davantage avec "Les Vagues" de Virginia Woolf que "Les Trois soeurs" d'Anton Tchekhov, même si citées par l'auteur, s'affranchit donc des procédés dramatiques conventionnels.

Chloé Dabert, comme dans d'autres de ses mises en scène, telle par exemple celle récente de "L'abattage rituel de Gorge Mastromas" de Dennis Kelly, n'officie pas dans ce registre "éthéré" - cependant esquissé par le décor de Pierre Nouvel certes "classieux" à l'opposé du substrat social lagarcien, qui symbolise, avec des cimaises de tulle blanc, le squelette d'une maison fantôme propice à la projection mentale - pour réimplanter la partition dans le réalisme démonstratif .

Si Cécile Brune, dans le rôle de l'aieule, semble absente, Clotilde de Bayser campe une mère à l'exubérance hystérique quand elle parle du retour d'un fils que la faiblesse ou la maladie ramènerait à un état de dépendance maternelle et, dans le rôle de la fille cadette, réduite à la bougonnerie infantile, Rebecca Marder se répand en démonstration d'humeurs avec force pleurnicheries qui nuisent à l'audibilité même de son discours.

Seules Suliane Brahim et Jennifer Decker parviennent à délivrer ce qui caractérise la musique du verbe lagarcien. Avec le naturel du jeu de Jennifer Decker, son personnage semble être l'avatar jeune de la fille aînée ce qui introduit la confusion des temporalités pratiquées par Jean-Luc Lagarce.

Et exceptionnelle s'avère la prestation de Suliane Brahim qui, tout au long de l'opus garde une très juste unité de ton qui ne fait pas obstacle à la délivrance, en filigrane et avec une éloquence sensible, des émotions du personnage et suscite l'émotion du spectateur.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=