Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alice Lewis
Imposture  (Bellbuoy Records)  janvier 2018

"Les beaux draps ne consolent pas, qu’ils soient de satin ou de soie, les beaux draps ne pansent pas ils ne sont que l’apparat"

"Coupe coupe coupe, c’est la route de la délivrance, les mèches tombent en silence, coupe coupe coupe, viendra l’aube où mon sang vivra à travers un autre roi"

Alice Lewis, c’est un peu notre St. Vincent à nous, dans cette façon de conjuguer pop avec art majeur, entre mainstream et presque avant-gardisme. C’est un jeu d’équilibriste, le plus difficile. Et si en plus les paroles tournent autour des amours et d’un certain romantisme ou de la fin d’un certain romantisme plutôt... ! Pour s’en sortir, il faut du talent, de l’audace, de l’intelligence et énormément de finesse. Cela tombe bien Alice Lewis en déborde.

L’excellent Alexandre Chatelard lui taille des textes qui, malgré leurs sujets s’inscrivent totalement dans une modernité, et quelques belles chansons ("Un autre jour", "Cabriolet", "Les beaux Draps", "Amour Asymétrique"). Grâce à cette rencontre, elle transpose son électro-pop noire laquée aux accointance rock chantée en Anglais (No one Knows We’re here en 2010, Your dreams are mine en 2015) en une musique pop à la française, chic et choc. Une aventure construite comme une histoire d’amitié que l’on trouvait déjà dans le superbe "Je saurais te retenir (les amis)" sorti sur le disque hommage à François de Roubaix de Fred Pallem, qui est ici également de la partie.

Alice Lewis marie distinction et une certaine légèreté, mais il y a de la fragilité aussi. L’exigence harmonique au service de la simplicité mélodique ou la simplicité mélodique au service de l’exigence harmonique. Son chant n’est pas neutre, il est habité, évocateur. Ce disque rappelle une époque où chanson française rimait avec une certaine excellence (Polnareff, Gainsbourg, Birkin, Hardy, Berger...), où le terme tube ("Les ciseaux", "Amour Asymétrique", "Les beaux draps") n’était pas synonyme de médiocrité ou de facilité. Ni imposture ni même posture donc, juste de la musique. Et de la plus belle des manières...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album No one knows we’re here de Alice Lewis
Alice Lewis parmi une sélection de singles (janvier 2011 )
La chronique de l'album Your Dreams are Mine de Alice Lewis
Alice Lewis en concert au Grand Mix (mercredi 20 octobre 2010)
Alice Lewis en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #17

En savoir plus :
Le site officiel de Alice Lewis
Le Bandcamp de Alice Lewis
Le Soundcloud de Alice Lewis
Le Facebook de Alice Lewis


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=