Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Théo Ceccaldi / Freaks
Amanda Dakota  (Tricollectif)  février 2018

Non mais quelle claque ! Une claque due à la puissance que dégage ce disque, à ses atmosphères et à l’écriture de Théo Ceccaldi.

Mais qui est Amanda Dakota ? C’est la liberté, les cheveux au vent, tout en cuir cloutés mais l’esprit glam et romantique. C’est le mot jazz tagué au rouge à lèvres. Ce sont des jarretelles qui claquent en syncopes. C’est Ken le survivant rencontrant Public Image Limited, Zappa, Dominique Pifarély, John Zorn et Thomas de Pourquery (même puissance, même magnétisme). C’est le marqueur d’une musique de son temps, de celle qui cherche toujours à se réinventer, à aller vers autre chose. C’est du violon déviolonisé, avec de nouvelles couleurs, assez loin de l’imagerie qui le caractérise. Le musicien Français pousse l’instrument, cherche à élargir au maximum sa palette de dynamiques, de timbres et de nuances.

Amanda Dakota, c’est une musique pleine de contrastes et d’expressions différentes. La force d’une architecture travaillée et d’un groupe cohérent (avec Benjamin Dousteyssier au saxophone alto & baryton, Quentin Biardeau au saxophone ténor et claviers, Giani Caserotto à la guitare électrique, Valentin Ceccaldi au violoncelle et Etienne Ziemniak à la batterie).

Un travail sur la profondeur des structures. Une recherche formelle qui irrigue depuis toujours la musique de Théo Ceccaldi. Les musiques devrions-nous dire tellement le musicien est multiple (en trio, avec le collectif Tricollectif, avec le quartet La Scala, avec la Loving Suite pour Birdy So de Roberto Negro ou le Power Trio In love With de Sylvain Darrifourcq, avec le Velvet Revolution...).

Révélation de l’année aux victoires du jazz 2017, Théo Ceccaldi montre avec ce disque une virtuosité instrumentale, des choix esthétiques assumés, cette volonté de développer son propre langage, de marier le feu, le lyrisme, de belles mélodies et une écriture pointilleuse. Pièce angulaire du disque, "Nu sur le rivage" concentre toutes les caractéristiques de sa musique. Cette confrontation entre tension et détente, ces nuances, cette énergie. Mais d’autres titres comme "Tchou Tchou", "Amanda Dakota", "Coquette Rocket", "Escalator Over The Bill" (ah ah ah...), "Oh mon dieu" sont du même acabit. Un disque intense qui se termine dans le calme avec le fauviste "Bonne Nuit Madame". Classe ! Nous terminons sur les genoux, éprouvé, heureux. Oui définitivement une superbe claque par un excellent disque !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Montevago de Théo Ceccaldi & Roberto Negro

En savoir plus :
Le site officiel de Théo Ceccaldi
Le Facebook de Théo Ceccaldi


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=