Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'essence du mal
Luca D'andrea  (Editions Denoël)  octobre 2017

L’essence du mal, publié aux éditions Denoël, est le premier roman de Luca d’Andrea, considéré comme le petit génie du polar en Italie. L’histoire se passe sur deux périodes. En 1985, dans les montagnes hostiles du Tyrol du sud, trois jeunes personnes sont retrouvées mortes, littéralement charcutées pendant une tempête, leurs corps tellement mutilés que la police n’a pu déterminer à l’époque si le massacre était l’œuvre d’un humain ou d’un animal.

Depuis, on se transmet de génération en génération cette histoire macabre. Trente ans plus tard, Jeremiah Salinger, réalisateur américain de documentaires marié à une femme de la région entend cette histoire et décide, après un accident d’hélicoptère qui a failli lui coûter la vie, de partir à la recherche de la vérité.

Dans le petit village où il s’installe, les habitants font tout, parfois de manières menaçantes, pour que les recherches soient abandonnées. Même sa femme, inquiète pour sa sécurité et celle de sa fille, même son beau-père, celui qui a découvert les trois cadavres à l’époque, font tout pour le dissuader de continuer son enquête. Le triple meurtre est comme porteur d’une malédiction, comme si une force meurtrière qu’on pensait disparue s’était réveillée.

Ce livre, c’est bien simple, on ne le lit pas ! On l’avale, on le dévore. Juste deux jours pour ma part. On est happé dès le début par cette histoire hors norme puis l’écrivain a le talent pour faire monter la tension au fil des pages. Les pages défilent, on ne lâche plus le bouquin et on se régale.

Le personnage de Jéremiah Salinger est parfaitement écrit. Tourmenté par l’accident qu’il a subi, se sentant responsable de la mort des secouristes qui étaient avec lui, il va chercher sa rédemption dans l’enquête sur ces trois jeunes morts auparavant.

Les autres personnages sont aussi très travaillés par l’auteur. La femme de Jéremiah, son collègue Mike, son beau-père et sa fille mais surtout le shérif du village, qui reste aussi traumatisé par ce massacre. Salinger enquête, il piétine parfois, fait fausse route aussi, il entre en période de réflexion souvent, fait des pauses aussi (pour faire plaisir à sa femme qui souhaiterait qu’il arrête son enquête). Il enquête parfois en cachette, toujours à cause de sa femme. Salinger se trompe parfois et cela le met en danger. Et nous, lecteur, on l’accompagne dans sa recherche, avec l’envie qu’il découvre la vérité, avec aussi souvent des doutes qui naissent en nous sur certains personnages. On s’inquiète pour le personnage de Jérémiah, on s’inquiète aussi pour son couple qui se délite à mesure que l’enquête avance.

Dans ses dolomites, l’auteur construit une ambiance pesante pour donner encore plus de poids à son thriller et cela fonctionne parfaitement bien. Tout est parfaitement construit avec brio par Luca d’Andrea. Les incohérences, que l’on peut parfois trouver même dans d’excellents polars sont ici inexistantes. Il est en plus, à mon avis, quasi impossible de trouver avant la fin le dénouement de l’histoire.

Avec ce premier polar, on peut donc dire que Luca d’Andrea vient de frapper un très grand coup. L’essence du mal est un excellent polar, un livre passionnant, à l’univers glaçant que je vous conseille vivement de lire.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 août 2018 : Léger comme une brise d'été

Une édition plus légère cette semaine, 15 août oblige c'est la période creuse pour l'actualité culturelle tandis que chacun vaque à ses occupations estivales de plage en plage, de festival en festival. Voici le mini sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"When the earth was flat" de Quiet Dan
"A quality of mercy" de RVG
Sélection d'albums blues avec Sue Foley, Ian Siegal, Fred Chapelier et Archie lee Hooker
et toujours :
"Schtick" de Danny Goffey
"Prokofiev for two" de Martha Argerich & Sergei Babayan
"South by west" de Pampa Folks
"Press rewind" de Devil Jo & the Blackdoormen
"Bonsoir shérif" de Keith Koona
"Home" de Kian Soltani & Aaron Pilsan
"La green box" de La Green Box
"Modernéanderthal" de Le Pied de la Pompe
"Art autoroutier" de Nuage Fou

Au théâtre :

les spectacles de l'été parisien avec :
les nouveaux venus :
"Road Trip" au Théâtre Le Funambule-Montmartre"
"Gustave Eiffel en Fer et contre Tous" au Théâtre Le Bout
les inoxydables :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges

"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
les outsiders :
"Iliade" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Tinder Surprise" au Théâtre d'Edgar
"Speakeasy" au Palais des Glaces
"Chance" au Théâtre La Bruyère

Expositions avec :

"Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise " à l'Atelier des Lumières

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Mary Shelley" de Haifaa Al Mansour
"L'Age d'or des ciné-clubs" de Emanuela Piovano

Lecture avec :

"Forêt obscure" de Nicolas Krauss
et toujours :
"Les grandes épopées qui ont fait la science" de Fabienne Chauvière
"Rien de plus grand" de Malin Personn Giolito

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=