Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'essence du mal
Luca D'andrea  (Editions Denoël)  octobre 2017

L’essence du mal, publié aux éditions Denoël, est le premier roman de Luca d’Andrea, considéré comme le petit génie du polar en Italie. L’histoire se passe sur deux périodes. En 1985, dans les montagnes hostiles du Tyrol du sud, trois jeunes personnes sont retrouvées mortes, littéralement charcutées pendant une tempête, leurs corps tellement mutilés que la police n’a pu déterminer à l’époque si le massacre était l’œuvre d’un humain ou d’un animal.

Depuis, on se transmet de génération en génération cette histoire macabre. Trente ans plus tard, Jeremiah Salinger, réalisateur américain de documentaires marié à une femme de la région entend cette histoire et décide, après un accident d’hélicoptère qui a failli lui coûter la vie, de partir à la recherche de la vérité.

Dans le petit village où il s’installe, les habitants font tout, parfois de manières menaçantes, pour que les recherches soient abandonnées. Même sa femme, inquiète pour sa sécurité et celle de sa fille, même son beau-père, celui qui a découvert les trois cadavres à l’époque, font tout pour le dissuader de continuer son enquête. Le triple meurtre est comme porteur d’une malédiction, comme si une force meurtrière qu’on pensait disparue s’était réveillée.

Ce livre, c’est bien simple, on ne le lit pas ! On l’avale, on le dévore. Juste deux jours pour ma part. On est happé dès le début par cette histoire hors norme puis l’écrivain a le talent pour faire monter la tension au fil des pages. Les pages défilent, on ne lâche plus le bouquin et on se régale.

Le personnage de Jéremiah Salinger est parfaitement écrit. Tourmenté par l’accident qu’il a subi, se sentant responsable de la mort des secouristes qui étaient avec lui, il va chercher sa rédemption dans l’enquête sur ces trois jeunes morts auparavant.

Les autres personnages sont aussi très travaillés par l’auteur. La femme de Jéremiah, son collègue Mike, son beau-père et sa fille mais surtout le shérif du village, qui reste aussi traumatisé par ce massacre. Salinger enquête, il piétine parfois, fait fausse route aussi, il entre en période de réflexion souvent, fait des pauses aussi (pour faire plaisir à sa femme qui souhaiterait qu’il arrête son enquête). Il enquête parfois en cachette, toujours à cause de sa femme. Salinger se trompe parfois et cela le met en danger. Et nous, lecteur, on l’accompagne dans sa recherche, avec l’envie qu’il découvre la vérité, avec aussi souvent des doutes qui naissent en nous sur certains personnages. On s’inquiète pour le personnage de Jérémiah, on s’inquiète aussi pour son couple qui se délite à mesure que l’enquête avance.

Dans ses dolomites, l’auteur construit une ambiance pesante pour donner encore plus de poids à son thriller et cela fonctionne parfaitement bien. Tout est parfaitement construit avec brio par Luca d’Andrea. Les incohérences, que l’on peut parfois trouver même dans d’excellents polars sont ici inexistantes. Il est en plus, à mon avis, quasi impossible de trouver avant la fin le dénouement de l’histoire.

Avec ce premier polar, on peut donc dire que Luca d’Andrea vient de frapper un très grand coup. L’essence du mal est un excellent polar, un livre passionnant, à l’univers glaçant que je vous conseille vivement de lire.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2018 : Un sommaire foisonnant !

Plus de 40 articles cette semaine. Une belle actualité pour vous donner envie de découvrir, de sortir, de lire, voir et d'écouter de la musique ! C'est parti :

Du côté de la musique :

"La nuit est encore jeune" de Catastrophe
Interview du duo She Owl autour de leur EP "Drifters", à découvrir en live dans cette session de 3 titres, Interview en italien à lire ici
"Claude Debussy" de Daniel Barenboim
"Always ascending" de Franz Ferdinand
"The world is in your hands EP" de Levitation Free
"La vie sauvage" de Lisza
"Full House - The very best of Madness" de Madness
"Hérotique" de Novice
"Up and down" de Redstones
"Castle spell" de Sunflowers
"L'estère" de Williams Brutus
"EP #1" de You, Vicious !
"Femme debout" de Zoé Simpson
et toujours :
"Magnus effect" de Cadillac Palace, "Iris Extatis" de Daphné, "Franz Schubert : La truite - Fantaisie en ut majeur" de Guillaume Chilemme & Nathanael Gouin, Joseph Edgar de passage à la Bellevilloise, "Between the earth and sky" de Lankum, "Reminiscenza" de Ludmila Berlinskaya, "Picaflor" de Mon Côté Punk, "Old and new songs" de Old And New Songs, "Face B 1965 / 1981" de Pierre Vassiliu, "Vox low" de Vox Low

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"1 heure 23'14" et 7 centièmes'" au Théâtre du Rond-Point
"L'Abattage rituel de Gorge Mastromas" au Studio Hébertot
"Le Collectionneur" à la Manufacture des Abbesses
"Jaguar" au Théâtre de la Bastille
"Miracle en Alabama" au Théâtre La Bruyère
"Avec le paradis au bout" au Ciné XIII Théâtre
"Compartiment fumeuses" au Studio Hébertot
"Le Monde dans un instant" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Hugo, l'interview" au Théâtre Essaion
"Sang négrier" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Choisir de vivre" au Studio Hébertot
"Jamais plus" au Studio Hébertot
"Lettres à Nour" au Théâtre Antoine
"Dom Sganarelle" au Théâtre Le Ranelagh
"Les Petites Femmes de chambre" au Théâtre La Croisée des Chemins
"L'Emmerdante" au Théâtre Essaion
"Ma Cantate à Barbara" au Théâtre des Nouveautés
des reprises à ne pas rater :
"Une Chambre en Inde" au Théâtre du Soleil
"Un coeur Moulinex" au Théâtre de l'Opprimé
"Emma Mort, même pas peur" à Bobino
"Les Tribulations linguistiques d'un Japonais découvrant la France" au Théâtre de Nesle
"Ah le Japon ! Les Tribulations d'un Japonais rentrant dan son pays" au Théâtre de Nesle
et les chroniques des autres spectacles de février

Exposition avec :

"Les Hollandais à Paris - 1789-1914" au Petit Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Cas de conscience" de Vahid Jalilvand
et les chroniques des autres sorties de février

Lecture avec :

"Ne préfère pas le sang à l'eau"de Céline Lapertot
"Une ville à coeur ouvert" de Zanna Sloniowska
"Tuff" de Paul Beatty
"Trio pour un monde égaré" de Marie Redonnet
"Morales provisoires" de Raphaël Enthoven
"L'aventuriste" de J. Bradford Hipps
"L'affaire Grégory ou la malédiction de la Vologne" de Gérard Welzer
"Généraux, gangsters et jihadistes" de Jean Pierre Filiu
"Emma dans la nuit" de Wendy Walker
"Des jours d'une stupéfiante clarté" de Aharon Appelfeld
et toujours :
"Entrez dans la danse" de Jean Teulé

"Eparse" de Lisa Balavoine
"Il est toujours minuit quelque part" de Cédric Lalaury
"Monster" de Alan Moore, John Wagner & Alan Grant
"Notes pour une histoire de guerre" de Gipi
"Philippe Henriot" de Christian Delporte
"Pirates ! l'art du détournement culturel" de Sophie Pujas
"Potlach" de Marcos Prior & Danide
"Tous les hommes du roi" de Robert Penn Warren

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=