Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'essence du mal
Luca D'andrea  (Editions Denoël)  octobre 2017

L’essence du mal, publié aux éditions Denoël, est le premier roman de Luca d’Andrea, considéré comme le petit génie du polar en Italie. L’histoire se passe sur deux périodes. En 1985, dans les montagnes hostiles du Tyrol du sud, trois jeunes personnes sont retrouvées mortes, littéralement charcutées pendant une tempête, leurs corps tellement mutilés que la police n’a pu déterminer à l’époque si le massacre était l’œuvre d’un humain ou d’un animal.

Depuis, on se transmet de génération en génération cette histoire macabre. Trente ans plus tard, Jeremiah Salinger, réalisateur américain de documentaires marié à une femme de la région entend cette histoire et décide, après un accident d’hélicoptère qui a failli lui coûter la vie, de partir à la recherche de la vérité.

Dans le petit village où il s’installe, les habitants font tout, parfois de manières menaçantes, pour que les recherches soient abandonnées. Même sa femme, inquiète pour sa sécurité et celle de sa fille, même son beau-père, celui qui a découvert les trois cadavres à l’époque, font tout pour le dissuader de continuer son enquête. Le triple meurtre est comme porteur d’une malédiction, comme si une force meurtrière qu’on pensait disparue s’était réveillée.

Ce livre, c’est bien simple, on ne le lit pas ! On l’avale, on le dévore. Juste deux jours pour ma part. On est happé dès le début par cette histoire hors norme puis l’écrivain a le talent pour faire monter la tension au fil des pages. Les pages défilent, on ne lâche plus le bouquin et on se régale.

Le personnage de Jéremiah Salinger est parfaitement écrit. Tourmenté par l’accident qu’il a subi, se sentant responsable de la mort des secouristes qui étaient avec lui, il va chercher sa rédemption dans l’enquête sur ces trois jeunes morts auparavant.

Les autres personnages sont aussi très travaillés par l’auteur. La femme de Jéremiah, son collègue Mike, son beau-père et sa fille mais surtout le shérif du village, qui reste aussi traumatisé par ce massacre. Salinger enquête, il piétine parfois, fait fausse route aussi, il entre en période de réflexion souvent, fait des pauses aussi (pour faire plaisir à sa femme qui souhaiterait qu’il arrête son enquête). Il enquête parfois en cachette, toujours à cause de sa femme. Salinger se trompe parfois et cela le met en danger. Et nous, lecteur, on l’accompagne dans sa recherche, avec l’envie qu’il découvre la vérité, avec aussi souvent des doutes qui naissent en nous sur certains personnages. On s’inquiète pour le personnage de Jérémiah, on s’inquiète aussi pour son couple qui se délite à mesure que l’enquête avance.

Dans ses dolomites, l’auteur construit une ambiance pesante pour donner encore plus de poids à son thriller et cela fonctionne parfaitement bien. Tout est parfaitement construit avec brio par Luca d’Andrea. Les incohérences, que l’on peut parfois trouver même dans d’excellents polars sont ici inexistantes. Il est en plus, à mon avis, quasi impossible de trouver avant la fin le dénouement de l’histoire.

Avec ce premier polar, on peut donc dire que Luca d’Andrea vient de frapper un très grand coup. L’essence du mal est un excellent polar, un livre passionnant, à l’univers glaçant que je vous conseille vivement de lire.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=