Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Il est toujours minuit quelque part
Cédric Lalaury  (Préludes Editions)  février 2018

Après avoir été enchanté par ma première expérience de polar chez Préludes éditions avec Mon ami Adèle de Sarah Pinborough, me voilà maintenant avec un nouveau polar, écrit par Cédric Lalaury, Il est toujours minuit quelque part. Et une fois n’est pas coutume, je me retrouve de nouveau très emballé par cette lecture qui m’a tenu en haleine dès les premières pages.

Bill est un professeur de littérature heureux, marié et père de deux filles. Approchant la cinquantaine, il exerce dans une université prestigieuse. Tout va bien pour lui jusqu’au jour où il trouve dans son casier l’exemplaire d’un roman à sensation écrit par un mystérieux inconnu, Kirkpatrick.

Ce livre raconte une histoire vraie, celle d’un crime dont il était persuadé que personne n’en avait jamais eu connaissance. Un crime qui eu lieu quand il était jeune sur l’île de Mohegan. Cet ouvrage envahit rapidement l’existence de Bill, contaminant tout autour de lui. Des vieux amis à lui le reçoivent aussi, ses parents aussi et une amie à lui disparait après sa réception. Sa vie paisible et confortable ainsi que son équilibre psychologique se retrouvent vite menacer de voler en éclats sous l’effet dévastateur de ce livre vengeur qui a réveillé tous les fantômes du passé. Sa femme peine à le reconnaître, son couple se délite et pour couronner le tout, son université a pris l’initiative d’inviter Kirkpatrick à un séminaire avec ses étudiants. Bill va devoir découvrir qui est ce Kirkpatrick, comment il a obtenu ses informations mais aussi qui est le corbeau qui envoie les livres et pourquoi.

L’histoire est très sympa, bien construite et assez originale dans l’ensemble. Les codes du thriller psychologique sont parfaitement respectés et l’écriture de Cédric Lalaury est efficace. Les personnages du livre mêlent sympathie et antipathie. Bill est construit comme un personnage assez antipathique, assez sûr de lui, un peu méprisant. Son antipathie est contrebalancée par la sympathie du personnage d’Alan, une de ses étudiantes qui va lire le manuscrit reçu, lui raconter l’histoire ensuite avec l’espoir que son professeur pourra en faire un peu la promotion dans ses cours. Sauf que, à l’écoute du résumé que lui en fait l’étudiante, Bill va se rendre compte que cette histoire le concerne.

Cette histoire qui le concerne quand il était jeune, on la découvre aussi vers la fin du livre et c’est là une grande habilité de l’auteur que de rajouter cette intrigue à celle déjà existante concernant l’auteur du livre et le corbeau.

Vous l’avez compris, tous les tenants et les aboutissants de l’histoire interviennent dans les dernières pages du livre, le suspense fonctionne parfaitement et il n’y a pas d’incohérences dans cette fin surprenante. On passe donc un excellent moment en compagnie de ce livre de Cédric Lalaury qui, j’espère, aura l’occasion de nous en proposer d’autres.

Il est toujours minuit quelque part est donc une très belle découverte que je vous invite à lire vivement. Amateurs de bons polars psychologiques, vous ne serez pas déçus.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Cédric Lalaury
Le Facebook de Cédric Lalaury


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 août 2018 : Léger comme une brise d'été

Une édition plus légère cette semaine, 15 août oblige c'est la période creuse pour l'actualité culturelle tandis que chacun vaque à ses occupations estivales de plage en plage, de festival en festival. Voici le mini sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"When the earth was flat" de Quiet Dan
"A quality of mercy" de RVG
Sélection d'albums blues avec Sue Foley, Ian Siegal, Fred Chapelier et Archie lee Hooker
et toujours :
"Schtick" de Danny Goffey
"Prokofiev for two" de Martha Argerich & Sergei Babayan
"South by west" de Pampa Folks
"Press rewind" de Devil Jo & the Blackdoormen
"Bonsoir shérif" de Keith Koona
"Home" de Kian Soltani & Aaron Pilsan
"La green box" de La Green Box
"Modernéanderthal" de Le Pied de la Pompe
"Art autoroutier" de Nuage Fou

Au théâtre :

les spectacles de l'été parisien avec :
les nouveaux venus :
"Road Trip" au Théâtre Le Funambule-Montmartre"
"Gustave Eiffel en Fer et contre Tous" au Théâtre Le Bout
les inoxydables :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges

"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
les outsiders :
"Iliade" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Tinder Surprise" au Théâtre d'Edgar
"Speakeasy" au Palais des Glaces
"Chance" au Théâtre La Bruyère

Expositions avec :

"Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise " à l'Atelier des Lumières

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Mary Shelley" de Haifaa Al Mansour
"L'Age d'or des ciné-clubs" de Emanuela Piovano

Lecture avec :

"Forêt obscure" de Nicolas Krauss
et toujours :
"Les grandes épopées qui ont fait la science" de Fabienne Chauvière
"Rien de plus grand" de Malin Personn Giolito

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=