Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Flûte enchantée
Palais des Congrès  (Paris)  février 2018

Spectacle de la Compagnie Béjart Ballet Lausanne chorégraphié par Maurice Béjart sur la musique de l'opéra éponyme de Mozart interprété par Mattia Galiotto, Gabriel Arenas Ruiz, Kateryna Shalkina, Julien Favreau, Elisabeth Ros, Masayoshi Onuki, Jiayong Sun, Svetlana Siplatova, Jasmine Cammarota, Michelangelo Chelucci, Mari Ohashi, Kathleen Thielhelm, Solène Burel, Kwinten Guilliams, Lawrence Rigg, Wictor Hugo Pedroso, Angelo Perfido, Daniel Goldsmith, Dorian Browne, Denovane Victoire, Antoine Le Moal, Connor Barlow, Daniel Goldsmith, Lisa Cano et Javier Casado Suare.

Grand récit initiatique alignant les "tubes", "La Flûte enchantée" est l'opéra de Mozart le plus célèbre. En 1981, Maurice Béjart décide de l'adapter en ballet. Fils de philosophe, lui-même passionné par les questions essentielles touchant la spiritualité, le chorégraphe a choisi de rester le plus fidèle possible à l'opéra, non pas en illustrant la musique par la danse, mais en trouvant des correspondances entre les deux arts.

La version proposée par le Béjart Ballet Lausanne a été concoctée par Gil Roman, le successeur du maître et, même si il a supprimé quelques épisodes pour ne pas dépasser les trois heures de spectacle, il s'est voulu très fidèle au travail de Maurice Béjart.

Ainsi, la musique que l'on va entendre provient d'un enregistrement de 1964 de la Philharmonie de Berlin dirigée par Karl Böhm, et elle est considérée comme l'une des meilleures versions de la "Flûte enchantée".

Evidemment, on aurait préféré que la musique soit aussi "vivante" que le ballet, mais on comprend le défi économique que cela représenterait, même si parfois l'élan des 44 danseurs, surtout dans les duos, paraît pâtir de cette musique venue de l'arrière de la scène, qui ne peut les emporter comme une musque jouée en direct d'une fosse à l'avant-scène.

Ce sera le seul reproche que l'on fera à ce grand moment d'enchantement où s'enchaînent morceaux de bravoure dansés, ponctués de saynètes plus intimes également inspirées. On pourra peut-être aussi regretter le procédé un peu désuet d'un narrateur qui raconte l'action, sans toutefois reprocher quoi que ce soit à Mattia Galiatto qui joue ce personnage avec beaucoup de conviction.

C'est d'ailleurs la grande force du Béjart Ballet Lausanne : impossible de trouver à redire à une distribution qui atteint l'excellence. Alerte, joyeuse, précise, élégante, ne rechignant jamais devant les difficultés et appréciant toute la subtilité qu'il lui faut transmettre, la troupe est tout simplement au sommet de son art.

Elle ne se lasse, pas plus que le spectateur, de la somme impressionnante d'inventions chorégraphiques sorties de l'imaginaire génial de Maurice Béjart. Celui-ci, attendu au tournant des "grands airs", sait les réinterpréter sans, on l'a dit, tomber dans la pure illustration.

L'on verra, par exemple, Elisabeth Ros donner toute son ampleur à la Reine de la Nuit dans son célèbre chant, point culminant de l'opéra de Mozart. Pareillement, tout de bleu vêtu, Papageno, l'oiseleur, est effronté et bondissant. Masayoshi Onuki lui donne toute son énergie et sa bonne humeur.

Si Gabriel Arenas Ruiz campe un Tamino tout en retenue, Kathleen Thielhelm, sculpturale dans sa tenue blanche, est une Tamina très expressive et très sensuelle.

Ceux qui découvriront avec cette "Flûte enchantée" ce qu'était l'art de chorégraphier de Maurice Béjart en auront un très bel aperçu. Quant aux connaisseurs, ils retrouveront dans cette appropriation de Mozart, la quintessence créative du Marseillais, la puissance et l'impatience d'une pensée, totalement du côté lumineux de l'esprit.

Avec lui, le combat contre l'obscurité est vite gagné et c'est avec bonheur, et sous les auspices du compas et de l'équerre maçonnique, qu'il annonce des temps meilleurs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2018 : Un sommaire foisonnant !

Plus de 40 articles cette semaine. Une belle actualité pour vous donner envie de découvrir, de sortir, de lire, voir et d'écouter de la musique ! C'est parti :

Du côté de la musique :

"La nuit est encore jeune" de Catastrophe
Interview du duo She Owl autour de leur EP "Drifters", à découvrir en live dans cette session de 3 titres, Interview en italien à lire ici
"Claude Debussy" de Daniel Barenboim
"Always ascending" de Franz Ferdinand
"The world is in your hands EP" de Levitation Free
"La vie sauvage" de Lisza
"Full House - The very best of Madness" de Madness
"Hérotique" de Novice
"Up and down" de Redstones
"Castle spell" de Sunflowers
"L'estère" de Williams Brutus
"EP #1" de You, Vicious !
"Femme debout" de Zoé Simpson
et toujours :
"Magnus effect" de Cadillac Palace, "Iris Extatis" de Daphné, "Franz Schubert : La truite - Fantaisie en ut majeur" de Guillaume Chilemme & Nathanael Gouin, Joseph Edgar de passage à la Bellevilloise, "Between the earth and sky" de Lankum, "Reminiscenza" de Ludmila Berlinskaya, "Picaflor" de Mon Côté Punk, "Old and new songs" de Old And New Songs, "Face B 1965 / 1981" de Pierre Vassiliu, "Vox low" de Vox Low

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"1 heure 23'14" et 7 centièmes'" au Théâtre du Rond-Point
"L'Abattage rituel de Gorge Mastromas" au Studio Hébertot
"Le Collectionneur" à la Manufacture des Abbesses
"Jaguar" au Théâtre de la Bastille
"Miracle en Alabama" au Théâtre La Bruyère
"Avec le paradis au bout" au Ciné XIII Théâtre
"Compartiment fumeuses" au Studio Hébertot
"Le Monde dans un instant" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Hugo, l'interview" au Théâtre Essaion
"Sang négrier" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Choisir de vivre" au Studio Hébertot
"Jamais plus" au Studio Hébertot
"Lettres à Nour" au Théâtre Antoine
"Dom Sganarelle" au Théâtre Le Ranelagh
"Les Petites Femmes de chambre" au Théâtre La Croisée des Chemins
"L'Emmerdante" au Théâtre Essaion
"Ma Cantate à Barbara" au Théâtre des Nouveautés
des reprises à ne pas rater :
"Une Chambre en Inde" au Théâtre du Soleil
"Un coeur Moulinex" au Théâtre de l'Opprimé
"Emma Mort, même pas peur" à Bobino
"Les Tribulations linguistiques d'un Japonais découvrant la France" au Théâtre de Nesle
"Ah le Japon ! Les Tribulations d'un Japonais rentrant dan son pays" au Théâtre de Nesle
et les chroniques des autres spectacles de février

Exposition avec :

"Les Hollandais à Paris - 1789-1914" au Petit Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Cas de conscience" de Vahid Jalilvand
et les chroniques des autres sorties de février

Lecture avec :

"Ne préfère pas le sang à l'eau"de Céline Lapertot
"Une ville à coeur ouvert" de Zanna Sloniowska
"Tuff" de Paul Beatty
"Trio pour un monde égaré" de Marie Redonnet
"Morales provisoires" de Raphaël Enthoven
"L'aventuriste" de J. Bradford Hipps
"L'affaire Grégory ou la malédiction de la Vologne" de Gérard Welzer
"Généraux, gangsters et jihadistes" de Jean Pierre Filiu
"Emma dans la nuit" de Wendy Walker
"Des jours d'une stupéfiante clarté" de Aharon Appelfeld
et toujours :
"Entrez dans la danse" de Jean Teulé

"Eparse" de Lisa Balavoine
"Il est toujours minuit quelque part" de Cédric Lalaury
"Monster" de Alan Moore, John Wagner & Alan Grant
"Notes pour une histoire de guerre" de Gipi
"Philippe Henriot" de Christian Delporte
"Pirates ! l'art du détournement culturel" de Sophie Pujas
"Potlach" de Marcos Prior & Danide
"Tous les hommes du roi" de Robert Penn Warren

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=