Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Flûte enchantée
Palais des Congrès  (Paris)  février 2018

Spectacle de la Compagnie Béjart Ballet Lausanne chorégraphié par Maurice Béjart sur la musique de l'opéra éponyme de Mozart interprété par Mattia Galiotto, Gabriel Arenas Ruiz, Kateryna Shalkina, Julien Favreau, Elisabeth Ros, Masayoshi Onuki, Jiayong Sun, Svetlana Siplatova, Jasmine Cammarota, Michelangelo Chelucci, Mari Ohashi, Kathleen Thielhelm, Solène Burel, Kwinten Guilliams, Lawrence Rigg, Wictor Hugo Pedroso, Angelo Perfido, Daniel Goldsmith, Dorian Browne, Denovane Victoire, Antoine Le Moal, Connor Barlow, Daniel Goldsmith, Lisa Cano et Javier Casado Suare.

Grand récit initiatique alignant les "tubes", "La Flûte enchantée" est l'opéra de Mozart le plus célèbre. En 1981, Maurice Béjart décide de l'adapter en ballet. Fils de philosophe, lui-même passionné par les questions essentielles touchant la spiritualité, le chorégraphe a choisi de rester le plus fidèle possible à l'opéra, non pas en illustrant la musique par la danse, mais en trouvant des correspondances entre les deux arts.

La version proposée par le Béjart Ballet Lausanne a été concoctée par Gil Roman, le successeur du maître et, même si il a supprimé quelques épisodes pour ne pas dépasser les trois heures de spectacle, il s'est voulu très fidèle au travail de Maurice Béjart.

Ainsi, la musique que l'on va entendre provient d'un enregistrement de 1964 de la Philharmonie de Berlin dirigée par Karl Böhm, et elle est considérée comme l'une des meilleures versions de la "Flûte enchantée".

Evidemment, on aurait préféré que la musique soit aussi "vivante" que le ballet, mais on comprend le défi économique que cela représenterait, même si parfois l'élan des 44 danseurs, surtout dans les duos, paraît pâtir de cette musique venue de l'arrière de la scène, qui ne peut les emporter comme une musque jouée en direct d'une fosse à l'avant-scène.

Ce sera le seul reproche que l'on fera à ce grand moment d'enchantement où s'enchaînent morceaux de bravoure dansés, ponctués de saynètes plus intimes également inspirées. On pourra peut-être aussi regretter le procédé un peu désuet d'un narrateur qui raconte l'action, sans toutefois reprocher quoi que ce soit à Mattia Galiatto qui joue ce personnage avec beaucoup de conviction.

C'est d'ailleurs la grande force du Béjart Ballet Lausanne : impossible de trouver à redire à une distribution qui atteint l'excellence. Alerte, joyeuse, précise, élégante, ne rechignant jamais devant les difficultés et appréciant toute la subtilité qu'il lui faut transmettre, la troupe est tout simplement au sommet de son art.

Elle ne se lasse, pas plus que le spectateur, de la somme impressionnante d'inventions chorégraphiques sorties de l'imaginaire génial de Maurice Béjart. Celui-ci, attendu au tournant des "grands airs", sait les réinterpréter sans, on l'a dit, tomber dans la pure illustration.

L'on verra, par exemple, Elisabeth Ros donner toute son ampleur à la Reine de la Nuit dans son célèbre chant, point culminant de l'opéra de Mozart. Pareillement, tout de bleu vêtu, Papageno, l'oiseleur, est effronté et bondissant. Masayoshi Onuki lui donne toute son énergie et sa bonne humeur.

Si Gabriel Arenas Ruiz campe un Tamino tout en retenue, Kathleen Thielhelm, sculpturale dans sa tenue blanche, est une Tamina très expressive et très sensuelle.

Ceux qui découvriront avec cette "Flûte enchantée" ce qu'était l'art de chorégraphier de Maurice Béjart en auront un très bel aperçu. Quant aux connaisseurs, ils retrouveront dans cette appropriation de Mozart, la quintessence créative du Marseillais, la puissance et l'impatience d'une pensée, totalement du côté lumineux de l'esprit.

Avec lui, le combat contre l'obscurité est vite gagné et c'est avec bonheur, et sous les auspices du compas et de l'équerre maçonnique, qu'il annonce des temps meilleurs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=