Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Flûte enchantée
Palais des Congrès  (Paris)  février 2018

Spectacle de la Compagnie Béjart Ballet Lausanne chorégraphié par Maurice Béjart sur la musique de l'opéra éponyme de Mozart interprété par Mattia Galiotto, Gabriel Arenas Ruiz, Kateryna Shalkina, Julien Favreau, Elisabeth Ros, Masayoshi Onuki, Jiayong Sun, Svetlana Siplatova, Jasmine Cammarota, Michelangelo Chelucci, Mari Ohashi, Kathleen Thielhelm, Solène Burel, Kwinten Guilliams, Lawrence Rigg, Wictor Hugo Pedroso, Angelo Perfido, Daniel Goldsmith, Dorian Browne, Denovane Victoire, Antoine Le Moal, Connor Barlow, Daniel Goldsmith, Lisa Cano et Javier Casado Suare.

Grand récit initiatique alignant les "tubes", "La Flûte enchantée" est l'opéra de Mozart le plus célèbre. En 1981, Maurice Béjart décide de l'adapter en ballet. Fils de philosophe, lui-même passionné par les questions essentielles touchant la spiritualité, le chorégraphe a choisi de rester le plus fidèle possible à l'opéra, non pas en illustrant la musique par la danse, mais en trouvant des correspondances entre les deux arts.

La version proposée par le Béjart Ballet Lausanne a été concoctée par Gil Roman, le successeur du maître et, même si il a supprimé quelques épisodes pour ne pas dépasser les trois heures de spectacle, il s'est voulu très fidèle au travail de Maurice Béjart.

Ainsi, la musique que l'on va entendre provient d'un enregistrement de 1964 de la Philharmonie de Berlin dirigée par Karl Böhm, et elle est considérée comme l'une des meilleures versions de la "Flûte enchantée".

Evidemment, on aurait préféré que la musique soit aussi "vivante" que le ballet, mais on comprend le défi économique que cela représenterait, même si parfois l'élan des 44 danseurs, surtout dans les duos, paraît pâtir de cette musique venue de l'arrière de la scène, qui ne peut les emporter comme une musque jouée en direct d'une fosse à l'avant-scène.

Ce sera le seul reproche que l'on fera à ce grand moment d'enchantement où s'enchaînent morceaux de bravoure dansés, ponctués de saynètes plus intimes également inspirées. On pourra peut-être aussi regretter le procédé un peu désuet d'un narrateur qui raconte l'action, sans toutefois reprocher quoi que ce soit à Mattia Galiatto qui joue ce personnage avec beaucoup de conviction.

C'est d'ailleurs la grande force du Béjart Ballet Lausanne : impossible de trouver à redire à une distribution qui atteint l'excellence. Alerte, joyeuse, précise, élégante, ne rechignant jamais devant les difficultés et appréciant toute la subtilité qu'il lui faut transmettre, la troupe est tout simplement au sommet de son art.

Elle ne se lasse, pas plus que le spectateur, de la somme impressionnante d'inventions chorégraphiques sorties de l'imaginaire génial de Maurice Béjart. Celui-ci, attendu au tournant des "grands airs", sait les réinterpréter sans, on l'a dit, tomber dans la pure illustration.

L'on verra, par exemple, Elisabeth Ros donner toute son ampleur à la Reine de la Nuit dans son célèbre chant, point culminant de l'opéra de Mozart. Pareillement, tout de bleu vêtu, Papageno, l'oiseleur, est effronté et bondissant. Masayoshi Onuki lui donne toute son énergie et sa bonne humeur.

Si Gabriel Arenas Ruiz campe un Tamino tout en retenue, Kathleen Thielhelm, sculpturale dans sa tenue blanche, est une Tamina très expressive et très sensuelle.

Ceux qui découvriront avec cette "Flûte enchantée" ce qu'était l'art de chorégraphier de Maurice Béjart en auront un très bel aperçu. Quant aux connaisseurs, ils retrouveront dans cette appropriation de Mozart, la quintessence créative du Marseillais, la puissance et l'impatience d'une pensée, totalement du côté lumineux de l'esprit.

Avec lui, le combat contre l'obscurité est vite gagné et c'est avec bonheur, et sous les auspices du compas et de l'équerre maçonnique, qu'il annonce des temps meilleurs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=