Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Zero K
Don DeLillo  (Editions Actes Sud)  septembre 2017

Un nouveau livre de Don DeLillo est un toujours un évènement en soi et Zero K, sorti lors de la dernière rentrée littéraire de septembre dernier ne déroge pas à la règle. J’aime beaucoup cet auteur américain pour la qualité de ses écrits bien sûr mais surtout pour les thèmes de ses romans qui tournent souvent autour de l’angoisse de la mort, de la fascination pour l’image et du langage.

Alors certes, contrairement à d’autres écrivains pour lesquels j’aime l’intégralité des livres (Philip Roth par exemple), je n’ai pas aimé tous les livres de Don DeLillo (pas lu tous non plus) et je ne me rue pas non plus sur ces livres dès leur sortie (la preuve, je chronique celui-ci quelques mois après sa sortie) mais mon chemin me mène souvent au bout du compte vers ses livres. Alors qu’en est-il de Zero K, sorti aux éditions Actes Sud dernièrement ?

Et bien, comme prévu, on retrouve l’un de ses thèmes de prédilection, l’angoisse de la mort, ici sous le thème du transhumanisme, en mettant au centre de son roman la cryogénisation. Zero K, c’est le zéro absolu, le symbole de la cryogénisation qui permet de conserver par le froid les corps dans l’espoir que la science pourra les ramener à la vie.

Ici, l’auteur a choisi de situer l’action de son roman dans une clinique d’Asie centrale où se concentrent les spécialistes mondiaux de cette pratique. La peur de mort, le souhait d’y échapper nous l’est racontée du point de vue de Jeffrey, un homme qui se pose des questions concernant les agissements de son père, un certain Ross, milliardaire qui décide de faire appel à la cryogénisation quand sa jeune épouse s’avère être atteinte d’une maladie incurable. Ross décide d’investir dans le projet convergence de cette clinique plantée au milieu de rien. Au départ, il a l’intention de la suivre dans l’expérience puis il va changer d’avis.

La voix de Jeffrey nous raconte et nous explique les motivations de son paternel, le voyage de sa belle mère vers l’Asie centrale, son arrivée dans les locaux de cette clinique où les corps cryogénisés s’alignent dans des capsules en attente de revivre pendant que des écrans géants projettent des florilèges d’images du monde alternant beautés et atrocités.

Zero K est comme la plupart des livres de DeLillo un livre complexe, riche et original. C’est un livre exigeant aussi qui engage évidemment à la réflexion, sur le plan philosophique et éthique notamment. Le rapport à la mort est omniprésent, les problèmes sur l’Etat du monde sont rappelés par les écrans géants dans la clinique. Le rapport à l’argent aussi est très présent puisque Ross, malgré ses milliards ne semble rien pouvoir faire face à la mort. Les nombreuses descriptions présentes dans le livre en font un roman très visuel qui se lit agréablement. L’intelligence de son personnage principal, Jeffrey, est à la hauteur de la qualité d’écriture de Don DeLillo.

Je range Zero K, du côté des livres de Don DeLillo que j’ai bien aimés, aux côtés des Americana et Cosmopolis. Je comprends néanmoins que d’autres trouveront ce livre insipide et insignifiant. C’est ce côté clivant que j’aime tant chez Don DeLillo.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=