Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Daphné
Iris Extatis  (At(h)ome)  février 2018

J’aime Daphné depuis ses débuts, j’écoute régulièrement ses albums précédents. L’émeraude, Carmin, Bleu Venise et La fauve n’ont pas de secrets pour moi. C’est bien simple, j’aime tout chez cette femme, sa beauté, sa musicalité, sa délicatesse, la profondeur de ses textes, son univers, tout ce qu’elle dégage. Alors évidemment, un nouvel album de Daphné est forcément pour moi un grand moment car je sais déjà, avant de découvrir cet album, que Daphné va de nouveau me faire voyager.

Car oui, et c’est encore le cas avec ce nouveau disque, chaque album de Daphné est un voyage, un sublime voyage même. Ce dernier album, Iris extatis, Daphné l’imagine comme une formule magique, un sésame censé nous insuffler espoir et émerveillement, tous deux antichambre à l’extase. Une fois encore, elle ne me déçoit pas, l’émerveillement est bien présent et l’extase n’est vraiment pas loin.

Dès les premières notes d’Iris Extatis et de "Song for rêveurs" qui ouvre l’album, on décolle immédiatement. Les contrées orientales nous arrivent, "on prend un nuage comme on prend un taxi" nous dit-elle. Dans les simples vapeurs d’un thé, le voyage au pays des désirs a commencé. Le voyage continue ensuite, du Népal à la France avec un superbe titre "Ultraviolet" qui rappelle ce qu’est notre beau pays et explique pourquoi elle préfère fuir certains esprits étriqués. Daphné nous emmène aussi au bras d’une femme africaine puis égyptienne sur la lune est une femme africaine. L’Himalaya est aussi présent sur le dernier titre de l’album, "Supercalifragilis" quand Daphné nous embarque sur un manège dans les froids himalayens en osant un chant d’opérette italien surprenant.

Iris extatis est une ode aux rêveurs bâtisseurs, aux émotifs aux pas sûrs d’eux, tant la vulnérabilité des sentiments y est chantée par l’artiste et vue comme une force créative. Daphné, avec ce disque, souhaite réunir et réconforter, nous aider à savoir qui nous sommes vraiment. Pour ce faire, elle nous offre et nous ouvre les portes d’un monde fertile et foisonnant, d’un monde païen, sans frontières où mythes, fantaisies, nature et femmes sont reliés. A ses côtés, l’horizon est un large champ des possibles. Elle le dit dans une de ses chansons, "toujours la vie s’invente, bien au-delà de tout ce qu’on enfante".

Daphné enfin, s’entoure, sur cet album, d’Edith Fanbuena, pour la réalisation et les arrangements, pour un superbe duo aussi avec "On n’a pas fini de rêver". Cela donne à Iris Extatis une formidable palette de couleurs inattendue autour des guitares et du piano. A cela s’ajoutent un sitar, un koto japonais, un laud marocain, une harpe et plein de rythmiques originales autour d’une collaboration jouissive et fusionnelle.

Une fois encore, Daphné nous offre un magnifique album, dans la lignée de la beauté de ses albums précédents, me rendant de plus en plus amoureux.

Allez écouter Daphné, vous allez prendre une grande claque. Commencez par "Faite à l’envers", un superbe titre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'émeraude de Daphné
La chronique de l'album Carmin de Daphné
La chronique de l'album Treize chansons de Barbara de Daphné
Daphné en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (vendredi)
Daphné en concert au Festival Mythos 2005
Daphné en concert au Café de la Danse (30 avril 2005)
Daphné en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Daphné en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mercredi)
Daphné en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - samedi

En savoir plus :
Le Facebook de Daphné


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 août 2018 : Léger comme une brise d'été

Une édition plus légère cette semaine, 15 août oblige c'est la période creuse pour l'actualité culturelle tandis que chacun vaque à ses occupations estivales de plage en plage, de festival en festival. Voici le mini sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"When the earth was flat" de Quiet Dan
"A quality of mercy" de RVG
Sélection d'albums blues avec Sue Foley, Ian Siegal, Fred Chapelier et Archie lee Hooker
et toujours :
"Schtick" de Danny Goffey
"Prokofiev for two" de Martha Argerich & Sergei Babayan
"South by west" de Pampa Folks
"Press rewind" de Devil Jo & the Blackdoormen
"Bonsoir shérif" de Keith Koona
"Home" de Kian Soltani & Aaron Pilsan
"La green box" de La Green Box
"Modernéanderthal" de Le Pied de la Pompe
"Art autoroutier" de Nuage Fou

Au théâtre :

les spectacles de l'été parisien avec :
les nouveaux venus :
"Road Trip" au Théâtre Le Funambule-Montmartre"
"Gustave Eiffel en Fer et contre Tous" au Théâtre Le Bout
les inoxydables :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges

"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
les outsiders :
"Iliade" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Tinder Surprise" au Théâtre d'Edgar
"Speakeasy" au Palais des Glaces
"Chance" au Théâtre La Bruyère

Expositions avec :

"Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise " à l'Atelier des Lumières

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Mary Shelley" de Haifaa Al Mansour
"L'Age d'or des ciné-clubs" de Emanuela Piovano

Lecture avec :

"Forêt obscure" de Nicolas Krauss
et toujours :
"Les grandes épopées qui ont fait la science" de Fabienne Chauvière
"Rien de plus grand" de Malin Personn Giolito

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=