Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Limiñanas
Shadow People  (Autoproduit)  janvier 2018

Voilà un disque qui va diviser. Génial ou anecdotique ? Groupe sauveur du rock français (à ne pas confondre avec à la française...) ou juste un groupe de plus ? D’actualité ou totalement dépassé ? Très bon groupe ou musiciens incapables d’écrire vraiment, de terminer une chanson ? Comme toujours, la réponse n’est pas aussi simple et se situe un peu au milieu de tout cela.

Une chose que l’on ne pourra pas leur retirer, c’est l’honnêteté. Cela ne fait pas forcément de bons disques je vous l’accorde, mais elle est bien là, et cette ligne de conduite force le respect. Il y a aussi cette façon de faire cette musique avec persévérance, ce garage rock aux saveurs sixties, nous éviterons soigneusement d’utiliser ici le terme psychédélique qui, au fur et à mesure (ce Shadow People est leur sixième disque) leur a apporté une certaine notoriété.

La présence sur ce disque d’Anton Newcombe, Bertrand Belin, Peter Hook, de l’ami Pascal Comelade ou d’Emmanuelle Seigner en est un bon indicateur. Bon déjà le duo (Marie et Lionel Limiñana) ne fait pas vraiment du garage rock ou en tout cas il l’élargit assez pour le sortir de l’ornière. Comment ne pas penser au Velvet Underground surtout, à The Cure, New Order ou à The Brian Jonestown Massacre ? Les Français regardent vers le passé ? Normal, c’est un peu le concept de ce disque. En choisissant Berlin et non plus ses terres occitanes, The Limiñanas en capte une certaine atmosphère ou est-ce notre subconscient ?

Shadow People est un disque sombre, motorique et magnétique. Déchiré. Où rien n’est vraiment simple. Un disque dans lequel il faut accepter de se plonger, accepter d’être absorbé par ce son incroyable (tout le monde sera forcé de reconnaître cette densité, cette force). Il faudra donc l’écouter avec un volume assez haut. Rester à la surface serait passer à côté. Alors pourquoi ce disque ne nous emporte pas complètement ?

Tout simplement parce que le plutôt très bon côtoie le vraiment passable. Parce que le featuring de Peter Hook est une vaste plaisanterie (une redite : "Garden of Love" sur Malamore ne cassait déjà pas trois pattes à un canard...), que "De la part des copains" nous fait plus penser à Bruno Nicolai ou Armando Trovajoli qu’à Ennio Morricone, que les chansons souffrent d’une écriture parfois légère ou tombent dans une certaine facilité.

Mais il serait de mauvaise foi de ne pas dire tout le bien que nous pensons de l’atmosphère générale que dégage ce disque, de son côté lancinant, et comme nous l’avons dit plus haut du son (c’est dans certains détails instrumentaux que se cache le sel de ce disque), et puis il y a quand même de très bons titres comme "Dimanche" avec Bertrand Belin (le meilleur titre de ce disque), "Motorizzati Marie", "Le premier jour", "Shadow People" avec une vénéneuse Emmanuelle Seigner.

Alors oui il y a des moments vraiment bons dans ce Shadow People, ils sont juste noyés parmi ceux qui ne décollent jamais vraiment. Nous sommes très contents que ce groupe ait du succès, nous le serions encore plus si c’était pour un disque qui le mérite vraiment...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Costa Blanca de The Limiñanas
The Limiñanas en concert au Festival des Eurockéennes #30 (édition 2018) - dimanche 8 juillet
The Limiñanas en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
The Limiñanas en concert au Festival Hop Pop Hop #3 (édition 2018) - samedi 15

En savoir plus :
Le site officiel de The Limiñanas
Le Bandcamp de The Limiñanas
Le Facebook de The Limiñanas


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=