Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce En attendant Bojangles
La Pépinière Théâtre  (Paris)  janvier 2018

Comédie dramatique d'après le roman éponyme d'Olivier Bourdeaut, adaptation et mise en scène de Victoire Berger-Perrin, avec Anne Charrier, Didier Brice et Victor Boulenger.

Dans l'appartement cosy et gentiment rétro où trône un portrait de colonel prussien, la petite famille vit à cent à l'heure. Il faut dire que la mère (aux prénoms différents chaque jour) fait souffler un vent de folie et de liberté sur le trio.

Racontée par le fils, "En attendant Bojangles" retrace la vie extraordinaire de cette famille où l'imagination est aux manettes, où la fête et la gaîté sont permanentes. Ceci pour éloigner le plus possible les démons de la mère. Le tout rythmé par "Mr. Bojangles" chanté par la voix mélancolique de Nina Simone.

En adaptant le best-seller d'Olivier Bourdeaut, Victoire Berger-Perrin a su faire preuve du plus grand respect pour le texte. Conservant fidélement la trame du roman, elle a réussi à donner à cette adaptation scénique un souffle qui s'amplifie jusqu'au final.

Si la grande densité de monologues n'aide pas forcément le spectacle à pouvoir décoller dans la première partie, tenu qu'il est par la narration, il gagne en revanche à toute la fin où le rythme va crescendo et sans verser à aucun moment dans le mélo, une force qui fait s'étrangler le spectateur d'émotion.

Le moteur de l'histoire c'est incontestablement la mère. farfelue et explosive. Il fallait une comédienne capable de jouer avec la même sincérité le feu de vivre, et sa folie tout à la fois. Avec sa gouaille et son sourire ravageur, Anne Charrier entraîne le spectateur dans un tourbillon merveilleux. Elle est bouleversante.

Didier Brice, dont le personnage est plus posé mais doit se mettre au diapason de son phénomène de femme, parvient avec une sobriété confondante et un humour omniprésent à faire passer toute une gamme de sentiments. La grande classe.

Quant à Victor Boulenger, incroyablement touchant, réussisant la performance de jouer l'enfant avec sobriété et crédibilité, il fait preuve d'une vraie puissance dramatique et conte avec grand talent cette belle histoire.

L'écriture d'Olivier Bourdeaut s'amuse avec ses personnages, fait rimer les mots et donne à ce drame l'élégance de la fantaisie pour parler de la folie planante comme les grandes ailes d'un oiseau nommé "Mademoiselle Superfétatoire". La poésie, l'humour et le drame mêlés rappellent à la fois des auteurs comme Queneau ou Boris Vian dans "L'écume des jours".

La mise en scène illustre avec délicatesse ce grand récit tragique sur l'amour fou, proposant de sublimes images (les lumières de Stéphane Baquet sont magnifiques) et prenant tout son sens au fur et à mesure que l'histoire avance. Victoire Berger-Perrin a su trouver le juste registre pour retranscrire sur scène avec le même mélange de légerété et de gravité le ton du roman.

La pétillance et l'amour qui se dégagent "En attendant Bojangles" touchent incontestablement au coeur . Et à en croire les applaudissements fournis et l'émoi des spectateurs, le spectacle est bien parti pour un triomphe mérité.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 août 2019 : C'est la rentrée ... littéraire

Cette semaine on continue de passer en revue les sorties littéraires de la rentrée en attendant la fin des vacances alors que la rentrée théâtrale commence à pointer son nez. Bonne lecture.

Lecture avec :

"Baikonour" de Odile d'Oultremont
"Civilizations" de Laurent Binet
"Kintu" de Jennifer Nansubuga Makumbi
"L'été meurt jeune" de Mirko Sabatino
"Les liens" de Domenico Starnone
"Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon" de Jean Paul Dubois
et toujours :
"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

"Les Témoins" à la Manufacture des Abbesses
"Hervé" au Théâtre de la Reine Blanche
"Quand l'Amour des Notes..." au Théâtre Essaion
des reprises
"La Machine de Turing au Théâtre Michel
"Sherlock Holmes et le Mystère de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Michel For ever" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tchekhov en folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Bronx" à la Scène Libre
"Lisa et moi" au Théâtre Essaion
"Les Swinging Poules - Chansons sunchronisées" au Théâtre Essaion
"Cyrano de Bergerac" à La Folie Théâtre
"J'admire l'aisance avec laquelle tu prends des décisions catstrophiques" au Théâtre de la Reine Blanche
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Cinéma avec :

"Une fille facile" de Rebecca Zlotowski


Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=